En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

06.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

07.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 5 min 29 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 51 min 50 sec
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 1 heure 48 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 3 heures 48 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 5 heures 19 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 5 heures 31 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 7 heures 4 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 7 heures 19 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 7 heures 40 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 8 heures 7 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 32 min 25 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 1 heure 5 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 3 heures 16 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 4 heures 51 sec
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 5 heures 29 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 6 heures 1 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 7 heures 9 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 7 heures 32 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 8 heures 1 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 8 heures 11 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Vision du Medef sur la politique gouvernementale

Geoffroy Roux de Bézieux : "Edouard Philippe doit donner le cap de la politique économique et donner une vision de ce que peut être un capitalisme français et européen"

Publié le 11 juin 2019
Le président du Medef a accordé un entretien au Figaro. Il a tenu à mettre en garde le Premier ministre Edouard Philippe avant son discours de politique générale. Geoffroy Roux de Bézieux a également indiqué que la France était dans une impasse budgétaire et a donné son avis sur les futures réformes du quinquennat d'Emmanuel Macron (les retraites et l'assurance chômage).
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président du Medef a accordé un entretien au Figaro. Il a tenu à mettre en garde le Premier ministre Edouard Philippe avant son discours de politique générale. Geoffroy Roux de Bézieux a également indiqué que la France était dans une impasse budgétaire et a donné son avis sur les futures réformes du quinquennat d'Emmanuel Macron (les retraites et l'assurance chômage).

Geoffroy Roux de Bézieux a tenu à avertir Edouard Philippe avant son discours de politique générale qui doit marquer officiellement le début de l'acte II du quinquennat d'Emmanuel Macron. Le programme des futures réformes devrait notamment être dévoilé par le Premier ministre lors de son allocution à l'Assemblée nationale. 

Le président du Medef s'est exprimé dans les colonnes du Figaro dans le cadre d'un long entretien.  

Geoffroy Roux de Bézieux a donc souhaité alerter le Premier ministre avant son discours de politique générale : 

"Nous attendons que le premier ministre prenne en compte un contexte mondial en plein bouleversement. […] Édouard Philippe doit donner le cap de la politique économique et donner une vision de ce que peut être un capitalisme français et européen. Et il faut que les réformes et les priorités budgétaires dont il va parler s’intègrent dans ce contexte."

Geoffroy Roux de Bézieux a évoqué notamment la perte de confiance du président de la République et du Premier ministre chez les entrepreneurs. 

"Emmanuel Macron, lui, a créé à son arrivée un choc de confiance, avec un discours proentreprises et non punitif. La prime Macron, non obligatoire et défiscalisée, a été un énorme succès parce qu’elle revenait à faire confiance aux entreprises. La confiance des entrepreneurs, c’est la base de la croissance! Mais aujourd’hui, c’est vrai, les entrepreneurs doutent. […] On est aujourd’hui dans une impasse budgétaire et plus un chef d’entreprise ne croit à la trajectoire du gouvernement. Or, un entrepreneur investit et embauche s’il anticipe que les conditions d’exercice de son activité ne vont pas changer, ce qui n’est plus le cas. La poursuite de la baisse de l’impôt sur les sociétés a déjà été reportée d’un an et, là, il se dit que c’est l’entreprise qui va payer l’addition à la fin".

Le président du Medef a tenu à rappeler le contexte économique actuel : 

"Le multilatéralisme est en crise. La mondialisation heureuse des trente dernières années n’a plus cours. Quand la Chine est entrée dans l’OMC, en 2001, nous pensions qu’on irait vers un modèle de capitalisme économique uniforme alliant libertés économique et politique".

Geoffroy Roux de Bézieux a aussi évoqué le contexte économique en France : 

"Depuis trente ans, la France mène une politique de la demande, libérant du pouvoir d’achat en augmentant les dépenses publiques et en s’endettant. Il y a quatre ans, pour la première fois, le pacte de responsabilité a inversé cette logique et créé un choc d’offre, avec plus de 30 milliards d’euros réinjectés dans l’économie. Le résultat : 800.000 emplois créés depuis par les entreprises".

Le président du Medef a plaidé pour la mise en place d'un "choc de l'offre" : 

"Nous venons d’avoir un choc de la demande de 17 milliards d’euros ; si nous ne l’accompagnons pas d’un choc de l’offre couplé avec une baisse de dépenses publiques, nous retomberons dans nos vieux travers consistant à soutenir temporairement le pouvoir d’achat, sans redonner davantage de compétitivité à l’appareil productif".

Geoffroy Roux de Bézieux lors de cet entretien au Figaro a abordé la délicate question de la réforme des retraites, l'un des chantiers majeurs des mois à venir : 

"La mère de toutes les réformes, c’est celle des retraites. C’est une nécessité structurelle qui ne doit pas se faire sans effort financier. Mais attention, cette réforme ne peut pas se traduire par une confiscation des réserves constituées par les régimes bien gérés du secteur privé […] En termes d’efficacité, l’âge l’égal est le vrai marqueur du changement des comportements des employeurs et des employés. Un passage à 64 ans, au rythme d’un trimestre par an dès 2020, permettrait d’économiser 17 milliards d’euros en année pleine en 2028".

Le patron du Medef a critiqué la réforme de l'assurance chômage par le gouvernement et le système de bonus-malus : 

"C’est une décision du président de la République que je regrette. Le bonus-malus est un système complexe qui n’aura aucun impact sur les contrats de moins d’un mois. Tel qu’il est conçu, il n’est pas une surtaxation des contrats courts mais une taxation sur le turnover qui revient à pénaliser les entreprises qui ont beaucoup de rotation de salariés, sous-entendant qu’elles ne sont pas vertueuses. C’est une forme d’infantilisation, à deux doigts de l’économie punitive, qui envoie un signal de défiance aux entrepreneurs […] Cette réforme ne pourra pas se traduire par un bonus-malus sur les entreprises et aucune disposition d’incitation au retour à l’emploi. L’exécutif a su reprocher aux partenaires sociaux de ne pas prendre leurs responsabilités quand ils devaient le faire, j’attends qu’il prenne aujourd’hui les siennes".

Reste à savoir si Edouard Philippe va suivre les conseils du président du Medef à l'occasion de son discours de politique générale. Le Premier ministre va s'exprimer mercredi à l'Assemblée nationale. 

Vu sur : Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
DANIEL74
- 13/06/2019 - 07:56
ETAT PROVIDENCE OU TOTALITAIRE ?
Le capitalisme en France c'est le capitalisme de connivence ou l'art de dépenser l'argent du contribuable pour détruire au lieu de construire et pour le bonheur de quelques uns !
J'accuse
- 11/06/2019 - 16:09
Non-événement
Le seul cap de Macron, c'est 2022. L'économie, il s'en balance.
Philippe est là pour jeter de la poudre aux yeux: le Medef est-il aveuglé ?
Macron étant occupé à manœuvrer pour l'étape suivante (les Municipales) en récupérant les débris épars de LR et du PS après le 26 mai, c'est Philippe qui s'y colle: il a en charge de faire croire que le gouvernement a une politique.
Comme les troufions de la macronie voteront la confiance les yeux et les oreilles fermés, son discours n'a aucun besoin d'avoir un contenu, et surtout pas un lendemain: ça va juste occuper les politiciens et les médias pendant quelques jours.
edac44
- 11/06/2019 - 12:30
Objectif de Macron pour la France : droit dans le mur
C'est tout le problème d'avoir élu un jeune branleur arrogant et prétentieux
issu de la finance mais qui ne connait rien au monde de l'entreprise et de l'industrie.

Macron raisonne uniquement en termes financiers et ne sert que l'intérêt de ceux qui l'on élu.

Baisser la dépense publique à la veille des élections municipales serait bien évidemment souhaitable
mais électoralement parlant contre productif pour LREM ...
comme
d'avoir fait différer au lendemain des élections européennes
les annonces des 1000 licenciements chez Général Electric
et prétendre n'avoir pas été au courant de cette situation

Le patron de Général Electric était l’ancien conseiller de Macron !...

Les détracteurs du gouvernement ont pourtant de quoi se poser des questions,
ne serait-ce que parce que Hugh Bailey a été conseiller du président Emmanuel Macron à Bercy lorsqu’il était ministre de l’Économie.

Et que c’était lui qui avait supervisé l’opération de la cession des activités d’Alstom à Général Electric avant d’en prendre la tête en avril 2019.

Macron et sa bande continuent à prendre les français pour des cons,
mais chez "en marche", on dit soumission