En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

07.

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 1 heure 30 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

il y a 1 heure 31 min
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 14 heures 33 min
light > Culture
Hommage
Abou Dabi inaugure sa nouvelle avenue Jacques Chirac
il y a 16 heures 16 min
décryptage > Politique
Vraiment ?

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

il y a 18 heures 9 min
décryptage > Sport
Réel succès ?

Cette maladie du tennis français qui se cache derrière la victoire de la France en finale de la FED Cup

il y a 21 heures 36 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les mystères médicaux autour de l’affaire de la nouvelle formule du Levothyrox

il y a 22 heures 13 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Au secours ? Amazon veut rendre Alexa intelligente en traitant nos données personnelles
il y a 22 heures 26 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 1 heure 30 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 1 heure 31 min
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 14 heures 1 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 15 heures 27 min
pépites > Terrorisme
Expulsion
La Turquie va expulser 11 djihadistes français dans les prochains jours
il y a 16 heures 44 min
décryptage > Europe
Les entrepreneurs parlent aux Français

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

il y a 18 heures 24 min
décryptage > Economie
(Piètres) raisons

1,3% de croissance en France : pourquoi pas plus ? Quatre (piètres) raisons et une obligation

il y a 21 heures 50 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

La droite française est-elle maudite ? : les causes historiques de la malédiction de la droite

il y a 22 heures 13 min
décryptage > Environnement
Immobilité

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

il y a 22 heures 35 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Vision du Medef sur la politique gouvernementale

Geoffroy Roux de Bézieux : "Edouard Philippe doit donner le cap de la politique économique et donner une vision de ce que peut être un capitalisme français et européen"

Publié le 11 juin 2019
Le président du Medef a accordé un entretien au Figaro. Il a tenu à mettre en garde le Premier ministre Edouard Philippe avant son discours de politique générale. Geoffroy Roux de Bézieux a également indiqué que la France était dans une impasse budgétaire et a donné son avis sur les futures réformes du quinquennat d'Emmanuel Macron (les retraites et l'assurance chômage).
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président du Medef a accordé un entretien au Figaro. Il a tenu à mettre en garde le Premier ministre Edouard Philippe avant son discours de politique générale. Geoffroy Roux de Bézieux a également indiqué que la France était dans une impasse budgétaire et a donné son avis sur les futures réformes du quinquennat d'Emmanuel Macron (les retraites et l'assurance chômage).

Geoffroy Roux de Bézieux a tenu à avertir Edouard Philippe avant son discours de politique générale qui doit marquer officiellement le début de l'acte II du quinquennat d'Emmanuel Macron. Le programme des futures réformes devrait notamment être dévoilé par le Premier ministre lors de son allocution à l'Assemblée nationale. 

Le président du Medef s'est exprimé dans les colonnes du Figaro dans le cadre d'un long entretien.  

Geoffroy Roux de Bézieux a donc souhaité alerter le Premier ministre avant son discours de politique générale : 

"Nous attendons que le premier ministre prenne en compte un contexte mondial en plein bouleversement. […] Édouard Philippe doit donner le cap de la politique économique et donner une vision de ce que peut être un capitalisme français et européen. Et il faut que les réformes et les priorités budgétaires dont il va parler s’intègrent dans ce contexte."

Geoffroy Roux de Bézieux a évoqué notamment la perte de confiance du président de la République et du Premier ministre chez les entrepreneurs. 

"Emmanuel Macron, lui, a créé à son arrivée un choc de confiance, avec un discours proentreprises et non punitif. La prime Macron, non obligatoire et défiscalisée, a été un énorme succès parce qu’elle revenait à faire confiance aux entreprises. La confiance des entrepreneurs, c’est la base de la croissance! Mais aujourd’hui, c’est vrai, les entrepreneurs doutent. […] On est aujourd’hui dans une impasse budgétaire et plus un chef d’entreprise ne croit à la trajectoire du gouvernement. Or, un entrepreneur investit et embauche s’il anticipe que les conditions d’exercice de son activité ne vont pas changer, ce qui n’est plus le cas. La poursuite de la baisse de l’impôt sur les sociétés a déjà été reportée d’un an et, là, il se dit que c’est l’entreprise qui va payer l’addition à la fin".

Le président du Medef a tenu à rappeler le contexte économique actuel : 

"Le multilatéralisme est en crise. La mondialisation heureuse des trente dernières années n’a plus cours. Quand la Chine est entrée dans l’OMC, en 2001, nous pensions qu’on irait vers un modèle de capitalisme économique uniforme alliant libertés économique et politique".

Geoffroy Roux de Bézieux a aussi évoqué le contexte économique en France : 

"Depuis trente ans, la France mène une politique de la demande, libérant du pouvoir d’achat en augmentant les dépenses publiques et en s’endettant. Il y a quatre ans, pour la première fois, le pacte de responsabilité a inversé cette logique et créé un choc d’offre, avec plus de 30 milliards d’euros réinjectés dans l’économie. Le résultat : 800.000 emplois créés depuis par les entreprises".

Le président du Medef a plaidé pour la mise en place d'un "choc de l'offre" : 

"Nous venons d’avoir un choc de la demande de 17 milliards d’euros ; si nous ne l’accompagnons pas d’un choc de l’offre couplé avec une baisse de dépenses publiques, nous retomberons dans nos vieux travers consistant à soutenir temporairement le pouvoir d’achat, sans redonner davantage de compétitivité à l’appareil productif".

Geoffroy Roux de Bézieux lors de cet entretien au Figaro a abordé la délicate question de la réforme des retraites, l'un des chantiers majeurs des mois à venir : 

"La mère de toutes les réformes, c’est celle des retraites. C’est une nécessité structurelle qui ne doit pas se faire sans effort financier. Mais attention, cette réforme ne peut pas se traduire par une confiscation des réserves constituées par les régimes bien gérés du secteur privé […] En termes d’efficacité, l’âge l’égal est le vrai marqueur du changement des comportements des employeurs et des employés. Un passage à 64 ans, au rythme d’un trimestre par an dès 2020, permettrait d’économiser 17 milliards d’euros en année pleine en 2028".

Le patron du Medef a critiqué la réforme de l'assurance chômage par le gouvernement et le système de bonus-malus : 

"C’est une décision du président de la République que je regrette. Le bonus-malus est un système complexe qui n’aura aucun impact sur les contrats de moins d’un mois. Tel qu’il est conçu, il n’est pas une surtaxation des contrats courts mais une taxation sur le turnover qui revient à pénaliser les entreprises qui ont beaucoup de rotation de salariés, sous-entendant qu’elles ne sont pas vertueuses. C’est une forme d’infantilisation, à deux doigts de l’économie punitive, qui envoie un signal de défiance aux entrepreneurs […] Cette réforme ne pourra pas se traduire par un bonus-malus sur les entreprises et aucune disposition d’incitation au retour à l’emploi. L’exécutif a su reprocher aux partenaires sociaux de ne pas prendre leurs responsabilités quand ils devaient le faire, j’attends qu’il prenne aujourd’hui les siennes".

Reste à savoir si Edouard Philippe va suivre les conseils du président du Medef à l'occasion de son discours de politique générale. Le Premier ministre va s'exprimer mercredi à l'Assemblée nationale. 

Vu sur : Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

07.

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
DANIEL74
- 13/06/2019 - 07:56
ETAT PROVIDENCE OU TOTALITAIRE ?
Le capitalisme en France c'est le capitalisme de connivence ou l'art de dépenser l'argent du contribuable pour détruire au lieu de construire et pour le bonheur de quelques uns !
J'accuse
- 11/06/2019 - 16:09
Non-événement
Le seul cap de Macron, c'est 2022. L'économie, il s'en balance.
Philippe est là pour jeter de la poudre aux yeux: le Medef est-il aveuglé ?
Macron étant occupé à manœuvrer pour l'étape suivante (les Municipales) en récupérant les débris épars de LR et du PS après le 26 mai, c'est Philippe qui s'y colle: il a en charge de faire croire que le gouvernement a une politique.
Comme les troufions de la macronie voteront la confiance les yeux et les oreilles fermés, son discours n'a aucun besoin d'avoir un contenu, et surtout pas un lendemain: ça va juste occuper les politiciens et les médias pendant quelques jours.
edac44
- 11/06/2019 - 12:30
Objectif de Macron pour la France : droit dans le mur
C'est tout le problème d'avoir élu un jeune branleur arrogant et prétentieux
issu de la finance mais qui ne connait rien au monde de l'entreprise et de l'industrie.

Macron raisonne uniquement en termes financiers et ne sert que l'intérêt de ceux qui l'on élu.

Baisser la dépense publique à la veille des élections municipales serait bien évidemment souhaitable
mais électoralement parlant contre productif pour LREM ...
comme
d'avoir fait différer au lendemain des élections européennes
les annonces des 1000 licenciements chez Général Electric
et prétendre n'avoir pas été au courant de cette situation

Le patron de Général Electric était l’ancien conseiller de Macron !...

Les détracteurs du gouvernement ont pourtant de quoi se poser des questions,
ne serait-ce que parce que Hugh Bailey a été conseiller du président Emmanuel Macron à Bercy lorsqu’il était ministre de l’Économie.

Et que c’était lui qui avait supervisé l’opération de la cession des activités d’Alstom à Général Electric avant d’en prendre la tête en avril 2019.

Macron et sa bande continuent à prendre les français pour des cons,
mais chez "en marche", on dit soumission