En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce que les municipales risquent d’imposer à Emmanuel Macron

02.

Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles

03.

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

04.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

05.

Plus précieux que l’or, le palladium : les raisons d’un envol des prix

06.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

07.

Cette si discrète entreprise qui pourrait faire que nos vies privées ne le soient… plus jamais

01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

04.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

ça vient d'être publié
pépites > High-tech
Apple Pay
2020 : 99 % des cartes françaises seront compatibles Apple Pay
il y a 2 heures 47 min
pépite vidéo > Media
Un bad buzz
Rognée d'une photo officielle : Vanessa Nakate dénonce un acte raciste
il y a 5 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dépendances" : une pièce de théâtre où la fratrie est mise en avant

il y a 8 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Là où chantent les écrevisses" : un roman qui a déjà conquis 4 millions de lecteurs

il y a 8 heures 52 min
décryptage > Santé
Un nouveau débat ?

Fongicides : ces lanceurs d’alerte qui plombent les débats scientifiques

il y a 9 heures 47 min
décryptage > Santé
Septicémies

Alerte à l’empoisonnement du sang : une mort sur 5 dans le monde causée par les sepsis

il y a 11 heures 20 min
décryptage > High-tech
Adieu l'intimité !

Cette si discrète entreprise qui pourrait faire que nos vies privées ne le soient… plus jamais

il y a 11 heures 40 min
décryptage > Economie
Attention !

Alerte au Coronavirus sur l’économie mondiale : une panique planétaire couve sur les marchés

il y a 12 heures 10 min
décryptage > Politique
Un parti à bout de souffle ?

Ce que les municipales risquent d’imposer à Emmanuel Macron

il y a 12 heures 47 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Coronavirus : l'OMS fait évoluer son évaluation de la menace en la qualifiant "d'élevée" à l'international
il y a 1 jour 10 min
pépites > Politique
Et après ?
Brexit : Quelles sont les démarches que les Français devront effectuer pour se rendre en Grande-Bretagne ?
il y a 3 heures 36 min
pépites > Santé
Conoravirus
Coronavirus : comment les Français atteints du virus sont-ils pris en charge sur le territoire ?
il y a 6 heures 21 min
décryptage > Politique
C'est grave docteur ?

Et Benjamin Griveaux dérailla gravement à la gare de l'Est…

il y a 8 heures 40 min
décryptage > Politique
Nouvelle technologie

Ce laser super puissant développé par Israël pourrait devenir un instrument de paix

il y a 9 heures 29 min
décryptage > Politique
Lendemains qui déchantent

L’Europe face à une gueule de bois post Brexit

il y a 10 heures 32 min
décryptage > Santé
Le fugitif

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

il y a 11 heures 33 min
décryptage > Société
Inquiiétude

De l’inquiétant au dramatique : ces réalités diverses qui se cachent derrière le chiffre global de la hausse des actes racistes et xénophobes

il y a 11 heures 55 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit à J-4 : Boris Johnson doit tout changer pour que rien ne bouge

il y a 12 heures 20 min
pépite vidéo > Social
Aucune réponse du gouvernement
Eric Drouet se confie sur sa décision de se retirer du mouvement des Gilets jaunes
il y a 23 heures 29 min
pépites > Politique
Officialisation
Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, s’engage dans la campagne des municipales et sera tête de liste à Tourcoing
il y a 1 jour 1 heure
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Vision du Medef sur la politique gouvernementale

Geoffroy Roux de Bézieux : "Edouard Philippe doit donner le cap de la politique économique et donner une vision de ce que peut être un capitalisme français et européen"

Publié le 11 juin 2019
Le président du Medef a accordé un entretien au Figaro. Il a tenu à mettre en garde le Premier ministre Edouard Philippe avant son discours de politique générale. Geoffroy Roux de Bézieux a également indiqué que la France était dans une impasse budgétaire et a donné son avis sur les futures réformes du quinquennat d'Emmanuel Macron (les retraites et l'assurance chômage).
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président du Medef a accordé un entretien au Figaro. Il a tenu à mettre en garde le Premier ministre Edouard Philippe avant son discours de politique générale. Geoffroy Roux de Bézieux a également indiqué que la France était dans une impasse budgétaire et a donné son avis sur les futures réformes du quinquennat d'Emmanuel Macron (les retraites et l'assurance chômage).

Geoffroy Roux de Bézieux a tenu à avertir Edouard Philippe avant son discours de politique générale qui doit marquer officiellement le début de l'acte II du quinquennat d'Emmanuel Macron. Le programme des futures réformes devrait notamment être dévoilé par le Premier ministre lors de son allocution à l'Assemblée nationale. 

Le président du Medef s'est exprimé dans les colonnes du Figaro dans le cadre d'un long entretien.  

Geoffroy Roux de Bézieux a donc souhaité alerter le Premier ministre avant son discours de politique générale : 

"Nous attendons que le premier ministre prenne en compte un contexte mondial en plein bouleversement. […] Édouard Philippe doit donner le cap de la politique économique et donner une vision de ce que peut être un capitalisme français et européen. Et il faut que les réformes et les priorités budgétaires dont il va parler s’intègrent dans ce contexte."

Geoffroy Roux de Bézieux a évoqué notamment la perte de confiance du président de la République et du Premier ministre chez les entrepreneurs. 

"Emmanuel Macron, lui, a créé à son arrivée un choc de confiance, avec un discours proentreprises et non punitif. La prime Macron, non obligatoire et défiscalisée, a été un énorme succès parce qu’elle revenait à faire confiance aux entreprises. La confiance des entrepreneurs, c’est la base de la croissance! Mais aujourd’hui, c’est vrai, les entrepreneurs doutent. […] On est aujourd’hui dans une impasse budgétaire et plus un chef d’entreprise ne croit à la trajectoire du gouvernement. Or, un entrepreneur investit et embauche s’il anticipe que les conditions d’exercice de son activité ne vont pas changer, ce qui n’est plus le cas. La poursuite de la baisse de l’impôt sur les sociétés a déjà été reportée d’un an et, là, il se dit que c’est l’entreprise qui va payer l’addition à la fin".

Le président du Medef a tenu à rappeler le contexte économique actuel : 

"Le multilatéralisme est en crise. La mondialisation heureuse des trente dernières années n’a plus cours. Quand la Chine est entrée dans l’OMC, en 2001, nous pensions qu’on irait vers un modèle de capitalisme économique uniforme alliant libertés économique et politique".

Geoffroy Roux de Bézieux a aussi évoqué le contexte économique en France : 

"Depuis trente ans, la France mène une politique de la demande, libérant du pouvoir d’achat en augmentant les dépenses publiques et en s’endettant. Il y a quatre ans, pour la première fois, le pacte de responsabilité a inversé cette logique et créé un choc d’offre, avec plus de 30 milliards d’euros réinjectés dans l’économie. Le résultat : 800.000 emplois créés depuis par les entreprises".

Le président du Medef a plaidé pour la mise en place d'un "choc de l'offre" : 

"Nous venons d’avoir un choc de la demande de 17 milliards d’euros ; si nous ne l’accompagnons pas d’un choc de l’offre couplé avec une baisse de dépenses publiques, nous retomberons dans nos vieux travers consistant à soutenir temporairement le pouvoir d’achat, sans redonner davantage de compétitivité à l’appareil productif".

Geoffroy Roux de Bézieux lors de cet entretien au Figaro a abordé la délicate question de la réforme des retraites, l'un des chantiers majeurs des mois à venir : 

"La mère de toutes les réformes, c’est celle des retraites. C’est une nécessité structurelle qui ne doit pas se faire sans effort financier. Mais attention, cette réforme ne peut pas se traduire par une confiscation des réserves constituées par les régimes bien gérés du secteur privé […] En termes d’efficacité, l’âge l’égal est le vrai marqueur du changement des comportements des employeurs et des employés. Un passage à 64 ans, au rythme d’un trimestre par an dès 2020, permettrait d’économiser 17 milliards d’euros en année pleine en 2028".

Le patron du Medef a critiqué la réforme de l'assurance chômage par le gouvernement et le système de bonus-malus : 

"C’est une décision du président de la République que je regrette. Le bonus-malus est un système complexe qui n’aura aucun impact sur les contrats de moins d’un mois. Tel qu’il est conçu, il n’est pas une surtaxation des contrats courts mais une taxation sur le turnover qui revient à pénaliser les entreprises qui ont beaucoup de rotation de salariés, sous-entendant qu’elles ne sont pas vertueuses. C’est une forme d’infantilisation, à deux doigts de l’économie punitive, qui envoie un signal de défiance aux entrepreneurs […] Cette réforme ne pourra pas se traduire par un bonus-malus sur les entreprises et aucune disposition d’incitation au retour à l’emploi. L’exécutif a su reprocher aux partenaires sociaux de ne pas prendre leurs responsabilités quand ils devaient le faire, j’attends qu’il prenne aujourd’hui les siennes".

Reste à savoir si Edouard Philippe va suivre les conseils du président du Medef à l'occasion de son discours de politique générale. Le Premier ministre va s'exprimer mercredi à l'Assemblée nationale. 

Vu sur : Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce que les municipales risquent d’imposer à Emmanuel Macron

02.

Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles

03.

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

04.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

05.

Plus précieux que l’or, le palladium : les raisons d’un envol des prix

06.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

07.

Cette si discrète entreprise qui pourrait faire que nos vies privées ne le soient… plus jamais

01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

04.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
DANIEL74
- 13/06/2019 - 07:56
ETAT PROVIDENCE OU TOTALITAIRE ?
Le capitalisme en France c'est le capitalisme de connivence ou l'art de dépenser l'argent du contribuable pour détruire au lieu de construire et pour le bonheur de quelques uns !
J'accuse
- 11/06/2019 - 16:09
Non-événement
Le seul cap de Macron, c'est 2022. L'économie, il s'en balance.
Philippe est là pour jeter de la poudre aux yeux: le Medef est-il aveuglé ?
Macron étant occupé à manœuvrer pour l'étape suivante (les Municipales) en récupérant les débris épars de LR et du PS après le 26 mai, c'est Philippe qui s'y colle: il a en charge de faire croire que le gouvernement a une politique.
Comme les troufions de la macronie voteront la confiance les yeux et les oreilles fermés, son discours n'a aucun besoin d'avoir un contenu, et surtout pas un lendemain: ça va juste occuper les politiciens et les médias pendant quelques jours.
edac44
- 11/06/2019 - 12:30
Objectif de Macron pour la France : droit dans le mur
C'est tout le problème d'avoir élu un jeune branleur arrogant et prétentieux
issu de la finance mais qui ne connait rien au monde de l'entreprise et de l'industrie.

Macron raisonne uniquement en termes financiers et ne sert que l'intérêt de ceux qui l'on élu.

Baisser la dépense publique à la veille des élections municipales serait bien évidemment souhaitable
mais électoralement parlant contre productif pour LREM ...
comme
d'avoir fait différer au lendemain des élections européennes
les annonces des 1000 licenciements chez Général Electric
et prétendre n'avoir pas été au courant de cette situation

Le patron de Général Electric était l’ancien conseiller de Macron !...

Les détracteurs du gouvernement ont pourtant de quoi se poser des questions,
ne serait-ce que parce que Hugh Bailey a été conseiller du président Emmanuel Macron à Bercy lorsqu’il était ministre de l’Économie.

Et que c’était lui qui avait supervisé l’opération de la cession des activités d’Alstom à Général Electric avant d’en prendre la tête en avril 2019.

Macron et sa bande continuent à prendre les français pour des cons,
mais chez "en marche", on dit soumission