En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 1 heure 32 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 2 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 3 heures 50 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 4 heures 41 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 7 heures 19 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 9 heures 26 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 11 heures 16 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 14 heures 8 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 1 heure 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 3 heures 25 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 4 heures 11 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 6 heures 53 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 7 heures 43 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 10 heures 22 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 11 heures 49 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 12 heures 49 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 13 heures 43 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 15 heures 3 min
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
"La droite n'est pas à vendre"

Laurent Wauquiez estime que le parti Les Républicains ne doit pas devenir un "supplétif d'En marche" ni céder aux "sirènes des extrêmes"

Publié le 04 juin 2019
Laurent Wauquiez a accordé un entretien à la rédaction du Figaro. Il revient sur la défaite aux élections, la ligne de la droite, l'avenir des Républicains, le positionnement face à La République en marche et au Rassemblement National. L'ancien président des Républicains a annoncé sa démission ce dimanche. Cette décision intervient après la défaite aux Européennes.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Wauquiez a accordé un entretien à la rédaction du Figaro. Il revient sur la défaite aux élections, la ligne de la droite, l'avenir des Républicains, le positionnement face à La République en marche et au Rassemblement National. L'ancien président des Républicains a annoncé sa démission ce dimanche. Cette décision intervient après la défaite aux Européennes.

Après l'annonce de sa démission dimanche sur le plateau du journal de 20h de TF1, Laurent Wauquiez a accordé une longue interview à la rédaction du Figaro. Il considère que le parti Les Républicains ne doit ni devenir un "supplétif d'En marche", ni céder aux "sirènes des extrêmes".  

Laurent Wauquiez a souhaité mettre en garde contre l'éventuelle création d'un "grand parti mou de centre droit". 

"Si la droite se conçoit comme un supplétif d'En marche, soit en créant un grand parti mou de centre droit, soit en cédant aux sirènes des extrêmes et en courant derrière le RN, alors elle sera morte. L'avenir de la droite n'est pas dans un parti attrape-tout qui ne dit plus rien [...] La solution ne viendra pas d’une droite qui se dilue".

Laurent Wauquiez a insisté sur la ligne du parti et sur l'avenir de la droite : 

"Ce qui a tué la droite, c’est le sentiment qu’elle remet en cause sa ligne tout le temps, qu’elle n’a plus de colonne vertébrale ni de constance. […] Le problème, ce n’est pas la ligne, c’est que les gens ne nous croient plus. Il faut d’abord des paroles claires. Ensuite de la constance dans les idées que l’on défend. Et surtout il faut des actes forts là où nous sommes en responsabilité, notamment dans les collectivités locales". 

L'ancien président des Républicains a critiqué la politique d'Emmanuel Macron et pense que la droite a un avenir : 

"Mais une fois qu’on accepte de regarder la réalité du pays en face, ce qu’on voit n’est pas satisfaisant: dérive de la dépense publique, laxisme sur le régalien, et une pensée libertaire. Il y a trop de parfum de gauche pour que cela réponde aux aspirations d’un esprit de droite. Voilà pourquoi je crois profondément à l’avenir de la droite en France".

Laurent Wauquiez revient sur les raisons liées à sa démission et sur l'ambiance qui règne au sein des Républicains : 

"J'ai vu le danger du retour de la guerre des chefs, le désir de revanche et au fond un état d'esprit que j'ai connu par le passé et qui m'a écœuré, comme pendant l'affrontement Copé-Fillon ou pendant la présidentielle. […] J'en ai tiré la conclusion que si ma présence était un obstacle, alors il fallait partir. J'espère que ma démission permettra de sortir de la querelle des personnes et de travailler sur le fond. Au fond, il y a deux chemins pour la droite. Entre le reniement et les convictions, j’ai clairement choisi".

Malgré les difficultés et sa démission, Laurent Wauquiez souhaite rester optimiste. 

"C’est peut-être paradoxal mais je veux partager un espoir. Je crois en l’avenir de la droite même si tous les signes aujourd’hui montrent l’inverse: les âmes mortes chancellent ; les esprits perdent leur sang-froid. On n’est sûrement pas au bout des épreuves, je le sais bien. Mais j’appelle à garder l’espoir. Je suis convaincu qu’il y aura une reconstruction, même si cela prendra du temps. Pour cela, il y a néanmoins une condition essentielle: on a besoin d’une droite de convictions. La solution ne viendra pas d’une droite qui se dilue et ne dit plus rien. […] Si la droite n’oublie pas ses convictions ni ce qu’elle est, elle se reconstruira. Et je le souhaite de tout cœur. […] Le macronisme comme l’extrême droite sont en train de fracturer le pays en opposant les uns aux autres. Je le dis à mes amis: il ne faut pas baisser les bras, il ne faut pas renoncer". 

Laurent Wauquiez a tenu à être clair et ferme sur la question des aliances éventuelles entre Les Républicains, La République en marche et le Rassemblement National : 

"L’avenir de la droite n’est pas dans un parti attrape-tout qui ne dit plus rien. L’avenir de la droite n’est pas de se reforger en cherchant des alliances parce que l’on n’aurait pas le courage de se poser les questions de fond. La droite n’est pas à vendre à la découpe à LREM ou au RN. Il faut repartir du cœur de la politique: quel est le sens de l’intérêt général que nous portons, que faire pour que la France ait un avenir?"

Le président du Sénat Gérard Larcher organise ce mardi une réunion sur l'avenir des Républicains. 

Jean Leonetti a remplacé Laurent Wauquiez à la tête des Républicains pour une période de transition. Des élections devraient être organisées dans les mois à venir pour désigner le nouveau dirigeant des Républicains. 

Vu sur : Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 08/06/2019 - 11:12
"les extrêmes"
ne sont pas là où il le croit ( c'est à dire au RN ) , les extrêmes sont dans l'Est de Paris, maliens, maghrébins, pakistanais et j'en passe, ( les Chinois ont fui ) . Il faudrait que tout ce beau monde et de droite et de gauche revienne sur terre de temps en temps . " Le grand remplacement", vous n'y pensez pas ? eh bien si, on y pense, et même de plus en plus .
jurgio
- 06/06/2019 - 17:45
Entre deux chaises, il faut se résigner à s'asseoir par terre.
Mais ça fait mal aux fesses ! Il n'y a que les ânes qui sont susceptibles de mourir de faim et de soif entre le seau d'eau et le seau de son.
clo-ette
- 05/06/2019 - 18:56
personnalité
c'est un homme très intelligent, mais comme chacun au niveau de la psychologie, il y a toujours une petite faille, même toute petite, qui sert à un moment donné d'élément déclencheur .Pour lui, il a du manquer de psychologie, à un moment de sa carrière politique, mais pas grave, il est toujours là. Il faut aussi tenir compte en politique ( comme ailleurs) des rivalités et jalousies ...