En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© IROZ GAIZKA / POOL / AFP
Carnet de campagne
Emmanuel Macron s’attaque au Rassemblement National et estime que le mouvement des Gilets jaunes "n’a plus de débouché politique"
Publié le 17 mai 2019
Le président de la République Emmanuel Macron était en déplacement à Biarritz ce vendredi 17 mai afin de préparer le sommet du G7 qui se déroulera du 24 au 26 août prochain. Le chef de l’Etat s’est exprimé sur la campagne des élections européennes, sur le Rassemblement National et sur le mouvement des Gilets jaunes sans manier la langue de bois.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président de la République Emmanuel Macron était en déplacement à Biarritz ce vendredi 17 mai afin de préparer le sommet du G7 qui se déroulera du 24 au 26 août prochain. Le chef de l’Etat s’est exprimé sur la campagne des élections européennes, sur le Rassemblement National et sur le mouvement des Gilets jaunes sans manier la langue de bois.

Emmanuel Macron était en déplacement ce vendredi à Biarritz afin de rencontrer les élus locaux, dont le maire Michel Veunac, dans le cadre des préparatifs pour le sommet du G7, organisé du 24 au 26 août prochain. Emmanuel Macron s’est exprimé sur la campagne des Européennes et sur le Rassemblement National, en marge de ce déplacement. 

Le chef de l’Etat a fortement critiqué le bilan du parti de Marine Le Pen sur l’Europe. Selon lui, le Rassemblement National, "ce sont les sortants. Qu'ont fait les sortants? Ils ont voté contre tous les projets que la France a défendus en Europe y compris pour nous protéger". Emmanuel Macron a appelé les Français à "donner de la force à la liste" de Nathalie Loiseau. 

Selon le président de la République, "on a plus parlé" du parti de Marine Le Pen "pour des affaires d’assistants que pour des réussites politiques". Le chef de l’Etat a violemment ciblé et critiqué le parti de Marine Le Pen : 

"Moi je ne fais pas partie de ceux qui pensent que ce n’est pas grave si le Rassemblement national est encore une fois le grand gagnant de ces élections. Il y a cinq ans, il a été le grand gagnant. Il ne faut pas l’oublier. Et nous n’avons pas offert au reste de l’Europe le plus beau des visages à cet égard. Ils sont là. Ce sont les sortants. Qu’ont fait les sortants? Ils ont voté contre tous les projets que la France a défendus en Europe. Sur tout un tas de sujet, leur bilan est une catastrophe pour le pays et pour l’Europe. Je considère que c’est mon devoir, de là où je suis, simplement, d’appeler nos concitoyens à regarder le sujet tel qu'il est, à regarder ce qu’a fait ce mouvement politique en Europe. Les extrêmes (et) les partis nationalistes montent partout en Europe, parce que nous sommes bousculés par des grands changements, par des inquiétudes. Je pense que mon devoir c’est, de là où je suis, de lutter contre cela parce qu’il n’y a pas de fatalité. L’Histoire nous jugera. Et elle jugera celles et ceux qui ont été faibles avec la montée des nationalismes, avec le retour des discours violents. Et je ne veux pas être de ceux qui ne se seront pas battus contre cela".

Ces déclarations interviennent à moins de dix jours du scrutin européen, le 26 mai prochain. La liste du Rassemblement National de Jordan Bardella a récemment dépassé, avec 23,5% d’intentions de votes, celle de Nathalie Loiseau et de La République en marche (22,5%), selon un récent sondage Harris Interactive-Epoka pour RTL, Le Figaro, et TF1-LCI.

A la veille d’un nouveau samedi de mobilisation des Gilets jaunes, Emmanuel Macron a également jugé ce vendredi que le mouvement n'avait "plus de débouché politique". Le chef de l’Etat a appelé "au calme" ceux qui continuent à manifester. Il les a invité à voter, voire à se présenter aux élections.

"Je considère pour ma part que j'ai apporté des réponses aux Françaises et aux Français sur ce qui avait conduit à ce mouvement, à la fois le 10 décembre et dans la conférence de presse que j'ai donnée. Je crois que [pour] celles et ceux qui continuent aujourd'hui [à manifester], il n'y a plus de débouché politique. Nous avons fait notre part de travail, maintenant chacun doit aller voter aux élections, et quand il porte des idées se présenter aux élections(...) Mais la démocratie, ça ne se joue pas le samedi après-midi. [Chacun doit] retrouver le cours de sa vie, exprimer ses divergences d'opinion, le faire librement et le faire en particulier dans les temps que prévoit la démocratie, ceux du vote".

Emmanuel Macron a profité de ce déplacement pour confirmer son intention de s’engager dans la campagne des Européennes : 

"Je continuerai de m’impliquer (dans la campagne) en faisant la pédagogie de ce qu’est l’Europe, de ce que nous avons fait, de ce que je souhaite que nous puissions faire dans les prochains mois et les prochaines années à cet égard. J’aurai l’occasion, du coup, de me ré-exprimer. Je ne sais pas encore sous quelle forme, durant les 10 jours qui viennent, mais je le ferai".

Emmanuel Macron a aussi incité les jeunes à se déplacer et à aller voter le 26 mai prochain. 

"Dans beaucoup de pays, quand des choix ont été faits ces dernières années, les jeunes n’ont pas été voter. Ils se sont fait voler le vote. On ne peut pas considérer que nous sommes une grande Nation politique, qui veut plus de participation, qui veut davantage s’exprimer, et quand un scrutin est là de dire on ne va pas voter. Ce ne serait pas cohérent".

Vu sur : Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
02.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
03.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Un Américain a passé un an à ne manger que des aliments aux dates de péremption dépassées, voilà les leçons qu’on peut en tirer
06.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
07.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 18/05/2019 - 15:08
Les urnes suffisent-elles pour avoir un débouché politique ?
Un pari difficile dans un contexte où les mal embouchés de la politique s'efforcent d'éteindre les voix.
cloette
- 18/05/2019 - 07:51
la voix
pas celle de l'expression des urnes, celle ,sonore, du président Macron qui plus il parle, plus perd de voix ( dans les urnes)
Bérurier74
- 17/05/2019 - 22:57
Assistant parlementaire?
Mais on en a moins parlé que de Benalla, Castaner, etc... et de tous les bras cassés qu'il trimbale...