En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© LUCAS BARIOULET / AFP
Témoignages bouleversants
Gilets jaunes : le douloureux combat au quotidien des citoyens éborgnés
Publié le 04 avril 2019
L'AFP a recueilli le témoignage de nombreux Gilets jaunes et de citoyens grièvement blessés à l'œil lors de manifestations ces derniers mois. Leurs récits montrent leurs difficultés au quotidien pour surmonter un tel traumatisme.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'AFP a recueilli le témoignage de nombreux Gilets jaunes et de citoyens grièvement blessés à l'œil lors de manifestations ces derniers mois. Leurs récits montrent leurs difficultés au quotidien pour surmonter un tel traumatisme.

Les manifestations des Gilets jaunes ont été émaillées par de nombreux drames ces derniers mois. Des citoyens venus manifester pacifiquement ont perdu un œil. L'utilisation des lanceurs de balles de défense par les forces de l'ordre est très critiquée et a généré une vive polémique depuis le début du mouvement. 

Selon des informations du journaliste indépendant David Dufresne et son projet "Allô place Beauveau ?" ou bien du collectif "Désarmons-les", 23 personnes ont affirmé avoir perdu un œil depuis le mois de novembre 2018. 

Ce fut le cas notamment de l'une des figures du mouvement, Jérôme Rodrigues

L'AFP a obtenu le témoignage de 14 de ces personnes grièvement blessées. Neuf ont refusé de s'exprimer. Au total, 21 hommes et 2 femmes ont perdu l'usage d'un œil.  

Certaines personnes mutilées étaient des "lycéens" ou des simples "passants" et réfutent leur appartenance au mouvement des Gilets jaunes. 

Le lanceur de balles de défense (LBD) et les grenades de désencerclement (GLI-F4) seraient responsables de ces blessures. 

14 des personnes blessées gravement ont perdu la vue ou leur œil. Pour l'une des personnes, la blessure serait moins visible mais seules quelques formes apparaissent. Certains de ces blessés graves tentent de donner un sens à cet événement. Patrice, âgé de 49 ans, considère cette blessure comme un "passeport pour un combat contre les armes dites non létales". 

La très grande majorité d'entre eux est terriblement affectée par cette mutilation. Certains blessés ne sortent plus de chez eux, vivent prostrés comme des "taupes", dans le noir. 

Alexandre s'est confié à l'AFP : "J'ai 37 ans, ma vie est gâchée. J'aurais préféré prendre dix ans de prison. On peut me donner toutes les indemnités du monde, on m'a pris une partie de moi, ce qui m'est arrivé est marqué sur mon visage. J'espère que je pourrai retravailler".

Un d'entre eux a indiqué avoir fait une tentative de suicide. 

David, 40 ans, blessé à Paris le 16 mars, décrit la violence du choc et s'est confié sur son état : 

"J'étais en train de marcher, j'ai tourné la tête et j'ai pris le tir. On a l’impression de recevoir un gros parpaing dans la tête, tellement la force elle est monumentale. C’est énorme, ça m’a couché, ça m’a foutu par terre. J’avais juste mon gilet jaune, mon sac à dos, ma clope et c’est tout. J’étais une cible, je marchais tranquillement, je courais pas, j’étais fatigué (…) Là je suis chez moi, je suis enfermé avec les volets fermés tellement ça fatigue l’autre œil. Dès qu’il y a un peu de soleil, ou le reflet de la télé, ça me fait mal aux yeux, ça me fatigue".  

Franck, 20, blessé à Paris le 1er décembre, souhaiterait connaître les motivations du CRS qui lui a tiré dessus avec un LBD : 

"Depuis que j'ai été blessé je me demande pourquoi il m'a tiré dessus ce CRS. Où était l'acte de violence ? J'aimerais bien que ce CRS se manifeste, qu'il vienne devant moi, et que droit dans les yeux il me dise pourquoi il m'a tiré dessus. Parce que là il a gâché ma vie. Le plus compliqué, c'est d'apprécier les distances, quand tu te sers un verre d'eau. Il faut tout réapprendre. Moi j'étais paysagiste, depuis trois ans dans une entreprise. J'intervenais principalement chez des personnes âgées, mais depuis j'ai beaucoup de mal à retrouver du boulot…. Je ne pense pas qu'un patron va reprendre un ouvrier comme moi avec un œil en moins".

Vanessa, 33 ans, blessée à Paris le 15 décembre, raconte les circonstances de sa grave blessure et son douloureux combat au quotidien : 

"On tombe sur une barre de CRS. On fait demi-tour, on marche. Des policiers en civil arrivent, ils tirent. Je me fais impacter. Ma meilleure amie entend 'pouh ! pouh!' Elle tourne la tête, un truc noir tombe par terre. 'C'est pas de la lacrymo' se dit-elle...Pour moi, plein de choses se sont effacées. Mais des images que j'ai vues, je suis à terre, le crâne éclaté, on voit l'os. Mon amie est traumatisée, elle m'a cru morte (…) J'ai eu 2 interventions à l'hôpital : pour l'hémorragie crânienne, puis pour me poser trois plaques de métal. C'est en sortant que ça a été beaucoup plus compliqué. Mon œil ne peut pas être opéré, il ne se réparera jamais. C'est touché à l'intérieur: j'ai des trous au niveau du nerf optique. L'handicap de mon handicap c'est qu'il ne se voit pas. J'ai des maux de tête, de la fatigue, les gens ne vont pas comprendre que je sois KO parce que j'ai une apparence normale. J'ai l'impression de ne plus être moi-même. Je prenais soin de moi-même, j'adorais me maquiller, m'apprêter, maintenant je ne peux plus. Ma vie désormais c'est un combat au quotidien. J'ai un an de rééducation devant moi. Mon visage et surtout le cerveau. Je ne retiens plus du tout. Les connexions ne se font plus".

Jean-Marc, 41 ans, a été blessé à Bordeaux le 8 décembre : 

"Pour l'instant il n'y a pas de futur, il n'y a que le présent. Et je pense que toutes les victimes sont comme ça. Physiquement je me sens bien, je suis combatif. Par contre, moralement j'ai des faiblesses. La perte d'un oeil, c'est quelque chose de très dur. J'étais très sportif, je faisais du kayak en mer, j'allais pêcher... Il y a beaucoup de choses que je ne peux plus faire. J'étais horticulteur".

Jérôme Rodrigues, l'une des figures des Gilets jaunes, blessé lors d'une manifestation Place de la Bastille le 26 janvier, s'est également confié à l'AFP

"Je vois une équipe de jaunes qui sont amis avec moi qui venaient justement de se faire gazer. Je leur disais 'partez d’ici les gars, allez pas vous blesser, allez pas perdre un œil'. Je vois une escouade de policiers qui commence à se mettre un petit peu en action. Je sais que je ne les gêne pas à l’instant T, mais j’ai ce mouvement de recul. Je me dis 'recule-toi, les mecs ils vont se mettre au boulot on va pas les déranger'. Et là, patatras, je me prends une grenade au niveau des pieds qui m’abrutit l’espace d’une seconde, et une à deux secondes après un énorme impact au niveau de l’œil suite au tir de LBD que j’ai subi. Aujourd'hui, qu'est-ce qui se passe ? Deux vies déglinguées. La mienne. Et le policier qui m'a tiré dessus, il va lui arriver quoi à lui ? Il a peut-être une femme et des enfants. Alors il a respecté un ordre, il est dans son bon droit, certes, mais peut-être qu'il a aussi une vie détruite derrière. Ça me dérange d'être un symbole. Je me battais pour remplir le frigo, le RIC et la fin des privilèges et je m'aperçois qu'aujourd'hui je vais devoir mener un nouveau combat".

La plupart des hommes et des femmes grièvement blessés en marge des manifestations des Gilets jaunes ont décidé de porter plainte. 

Vu sur : AFP
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
04.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
05.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
06.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
07.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
05.
La droite après Les Républicains
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JG
- 07/04/2019 - 22:37
@Benvoyons
Votre dernière intervention est incompréhensible...surveillez votre clavier....et on ne dit pas "malgré qu'il avait" mais "bien qu'il eût". Mais rassurez vous, je déteste Sartre tout autant que vous...
Caustik317
- 07/04/2019 - 02:10
Honte,
au totalitarisme macronien et ses bras armés : Nunès et Castaner.
Benvoyons
- 05/04/2019 - 15:39
Humour noir
Un Gilet Jaune entre dans un Bar & demande un Jaune au barman, mais à l’œil.