En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

04.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

07.

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Solidarité
Covid-19 : la Commission européenne propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour sortir de la crise
il y a 42 min 7 sec
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 1 heure 37 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 5 heures 11 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 5 heures 44 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 6 heures 23 min
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 19 heures 6 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 21 heures 17 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 22 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 23 heures 47 min
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 1 heure 9 min
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 3 heures 46 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 5 heures 23 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 6 heures 4 min
décryptage > Politique
Zombie qui s’ignore

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

il y a 6 heures 35 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 20 heures 16 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 22 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 23 heures 31 min
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 1 jour 7 min
© LUCAS BARIOULET / AFP
© LUCAS BARIOULET / AFP
Témoignages bouleversants

Gilets jaunes : le douloureux combat au quotidien des citoyens éborgnés

Publié le 04 avril 2019
L'AFP a recueilli le témoignage de nombreux Gilets jaunes et de citoyens grièvement blessés à l'œil lors de manifestations ces derniers mois. Leurs récits montrent leurs difficultés au quotidien pour surmonter un tel traumatisme.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'AFP a recueilli le témoignage de nombreux Gilets jaunes et de citoyens grièvement blessés à l'œil lors de manifestations ces derniers mois. Leurs récits montrent leurs difficultés au quotidien pour surmonter un tel traumatisme.

Les manifestations des Gilets jaunes ont été émaillées par de nombreux drames ces derniers mois. Des citoyens venus manifester pacifiquement ont perdu un œil. L'utilisation des lanceurs de balles de défense par les forces de l'ordre est très critiquée et a généré une vive polémique depuis le début du mouvement. 

Selon des informations du journaliste indépendant David Dufresne et son projet "Allô place Beauveau ?" ou bien du collectif "Désarmons-les", 23 personnes ont affirmé avoir perdu un œil depuis le mois de novembre 2018. 

Ce fut le cas notamment de l'une des figures du mouvement, Jérôme Rodrigues

L'AFP a obtenu le témoignage de 14 de ces personnes grièvement blessées. Neuf ont refusé de s'exprimer. Au total, 21 hommes et 2 femmes ont perdu l'usage d'un œil.  

Certaines personnes mutilées étaient des "lycéens" ou des simples "passants" et réfutent leur appartenance au mouvement des Gilets jaunes. 

Le lanceur de balles de défense (LBD) et les grenades de désencerclement (GLI-F4) seraient responsables de ces blessures. 

14 des personnes blessées gravement ont perdu la vue ou leur œil. Pour l'une des personnes, la blessure serait moins visible mais seules quelques formes apparaissent. Certains de ces blessés graves tentent de donner un sens à cet événement. Patrice, âgé de 49 ans, considère cette blessure comme un "passeport pour un combat contre les armes dites non létales". 

La très grande majorité d'entre eux est terriblement affectée par cette mutilation. Certains blessés ne sortent plus de chez eux, vivent prostrés comme des "taupes", dans le noir. 

Alexandre s'est confié à l'AFP : "J'ai 37 ans, ma vie est gâchée. J'aurais préféré prendre dix ans de prison. On peut me donner toutes les indemnités du monde, on m'a pris une partie de moi, ce qui m'est arrivé est marqué sur mon visage. J'espère que je pourrai retravailler".

Un d'entre eux a indiqué avoir fait une tentative de suicide. 

David, 40 ans, blessé à Paris le 16 mars, décrit la violence du choc et s'est confié sur son état : 

"J'étais en train de marcher, j'ai tourné la tête et j'ai pris le tir. On a l’impression de recevoir un gros parpaing dans la tête, tellement la force elle est monumentale. C’est énorme, ça m’a couché, ça m’a foutu par terre. J’avais juste mon gilet jaune, mon sac à dos, ma clope et c’est tout. J’étais une cible, je marchais tranquillement, je courais pas, j’étais fatigué (…) Là je suis chez moi, je suis enfermé avec les volets fermés tellement ça fatigue l’autre œil. Dès qu’il y a un peu de soleil, ou le reflet de la télé, ça me fait mal aux yeux, ça me fatigue".  

Franck, 20, blessé à Paris le 1er décembre, souhaiterait connaître les motivations du CRS qui lui a tiré dessus avec un LBD : 

"Depuis que j'ai été blessé je me demande pourquoi il m'a tiré dessus ce CRS. Où était l'acte de violence ? J'aimerais bien que ce CRS se manifeste, qu'il vienne devant moi, et que droit dans les yeux il me dise pourquoi il m'a tiré dessus. Parce que là il a gâché ma vie. Le plus compliqué, c'est d'apprécier les distances, quand tu te sers un verre d'eau. Il faut tout réapprendre. Moi j'étais paysagiste, depuis trois ans dans une entreprise. J'intervenais principalement chez des personnes âgées, mais depuis j'ai beaucoup de mal à retrouver du boulot…. Je ne pense pas qu'un patron va reprendre un ouvrier comme moi avec un œil en moins".

Vanessa, 33 ans, blessée à Paris le 15 décembre, raconte les circonstances de sa grave blessure et son douloureux combat au quotidien : 

"On tombe sur une barre de CRS. On fait demi-tour, on marche. Des policiers en civil arrivent, ils tirent. Je me fais impacter. Ma meilleure amie entend 'pouh ! pouh!' Elle tourne la tête, un truc noir tombe par terre. 'C'est pas de la lacrymo' se dit-elle...Pour moi, plein de choses se sont effacées. Mais des images que j'ai vues, je suis à terre, le crâne éclaté, on voit l'os. Mon amie est traumatisée, elle m'a cru morte (…) J'ai eu 2 interventions à l'hôpital : pour l'hémorragie crânienne, puis pour me poser trois plaques de métal. C'est en sortant que ça a été beaucoup plus compliqué. Mon œil ne peut pas être opéré, il ne se réparera jamais. C'est touché à l'intérieur: j'ai des trous au niveau du nerf optique. L'handicap de mon handicap c'est qu'il ne se voit pas. J'ai des maux de tête, de la fatigue, les gens ne vont pas comprendre que je sois KO parce que j'ai une apparence normale. J'ai l'impression de ne plus être moi-même. Je prenais soin de moi-même, j'adorais me maquiller, m'apprêter, maintenant je ne peux plus. Ma vie désormais c'est un combat au quotidien. J'ai un an de rééducation devant moi. Mon visage et surtout le cerveau. Je ne retiens plus du tout. Les connexions ne se font plus".

Jean-Marc, 41 ans, a été blessé à Bordeaux le 8 décembre : 

"Pour l'instant il n'y a pas de futur, il n'y a que le présent. Et je pense que toutes les victimes sont comme ça. Physiquement je me sens bien, je suis combatif. Par contre, moralement j'ai des faiblesses. La perte d'un oeil, c'est quelque chose de très dur. J'étais très sportif, je faisais du kayak en mer, j'allais pêcher... Il y a beaucoup de choses que je ne peux plus faire. J'étais horticulteur".

Jérôme Rodrigues, l'une des figures des Gilets jaunes, blessé lors d'une manifestation Place de la Bastille le 26 janvier, s'est également confié à l'AFP

"Je vois une équipe de jaunes qui sont amis avec moi qui venaient justement de se faire gazer. Je leur disais 'partez d’ici les gars, allez pas vous blesser, allez pas perdre un œil'. Je vois une escouade de policiers qui commence à se mettre un petit peu en action. Je sais que je ne les gêne pas à l’instant T, mais j’ai ce mouvement de recul. Je me dis 'recule-toi, les mecs ils vont se mettre au boulot on va pas les déranger'. Et là, patatras, je me prends une grenade au niveau des pieds qui m’abrutit l’espace d’une seconde, et une à deux secondes après un énorme impact au niveau de l’œil suite au tir de LBD que j’ai subi. Aujourd'hui, qu'est-ce qui se passe ? Deux vies déglinguées. La mienne. Et le policier qui m'a tiré dessus, il va lui arriver quoi à lui ? Il a peut-être une femme et des enfants. Alors il a respecté un ordre, il est dans son bon droit, certes, mais peut-être qu'il a aussi une vie détruite derrière. Ça me dérange d'être un symbole. Je me battais pour remplir le frigo, le RIC et la fin des privilèges et je m'aperçois qu'aujourd'hui je vais devoir mener un nouveau combat".

La plupart des hommes et des femmes grièvement blessés en marge des manifestations des Gilets jaunes ont décidé de porter plainte. 

Vu sur : AFP
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JG
- 07/04/2019 - 22:37
@Benvoyons
Votre dernière intervention est incompréhensible...surveillez votre clavier....et on ne dit pas "malgré qu'il avait" mais "bien qu'il eût". Mais rassurez vous, je déteste Sartre tout autant que vous...
Caustik317
- 07/04/2019 - 02:10
Honte,
au totalitarisme macronien et ses bras armés : Nunès et Castaner.
Benvoyons
- 05/04/2019 - 15:39
Humour noir
Un Gilet Jaune entre dans un Bar & demande un Jaune au barman, mais à l’œil.