En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© AFP
Différends professionnels

Yassine Belattar mis en examen pour "menaces de mort" et "harcèlement moral"

Publié le 29 mars 2019
Yassine Belattar a été mis en examen ce jeudi dans le cadre de l'enquête déclenchée suite à une plainte de Bruno Gaccio. Son employeur, Radio Nova, a annoncé sa mise en retrait de l’antenne.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yassine Belattar a été mis en examen ce jeudi dans le cadre de l'enquête déclenchée suite à une plainte de Bruno Gaccio. Son employeur, Radio Nova, a annoncé sa mise en retrait de l’antenne.

Yassine Belattar a été mis en examen, jeudi 28 mars, pour "menaces de mort" et "harcèlement moral". Une enquête avait été ouverte à la suite d’une plainte de Bruno Gaccio, l’ancien auteur des "Guignols de l'info". Yassine Belattar a été laissé libre. Il vient d’être placé sous contrôle judiciaire, avec l'interdiction d'entrer en contact avec toutes les victimes présumées et les personnes de ce dossier.

Il s'était rendu mardi à une convocation des enquêteurs du commissariat des Ve et VIe arrondissements. Le parquet de Paris avait ouvert cette enquête préliminaire à la suite d'un dépôt de plainte, le 24 janvier 2019, de Bruno Gaccio. Ce dernier affirme avoir été menacé de mort au téléphone par Yassine Belattar.

Selon des informations de Mediapart, Yassine Belattar est également accusé par plusieurs personnes du monde du spectacle "de comportements humiliants ou menaçants".

A la suite de cette mise en examen, Radio Nova, l'employeur de Yassine Belattar, a annoncé la "mise en retrait" de l'humoriste. Son émission, Les 30 Glorieuses, sera animée par Thomas Barbazan, son co-animateur. Les deux animateurs réinterpétaient notamment des chansons en mélangeant les paroles avec des imitations d'artistes célèbres très éloignés du texte d'origine. Radio Nova a annoncé dans un communiqué la "mise en retrait" de Yassine Belattar de son antenne après sa mise examen :  

"Suite à l'annonce de la mise en examen de l'humoriste Yassine Belattar, Radio Nova a pris la décision de le mettre en retrait de l'antenne".

Yassine Belattar est donc visé par plusieurs plaintes pour menaces de mort et harcèlement. Il a été mis en examen ce jeudi pour "menaces de mort matérialisées par un écrit ou une image", "menaces de crimes réitérées", "envois réitérés de messages malveillants" et "harcèlement moral". L’humoriste de 36 ans est mis en examen pour menaces sur six hommes et harcèlement moral sur une femme, une ancienne collaboratrice à France 24. Le parquet de Paris a donc décidé d’ouvrir une information judiciaire. 

Selon des informations du Parisien, Yassine Belattar a été confronté à Bruno Gaccio lors de sa garde à vue. Les deux hommes sont au cœur d’un litige depuis leur implication et leur activité professionnelle dans le cadre de "La Grosse Émission" sur Canal + en 2015. 

D’après Bruno Gaccio, Yassine Belattar a menacé de s’en prendre à sa famille. Selon des précision du Parisien, "devant les enquêteurs, Belattar a admis avoir tenu des propos vifs, dans un contexte de provocations mutuelles entre artistes et de litiges professionnels liés au monde du spectacle". Il s’est défendu de toute intention réelle de passer à l’acte physiquement.

Lors de son audition, Yassine Belattar a aussi été interrogé sur les menaces de mort présumées envers le producteur Kader Aoun. Yassine Belattar a aussi été questionné sur des propos concernant l’animateur Kevin Razy. Les accusations de Jessie Claire, une animatrice de CStar, qui a déposé plainte le 30 janvier dernier pour harcèlement moral, n’ont pas été retenues par la juge d’instruction. 

L’enquête va se poursuivre. D’autres victimes présumées pourraient se manifester.

L’avocate de Yassine Belattar, Maître Safya Akorri, s’est exprimée dans les colonnes du Parisien :

"J’espère que l’instruction fera précisément la lumière sur l’ensemble des faits. Je déplore que cette ouverture d’information ne repose que sur une enquête préliminaire à charge, incomplète et qui ne semble se baser que sur un article de presse".  

L'animateur radio de 36 ans, qui conteste les faits de harcèlement et une partie des menaces selon son avocate Me Safya Akorri, a donc été laissé libre sous contrôle judiciaire après avoir passé deux jours en garde à vue.

Vu sur : Le Parisien
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition Stéphane Gayet

05.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

07.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

Pourquoi cette étude confirme l'absence de lien entre vaccination et sclérose en plaques (mais ne suffira probablement pas à recréer la confiance)

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Caustik317
- 31/03/2019 - 16:50
C'est vraiment du beau monde,
l'entourage et la garde intime du président ; son garde du corps actuel, a été chois par Benalla. Est ce bien légal, que la vie et les secrets d'État soient gardés par des gens qui sont tous d'origine marocaine ?
Caustik317
- 31/03/2019 - 16:50
C'est vraiment du beau monde,
l'entourage et la garde intime du président ; son garde du corps actuel, a été chois par Benalla. Est ce bien légal, que la vie et les secrets d'État soient gardés par des gens qui sont tous d'origine marocaine ?