En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© PATRICK KOVARIK / AFP
Colère froide
Chantal Jouanno sur le Grand débat national : "Ils ont confondu débat public et campagne électorale"
Publié le 21 mars 2019
La présidente de la commission nationale du débat public s'est confiée à la rédaction de Challenges. Chantal Jouanno dévoile pourquoi elle a refusé de se porter garante du Grand débat national et critique l'attitude du président de la République Emmanuel Macron et du gouvernement.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La présidente de la commission nationale du débat public s'est confiée à la rédaction de Challenges. Chantal Jouanno dévoile pourquoi elle a refusé de se porter garante du Grand débat national et critique l'attitude du président de la République Emmanuel Macron et du gouvernement.

Chantal Jouanno porte un regard très critique au sujet du Grand débat national et sur l'attitude d'Emmanuel Macron dans une nouvelle interview publiée ce jeudi. Alors qu'elle occupe la fonction de présidente de la commission nationale du débat public (CNDP), Chantal Jouanno s'était retirée de l'organisation du Grand débat après les révélations sur son salaire. Elle a évoqué une nouvelle fois cette polémique dans les colonnes de Challenges

"Je suis devenue le symbole de l’injustice sociale. Et ne pouvais donc plus rester la garante du Grand débat national, dont le ferment était précisément l’injustice sociale. (…) Mon retrait n’empêchait pas la CNDP de faire le job, mais sans moi".

La présidente de la CNDP a violemment critiqué le processus mis en place par l'exécutif dans le cadre de cet entretien à Challenges, paru ce jeudi :   

"Ce qu'Emmanuel Macron et le gouvernement ont organisé, ce n'est pas un débat public, mais une opération de communication politique (…) Ils ont confondu débat public et campagne électorale. Écouter, cela n'est pas convaincre. Ni faire de la pédagogie".

Chantal Jouanno dévoile dans le cadre de cet entretien que Jean-Louis Borloo l'avait mis en garde lorsqu'Edouard Philippe lui avait confié la mission de préparer le Grand débat national. 

"Il était très réservé et m'a conseillé de fuir si ça sentait le roussi".

Selon Chantal Jouanno, la commission nationale du débat public n'aurait pas pu assumer cette mission à cause des règles strictes.

"L'exécutif voulait pouvoir relire et corriger le rapport final !".

La présidente de la commission avait alerté l'exécutif sur la nécessité de se soumettre à des règles en matière de transparence, d'équilibre de la parole des citoyens et d'équité dans le cadre du Grand débat. 

Les prochaines étapes du Grand débat national doivent se traduire par des actes de la part de l'exécutif comme le précise le site officiel du Grand débat :

"Toutes les contributions seront remontées pour permettre une analyse approfondie à la fois quantitative et qualitative et ainsi nourrir une restitution placée sous le contrôle et la responsabilité de garants. Elles permettront de forger un nouveau pacte économique, social et environnemental et de structurer l’action du Gouvernement et du Parlement dans les prochains mois".

Beaucoup de citoyens craignent que les réponses apportées à l'issue du Grand débat national ne répondent pas aux attentes des Gilets jaunes, à la crise et au malaise du pays depuis 18 semaines.

Vu sur : Challenges
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La vraie raison qui pousse Apple à multiplier le nombre d’Iphones qu’ils veulent lancer chaque année
02.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
03.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
06.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
07.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Poussard Gérard
- 22/03/2019 - 10:07
Enfumage...la suite
Tout le monde sait que ce fameux "grand" débat sera truqué...il n'y a que les les journaleux serviles qui disent le contraire...
Merci aux gilets jaunes d'avoir permis au peuple de se réveiller et découvrir enfin le vrai visage machiavélique de ce gouvernement composé de coquins, copains, fraudeurs, menteurs...
Anouman
- 21/03/2019 - 18:22
Débat
Quelles que soit les enseignement du grand débat le gouvernement ne fera que ce qu'il avait prévu de faire. Je ne doute pas non plus qu'il aura assez de talent pour présenter des mesures dont personne ne veut vraiment en interprétant à sa façon les "apports" des débats.