En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© LUCAS BARIOULET / AFP
Même pas mal

Gilets jaunes : l'Insee estime qu’il n’y a pas de conséquences dramatiques sur l’économie

Publié le 20 mars 2019
Dans sa dernière note de conjoncture, l’institut statistique conteste le gouvernement qui assure que la croissance française a été plombée par la crise des Gilets jaunes.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans sa dernière note de conjoncture, l’institut statistique conteste le gouvernement qui assure que la croissance française a été plombée par la crise des Gilets jaunes.

Mardi 19 mars, le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a assuré que la croissance devrait atteindre 1,4% en France cette année, tout en estimant que ce chiffre aurait pu être plus élevé sans les manifestations des "gilets jaunes". "La croissance française reste très forte : nous ferons 1,4% cette année. On fera mieux que quasiment tous les pays européens. On aurait peut-être 1,6 ou 1,7% s'il n'y avait pas le mouvement des gilets jaunes", a-t-il déclaré. Une vision contestée ce mercredi 20 mars par l'Insee dans sa dernière note de conjoncture.

L'impacte macroéconomique des Gilets jaunes plus faible que son retentissement politique et médiatique

L’institut souligne en effet que "si le mouvement des gilets jaunes a pu avoir des conséquences localement sévères, son impact macroéconomique à court terme a, sans conteste, été plus faible que son retentissement politique et médiatique". Le statisticien français explique également que les blocages de ronds-points et les manifestations dans les centres-villes chaque samedi "aurait ôté environ -0,1 point au PIB du quatrième trimestre 2018".

Les mesures de soutien au pouvoir d'achat (prime d'activité, CSG retraité...), la prime exceptionnelle de pouvoir d'achat (exonérée jusqu'à 1000 euros d'impôt sur le revenu et de toutes cotisations et contributions sociales) et les 10 milliards d'euros injectés dans l'économie pour répondre en urgence à la colère des Gilets jaunes boosteraient même la croissance française. Selon l'Insee, l'acquis de pouvoir d'achat du revenu des ménages à la mi-2019 devrait être de 1,8 %, soit plus qu'en 2018 (1,2 %) et 2017 (1,4 %). De ce fait, l'Insee vient de revoir à la hausse sa prévision de croissance du PIB. L'institut statistique vise désormais une progression de 0,4 % de l'activité au premier 2019 comme au deuxième trimestre.

 

 

Vu sur : Europe 1
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

03.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

04.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

05.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

06.

Psychogénéalogie : comment les générations familiales qui nous précèdent laissent leur empreinte sur notre identité

07.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Caustik317
- 22/03/2019 - 20:47
INSEE,
Comme toujours, impossible de faire confiance à cet "institut", totalement politisé à gauche. Dans cette enceinte, on aime pas trop travailler ; ce qui fait que les statistiques, sont souvent publiées à deux ans. C'est très utile pour travailler en temps réel, sur les 2 mois courants ! Chez INSEE, les chiffres sont toujours favorables au gouvernement de gauche en cours. Mieux vaut s'adresser à l'OCDE ou diverses Fondations beaucoup plus à jour des chiffres trimestriels de l'économie française ; il faut dire que eux sont dans le privé et soumis à audits et résultats !
Citoyen-libre
- 20/03/2019 - 13:50
+1 pour Darmanin et les économistes de salon
Ce qui prouve bien que la mauvaise croissance, les mauvais compte sociaux, les mauvaises retraites etc, sont exclusivement dus à la politique des bas salaires instaurée en France depuis 40 ans. On le voit bien avec Peugeot. C'était sa créativité, sa gestion qui étaient en cause et pas les salaires.
REAGAN
- 20/03/2019 - 12:21
croissance
Darmanin est un nul car la prime de fin d année donné par les sociétés a booster la croissance
sans les gilets jaunes la croissance aurait été moindre