En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© LUCAS BARIOULET / AFP
Même pas mal
Gilets jaunes : l'Insee estime qu’il n’y a pas de conséquences dramatiques sur l’économie
Publié le 20 mars 2019
Dans sa dernière note de conjoncture, l’institut statistique conteste le gouvernement qui assure que la croissance française a été plombée par la crise des Gilets jaunes.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans sa dernière note de conjoncture, l’institut statistique conteste le gouvernement qui assure que la croissance française a été plombée par la crise des Gilets jaunes.

Mardi 19 mars, le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a assuré que la croissance devrait atteindre 1,4% en France cette année, tout en estimant que ce chiffre aurait pu être plus élevé sans les manifestations des "gilets jaunes". "La croissance française reste très forte : nous ferons 1,4% cette année. On fera mieux que quasiment tous les pays européens. On aurait peut-être 1,6 ou 1,7% s'il n'y avait pas le mouvement des gilets jaunes", a-t-il déclaré. Une vision contestée ce mercredi 20 mars par l'Insee dans sa dernière note de conjoncture.

L'impacte macroéconomique des Gilets jaunes plus faible que son retentissement politique et médiatique

L’institut souligne en effet que "si le mouvement des gilets jaunes a pu avoir des conséquences localement sévères, son impact macroéconomique à court terme a, sans conteste, été plus faible que son retentissement politique et médiatique". Le statisticien français explique également que les blocages de ronds-points et les manifestations dans les centres-villes chaque samedi "aurait ôté environ -0,1 point au PIB du quatrième trimestre 2018".

Les mesures de soutien au pouvoir d'achat (prime d'activité, CSG retraité...), la prime exceptionnelle de pouvoir d'achat (exonérée jusqu'à 1000 euros d'impôt sur le revenu et de toutes cotisations et contributions sociales) et les 10 milliards d'euros injectés dans l'économie pour répondre en urgence à la colère des Gilets jaunes boosteraient même la croissance française. Selon l'Insee, l'acquis de pouvoir d'achat du revenu des ménages à la mi-2019 devrait être de 1,8 %, soit plus qu'en 2018 (1,2 %) et 2017 (1,4 %). De ce fait, l'Insee vient de revoir à la hausse sa prévision de croissance du PIB. L'institut statistique vise désormais une progression de 0,4 % de l'activité au premier 2019 comme au deuxième trimestre.

 

 

Vu sur : Europe 1
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La vraie raison qui pousse Apple à multiplier le nombre d’Iphones qu’ils veulent lancer chaque année
02.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
03.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
06.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
07.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Caustik317
- 22/03/2019 - 20:47
INSEE,
Comme toujours, impossible de faire confiance à cet "institut", totalement politisé à gauche. Dans cette enceinte, on aime pas trop travailler ; ce qui fait que les statistiques, sont souvent publiées à deux ans. C'est très utile pour travailler en temps réel, sur les 2 mois courants ! Chez INSEE, les chiffres sont toujours favorables au gouvernement de gauche en cours. Mieux vaut s'adresser à l'OCDE ou diverses Fondations beaucoup plus à jour des chiffres trimestriels de l'économie française ; il faut dire que eux sont dans le privé et soumis à audits et résultats !
Citoyen-libre
- 20/03/2019 - 13:50
+1 pour Darmanin et les économistes de salon
Ce qui prouve bien que la mauvaise croissance, les mauvais compte sociaux, les mauvaises retraites etc, sont exclusivement dus à la politique des bas salaires instaurée en France depuis 40 ans. On le voit bien avec Peugeot. C'était sa créativité, sa gestion qui étaient en cause et pas les salaires.
REAGAN
- 20/03/2019 - 12:21
croissance
Darmanin est un nul car la prime de fin d année donné par les sociétés a booster la croissance
sans les gilets jaunes la croissance aurait été moindre