En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© BERTRAND GUAY / AFP
Mesures dévoilées
Edouard Philippe remplace le préfet de police de Paris Michel Delpuech par Didier Lallement
Publié le 18 mars 2019
Le Premier ministre Edouard Philippe a dévoilé un certain nombre de mesures après les "dysfonctionnements" constatés en marge de la manifestation du samedi 16 mars lors de l'acte XVIII des Gilets jaunes à Paris. De très nombreux commerces ont été vandalisés par des casseurs. Le préfet de police de Paris a été remplacé et des manifestations pourraient être interdites dans certains quartiers.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Premier ministre Edouard Philippe a dévoilé un certain nombre de mesures après les "dysfonctionnements" constatés en marge de la manifestation du samedi 16 mars lors de l'acte XVIII des Gilets jaunes à Paris. De très nombreux commerces ont été vandalisés par des casseurs. Le préfet de police de Paris a été remplacé et des manifestations pourraient être interdites dans certains quartiers.

Le gouvernement a donc dévoilé des nouvelles mesures sécuritaires à la suite des "dysfonctionnements" constatés notamment sur les Champs-Elysées. Des casseurs ont infiltré la manifestation des Gilets jaunes sur la plus belle avenue du monde et ont vandalisé de nombreux commerces comme le magasin Hugo Boss, des kiosques ou bien encore le restaurant Le Fouquet's. 

Le Premier ministre Edouard Philippe s'est exprimé ce jeudi après-midi. 

Les manifestations dans les zones les plus touchées par les violences pourraient dorénavant être interdites si des "éléments ultras" sont présents. Les zones des Champs-Elysées à Paris, la place Pey-Berland à Bordeaux et la place du Capitole à Toulouse seraient concernées.   

"Dès samedi prochain, et chaque fois qu'il le faudra, nous interdirons les manifestations se revendiquant des Gilets jaunes dans les quartiers qui ont été les plus touchés dès lors que nous aurons la connaissance de la présence d'éléments ultras et de leur volonté de casser".

Une autre décision forte concerne le poste du préfet de police de Paris. Michel Delpuech sera remplacé par Didier Lallement, qui occupe actuellement le poste de préfet de la Nouvelle Aquitaine. 

"Mercredi en Conseil des ministres, le président de la République nommera préfet de police monsieur Didier Lallement, ancien secrétaire général du ministère de l'Intérieur". 

Pour Edouard Philippe, "la stratégie du maintien de l'ordre n'a pas été correctement exécutée". 

Les contraventions devraient également être augmentées dans le cadre des manifestations interdites. Cette amende se situe actuellement à 38 euros. Il faudra payer dorénavant 135 euros. 

"Je ne confonds pas les casseurs et la très grande majorité des Gilets jaunes qui, d'ailleurs, ne manifestent plus aujourd'hui. (...) Tous ceux qui participent à ces manifestations non déclarées se rendent complices. Leur seule revendication, c'est la violence. Je vais demander à la garde des Sceaux d'augmenter la contravention encourue en cas de participation à une manifestation interdite".

Edouard Philippe a également mis en garde certaines figures des Gilets jaunes comme Eric Drouet ou Maxime Nicolle en évoquant le recours à l'article 40 : 

"Un certain nombre de personnalités, et je mets personnalités entre guillemets, ont encouragé et légitimé les violences et continuent à le faire sans vergogne. J’ai demandé au ministre de l’Intérieur de saisir systématiquement la justice à leur encontre en utilisant les dispositions de l’article 40 du code de procédure pénale".

Le recours à l’article 40 "sera soumis à l’appréciation des magistrats bien évidemment sur des propos qui peuvent être considérés comme incitant à la violence ou légitimant l’usage de la violence", selon Matignon.

Edouard Philippe sera invité ce lundi soir sur le plateau du journal de France 2. Il devrait revenir sur les principales annonces du gouvernement. 

Vu sur : Franceinfo
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Reconstruction de Notre Dame : Emmanuel Macron prend-il le risque du « too much » ?
04.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
05.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
06.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
07.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
03.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pharamond
- 18/03/2019 - 19:56
C'est un classique! Cela ne
C'est un classique! Cela ne change pas vraiment la donne. Un nouveau Préfet ne peut faire plus avec l'arsenal juridique très contraignant qui l'encadre.
cloette
- 18/03/2019 - 18:02
j'ai cru comprendre
que ce n'était pas un bon choix ( dixit quelqu'un ) qui dénonce sa" gestion calamiteuse des gilets jaunes de Bordeaux." Si c'est vrai, la suite au prochain numéro ....