En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
En campagne

François-Xavier Bellamy : "L’Europe est une nécessité absolue"

Publié le 09 février 2019
La tête de liste des Républicains aux élections européennes a tenu son premier meeting de campagne, vendredi à Versailles.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La tête de liste des Républicains aux élections européennes a tenu son premier meeting de campagne, vendredi à Versailles.

François-Xavier Bellamy, tête de liste des Républicains pour les élections européennes, a tenu son premier meeting de campagne, vendredi 8 février à Versailles (Yvelines), ville où il est adjoint au maire depuis 2008. Un meeting placé sous le signe de son "projet pour l’Europe". Le philosophe, tout en assurant que "nous voulons maîtriser notre destin, ne pas subir une histoire qui se ferait sans nous", a rappelé que "l'Europe, c'est le goût de la liberté… depuis le Ve siècle avant Jésus-Christ". 

"On ne laissera pas dire que nous sommes anti-européens, c'est absurde", a lancé François-Xavier Bellamy. "La politique commence quand nous nous demandons ensemble ce que nous voulons pour notre avenir. L’Europe est une nécessité absolue", a-t-il dit.

"Nous avons besoin d'Europe pour continuer d'exister malgré cette guerre commerciale qui se joue au-dessus de nos têtes", revenant notamment sur le sujet de la fusion Alstom-Siemens rejetée par la commissaire européenne Margrethe Vestager. "Dans ce blocage, il ne faut pas accuser la Commission européenne, qui a pour mission de faire appliquer le droit européen", a-t-il analysé. Mais "face à des acteurs mondiaux nouveaux, nous devons rompre avec notre naïveté. Il nous faut reconstruire une Europe qui soit une alliance efficace au service des entreprises et des industries."

"Pour maîtriser les flux migratoires, nous avons besoin de l'Europe", a-t-il poursuivi. "Pour l’équilibre du monde, pour la capacité de développement de ces pays, nous avons le devoir de maîtriser nos frontières", a-t-il aussi rappelé.

Vu sur : Le Point
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

05.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 16/02/2019 - 17:21
Bonjour les commentaires
En fait la France depuis 40ans est mal gérée. Bilan pour les commentateurs c'est de la faute de l'UE & de l'€.
Bon nous voulons bien garder l'UE même voir l'€ mais il faut que l'UE soit géré autrement, en fait comme la France.
Il faut que l’Allemagne , les Danois, Pays Bas, les Riches quoi! etc & qui sont bien gérés payent plus pour financer la France & même qu'ils s'endettent plus rien que pour elle.
Enfin nous pourrons être vraiment pour l'UE & encore,pas sûr , car comme en France nous voudrons toujours plus des autres qui payent & qui sont riches .
Anouman
- 11/02/2019 - 19:40
bla bla
"Pour maîtriser les flux migratoires, nous avons besoin de l'Europe" On a surtout besoin d'avoir la volonté de les maîtriser, ce qui n'est pas le cas. Et dans l'espace Shengen on ne peut rien maîtriser même si on le veut, sauf à ce que tout le monde soit d'accord. C'est plus facile de décider à l'échelle d'un pays qu'à l'échelle de l'Europe. Mais le problème ne se pose pas. Les LR ne se sont jamais opposés à l'immigration et l'on favorisée quand ils étaient aux affaires.
zen-gzr-28
- 10/02/2019 - 13:36
Dommage que l'article paru sur le point
n'a pas été donné par Atlantico dans son intégralité. Les commentaires seraient peut-être différents. Il me semble que cette personne mérite d'être connue.