En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Tir à vue
Olivier Faure allume le quinquennat de François Hollande et parle de "trahison"
Publié le 29 janvier 2019
Le premier secrétaire du parti socialiste estime que le président de la République sortant a trompé son électorat.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le premier secrétaire du parti socialiste estime que le président de la République sortant a trompé son électorat.

Hier soir, siège du parti socialiste à Ivry-sur-Seine dans le Val-de-Marne, Olivier Faure dresse face aux journalistes le bilan du dernier quinquennat socialiste. Bilan forcément noir au vu de l'énorme déconvenue lors des dernières présidentielles et les 6% obtenus par Benoît Hamon au premier tour.

Si le premier secrétaire du PS retient tout de même quelques points positifs de la politique de François Hollande tels que la COP21, la retraite à 60 ans, les emplois d'avenir, l'ISF, le mariage pour tous... Pour le reste il n'a pas hésité à pointer du doigts les manquements de l'ancien président. « Sans projet de société vraiment explicite, sans définition claire des objectifs, chaque réforme a été perçue comme une action isolée et limitée dans ses impacts. Chaque mesure adoptée a été vécue comme le point final de nos ambitions » s'est-il exprimé en parlant du contrat passé avec les Français.

Parmi les erreurs, Olivier Faure souligne le « débat manqué » autour du CICE ainsi que « l'occasion manquée de la remise à plat fiscale ». Il qualifie également la loi El Khomri et surtout la déchéance de nationalité de  « trahisons » pour l'électorat de gauche : « Nous avons entamé le quinquennat avec l’engagement de donner le droit de vote aux étrangers, nous l’avons achevé avec un débat sur la déchéance de nationalité […] Après la déchéance, le gouvernement s’est lancé dans une réforme du Code du travail bâclée. Les partenaires sociaux n’avaient été consultés que sur une partie des mesures. Et pour couronner le tout, le passage en force à l’Assemblée fut annoncé avant même que les débats ne commencent. La brutalité de la méthode est venue contredire frontalement notre identité. » Sans langue de bois, Olivier Faure balance ses vérités.

A travers cette intervention, il essai de tourner définitivement la page du passé pour se concentrer sur le renouveau de la gauche. Mais au sein du parti, tout le monde n’apprécie pas ses sorties virulentes. Les européennes pourraient donner une première idée d'où on est le parti socialiste dans sa quête de résurrection.

Vu sur : Libération
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Un bilan dont il “n’y a pas à rougir” : radioscopie des performances économiques de la France depuis l’élection d’Emmanuel Macron
07.
Cancer : Non, on ne peut pas affamer les cellules malades, mais il est possible d’optimiser son alimentation
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
guzy1971
- 01/02/2019 - 11:00
bon diagnostic, et maintenant ?
Il est évident que la quinquennat d'Hollande a été la fin de la période post 68 de la gauche qui s'est ouverte avec le Congrès d'Epinay, qui s'est terminée par le macronisme (catholicisme zombie, néo-pétainisme pro-européen (Europe = Allemagne), nouvelle ordre moral, ligues de vertu progressites, autoritarisme de plus en plus affirmé etc... )
Il est important que les socialistes résiduels tirent les leçons de ceci, car la domination de la gauche par FI fait bien entendu les affaires de LREM et consorts. Mais le PS est-il capable de tirer toutes les leçons et de revenir sur un certains nombre de tabous concernant la nation, l'immigration, l'Europe... je ne sais pas, mais tout pousse vers ça
Beredan
- 29/01/2019 - 17:34
Bien vu ...
Heureusement , Macron ne décevra pas la Gauche : il fait mieux pour les étrangers ...