En direct
Best of
Best Of
En direct
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Gouffre financier
Le projet du métro du Grand Paris Express dans le viseur de la justice
Publié le 24 janvier 2019
Le chantier du métro du Grand Paris Express est visé par une enquête préliminaire du parquet national financier à la suite d'un signalement de la Cour des comptes.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le chantier du métro du Grand Paris Express est visé par une enquête préliminaire du parquet national financier à la suite d'un signalement de la Cour des comptes.

Selon des informations de Marianne et du Parisien, une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet national financier (PNF) suite à un signalement de la Cour des comptes. Cette enquête préliminaire concerne des soupçons de délit de favoritisme de la part de la Société du Grand Paris (SGP) et pour des dérapages financiers sur le chantier du projet de métro du Grand Paris Express.  

La Cour des comptes avait déjà donné, dans un rapport de janvier 2018, un diagnostic accablant sur les finances de la Société du Grand Paris (SGP). Cet établissement public doit construire le futur métro automatique autour de la capitale. 

Initialement chiffré à 19 milliards d'euros en 2010, le coût total du Grand Paris Express serait estimé à 38,48 milliards d'euros, selon la Cour des comptes. Les frais financiers pourraient également atteindre la somme de 924 milliards d'euros dans le cadre d'un scénario catastrophe. 

Le rapport de la Cour des comptes, consulté par l'AFP, précise que "des marchés pour lesquels les procédures et les grands principes de mise en concurrence n'avaient pas été respectés soit attribuant un marché à une entreprise dont l’offre aurait dû être rejetée pour irrecevabilité, soit en modifiant en cours de procédure les modalités de calcul des offres financières, ce qui a eu pour effet de modifier l’ordre de sélection des candidats ". 

D'après ce rapport, "les coûts prévisionnels (…) n'ont cessé de dériver".

Ces faits sont donc potentiellement constitutifs d'un possible délit de favoritisme. Des centaines de millions d'euros étaient en jeu pour des dizaines de marchés qui ont été remportés par Vinci, Bouygues et Eiffage. 

La responsabilité des bureaux d'étude en tant qu'assistant à la maîtrise d'ouvrage (AMO) sera également scrutée avec beaucoup d'attention dans le cadre de l'enquête comme le révèle Marianne

Anticor, l'association anticorruption, avait déjà saisi la justice en juin 2018. La demande d'ouverture d'enquête avait été suspendue, dans l'attente d'"éventuels éléments complémentaires" et d'un signalement de la Cour des comptes. Anticor a finalement écrit en novembre 2018 à la Cour des comptes afin de lui demander de transmettre un signalement au parquet national financier. 

Jean-Christophe Picard, le président d'Anticor, s'est confié à la rédaction du Parisien suite à l'annonce de l'ouverture d'une enquête préliminaire : 

"Nous sommes très satisfaits que cette enquête soit ouverte sur cette affaire hors-norme qui porte sur un budget total de plus de 38 milliards d'euros dont 13 milliards (d'euros) de dérapages et avec 164 marchés publics passés sans aucune mise en concurrence".

Les dates de mises en service du métro du Grand Paris sont prévues entre 2020 et 2030. 

Vu sur : Le Parisien
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
Emmanuel Macron, pourquoi n’allez-vous pas en boîte comme Christophe Castaner plutôt que de faire du ski ?
06.
Acte XVIII des Gilets jaunes : retour prévu de la violence, réponse difficile à prévoir du gouvernement
07.
Recep Tayyip Erdogan critiqué pour avoir diffusé des images de l'attentat de Christchurch
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
04.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Samedi de violences : l’Etat manque-t-il des moyens pour maintenir l’ordre ou ce gouvernement enchaîne-t-il les erreurs de stratégie ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Olivier62
- 27/01/2019 - 19:19
924 milliards ?
"Les frais financiers pourraient également atteindre la somme de 924 milliards d'euros dans le cadre d'un scénario catastrophe" 924 milliards, c'est l'équivalent d'une année de budget de l'état, si je ne m'abuse. Vinci et Bouygues sont décidément insatiables. Pour rappel c'est le fondateur du groupe Bouygues qui dans les années 1970 avait soutenu l'immigration car cela faisait baisser les salaires !
brennec
- 25/01/2019 - 19:02
Incompétance
Des génies on vous dit! Ces politiciens nous diront qu'il ne sont pas mahonnêtes, soit, mais alors c'est un gros paquet de crétins. A leur décharge on n'a jamais vu un politicien tenir un devis. Dont acte, arrêtez de leur confier du pognon.
Anouman
- 24/01/2019 - 20:44
Grand Paris
Projet inutile mais qui fera contribuer le contribuable non seulement pour sa réalisation mais pendant toute sa durée d'exploitation. Mais il faut quand même assurer du chiffre d'affaires aux grands bâtisseurs. Il est probable qu'ils sont reconnaissants envers certains. Et quand on n'est pas capable de réaliser un prévisionnel de coûts avec moins de 100% d'erreur on change de métier.