En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© ALAIN JOCARD / AFP
Grand oral
Alexandre Benalla reconnaît "des erreurs" mais invoque l'information judiciaire en cours
Publié le 21 janvier 2019
L'ancien chargé de mission de l'Elysée Alexandre Benalla s'est expliqué devant la commission d'enquête sénatoriale. Il a répondu aux nombreuses questions des sénateurs.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ancien chargé de mission de l'Elysée Alexandre Benalla s'est expliqué devant la commission d'enquête sénatoriale. Il a répondu aux nombreuses questions des sénateurs.

Alexandre Benalla s'est présenté devant la commission d'enquête du Sénat ce lundi 21 janvier. Cette convocation, fixée à 14 heures, intervient après une première audition en septembre dernier. Les révélations en décembre 2018 au sujet de son utilisation de passeports diplomatiques après son licenciement de l'Elysée ont suscité une nouvelle série d'auditions devant la commission d'enquête sénatoriale. 

Lors de cette nouvelle audition, Alexandre Benalla a dénoncé le "déchaînement politique" et le "lynchage en règle" dont il a été victime. Il a tenu à remettre en cause également la construction d'un "personnage sulfureux", "diabolique" et "infréquentable" par les médias à son égard. Il considère toujours que cette affaire visait à atteindre le président de la République et son image. 

Alexandre Benalla a réaffirmé ce lundi qu'il n'avait pas menti sous serment lors de la précédente audition au sujet des passeports diplomatiques. Ils étaient bien présents, selon lui, dans son bureau à l'Elysée, avant que ces passeports lui soient rendus à nouveau au début du mois d'octobre dernier par une personne salariée de l'Elysée. 

"Je vous réaffirme solennellement sous serment que, le 19 septembre, mes passeports étaient à l'Elysée".

Alexandre Benalla a alors reconnu avoir commis un "certains nombre d'erreurs" et parle d'une "faute" par manque de discernement lors de l'utilisation de ces passeports.

"Ce n'était pas normal d'utiliser ces passeports. Je l'ai fait et j'en assume la responsabilité"

Les sénateurs ont également interrogé Alexandre Benalla sur la question des armes et du téléphone crypté Teorem.  

L'ancien chargé de mission a également affirmé qu'il n'exerçait "aucun chantage". Il a ainsi tenu à réfuter les rumeurs et à dissiper les zones d'ombres sur une éventuelle protection de l'Elysée : 

"Je ne détiens aucun secret. Aucun secret sur qui que ce soit. Je ne fais aucun chantage. J'essaie d'expliquer un certain nombre de dysfonctionnements (...) mais il ne faut pas en déduire que tout ça est dû (...) à un secret que je détiendrais".

Alexandre Benalla a choisi de ne pas répondre à de nombreuses questions en invoquant le fait qu'une information judiciaire était en cours au sujet de ses passeports.  

"Je ne répondrai pas à ces questions devant la commission. J'en suis désolé (…) la justice étant saisie […] étant respectueux des institutions, je répondrai aux questions des magistrats instructeurs".

L'ambiance s'est donc tendue lors de cette audition, notamment avec Philippe Bas (le président de la commission), qui lui a répondu, "Vous avez une conception singulière du respect des institutions. (...) C'est curieux M. Benalla, vous vous abritez derrière la justice, quand cela vous arrange".

L'avocate d'Alexandre Benalla lui a ainsi suggéré d'adopter cette attitude afin d'éviter l'auto-incrimination. 

Les sénateurs ont donc regretté qu'Alexandre Benalla s'abrite derrière la procédure judiciaire en cours pour ne pas répondre à toutes leurs questions. 

Vu sur : Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
04.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
05.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
06.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
07.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 23/01/2019 - 16:11
Benalla
tout le cinema judiciaire devait permettre à Benalla de rester dehors et ensuite de. répondre aux sénateurs désolé ça regarde la justice; .c'
est du grand art
corbon1943
- 23/01/2019 - 12:14
le traité d'Aix-la-Chapelle a-t-il comme seule justification
la mise à la disposition de la Chancellerie , par manu la loose , du boute-en-train de l'élysée ?
corbon1943
- 23/01/2019 - 12:14
le traité d'Aix-la-Chapelle a-t-il comme seule justification
la mise à la disposition de la Chancellerie , par manu la loose , du boute-en-train de l'élysée ?