En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Thomas SAMSON / AFP
Menteur menteur
Le bras de fer continue entre Alexandre Benalla et l'Elysée
Publié le 31 décembre 2018
Le Palais a réagi aux déclarations de son ancien employé le week-end dernier.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Palais a réagi aux déclarations de son ancien employé le week-end dernier.

L'année 2018 se termine sous tension entre Alexandre Benalla et l’Elysée. L'ancien salarié du Palais a fait une sortie fracassante dans Mediapart ce week-end où il a révélé être en contact régulier avec le président depuis son licenciement en juillet. Auparavant, il avait expliqué au Journal du Dimanche qu'il avait rendu ses passeports diplomatiques en août puis les avaient récupérés en octobre. Argument utilisé pour se défendre dans la nouvelle affaire dans laquelle il est empêtré.

La goutte d'eau qui a fait déborder le vase du côté de l'Elysée. Ce lundi, Europe 1 a eu accès aux lettres envoyées par le ministère des Affaires étrangères à Alexandre Benalla. Des courriers qui datent du 26 juillet, suivis d'autres jusqu'à très récemment, qui demandent à Benalla de rendre ses deux passeports diplomatiques. Sous-entendu : il ne les aurait jamais rendus.

« Ces demandes répétées prouveraient que les passeports n’ont jamais été remis. L’Elysée dément en tout cas la version d’Alexandre Benalla selon laquelle les passeports lui auraient été rendus, avec ses affaires début octobre, et accuse celui-ci d’un « faisceau de contre-vérités » […] Nous ne souhaitons pas poursuivre un dialogue par presse interposée avec M. Benalla qui se venge de son licenciement pour faute grave en entretenant tout un faisceau de contrevérités et d’approximations » a ainsi déclaré le Palais ce lundi.

L'Elysée assure n'avoir été tenu au courant des déplacements de l'ancien garde du corps d'Emmanuel Macron « que le 20 décembre, c'est-à-dire après que des journalistes ont appris l’existence de son déplacement au Tchad. » Samedi, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour "abus de confiance".

Vu sur : Europe 1
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs la droite
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
04.
Ces éléments qui viennent perturber l'idée que le chômage serait revenu à son plus bas niveau depuis 10 ans
05.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
06.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
07.
Comment on a tué les centre-villes de ces villes moyennes où une majorité de Français voudraient pourtant vivre
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
05.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
06.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 02/01/2019 - 10:17
Avec le temps va, tout s'en va et on se sent blanchi ...
https://www.youtube.com/watch?v=ZH7dG0qyzyg
spiritucorsu
- 01/01/2019 - 01:32
Le petit ramoneur
Le petit ramoneur a mal fait son travail,le monarque élyséen est toujours encalaminé et il est mécontent.Avec Macron la France n'était jamais tombée aussi bas .Il est temps de tourner la page(d'aucun dirait il faut arrêter de tourner les pages).
assougoudrel
- 31/12/2018 - 18:34
Le gros nain
Hollande sur sa mobylette pour aller voir sa Julie et un président de la République qui dit haut et fort "Mr Benalla n'est pas mon amant", il faudra devrait, au lieu de l'Elysée, une maison close. Des présidents de petites mœurs qui sont la honte de leur pays. Une bouffe à cochons.