© JACQUES DEMARTHON / AFP
Out
Joachim Son-Forget démissionne de LREM
Publié le 29 décembre 2018
Le député LREM des Français de l'Etranger qui s'était fait remarqué par une série très inattendues de tweets ces dernières semaines a décidé de quitter le parti majoritaire.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le député LREM des Français de l'Etranger qui s'était fait remarqué par une série très inattendues de tweets ces dernières semaines a décidé de quitter le parti majoritaire.

Son-Forget n'est plus en marche. C'était prévisible, tant l'homme semblait depuis quelques jours totalement hors de tout contrôle. Il y a deux jours, il avait d'ors et déjà reçu une lettre de suspension du groupe LREM auquel il appartenait pour une série de tweets souvent incompréhensibles et parfois véhéments - voire injurieux. Par exemple quand il avait évoqué le "pot de maquillage" qu'utiliserait la sénatrice Esther Benbassa, suscitant l'ire de ses camarades. Très sûr de ses positions, le député avait assumé tous ses tweets, et avait même contre-attaqué en interpellant directement le président de la République par SMS, dénonçant l'esprit d'entre-soi et de "copinage" qui régnait au sein de la majorité. Il s'en prenait aussi à son collègue Stanislas Guérini qu'il accuse de l'avoir utilisé comme "alibi d'adversaire". Et Joachim Son-Forget relayait toutes ces péripéties sur Twitter, devenant un des sujets les plus chauds du réseau social ces dernières heures. Ses critiques étaient accompagné de toutes sorites de tweets dont on ne saurait dire s'ils étaient au second, troisième ou cinquantième degré, tel celui-ci. 

Emmanuel Macron n'ayant pas répondu à son message, le député a ce matin décidé de quitter LREM, se signalant là encore par une certaine excentricité en citant successivement un chanson de Boris Vian et une "punchline" de Booba ("J'ai fait la guerre pour habiter rue de la paix"). Mais l'homme reste en poste et continuera de sévir à l'Assemblée nationale. Ses soutiens, qui se sont manifestés depuis quelques jours, en seront ravis.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Beredan
- 30/12/2018 - 11:31
Électron libre ...
Avec une araignée au plafond ...
Bérurier74
- 29/12/2018 - 23:17
Un de moins!
Après la folle du Poitou, voilà le timbré du Leman.

Je les vois bien faire un parti ensemble. Pour la partie carrée, il faut encore en trouver deux. J'ai ma petite idée. Et vous?
spiritucorsu
- 29/12/2018 - 15:05
Les rats commencent à quitter le navire
Le rafiot de la macronie prend l'eau et les rats quittent le navire.Il faut dire que le capitaine ne sait plus très bien où il en est et où il va rongé qu'il est par la lèpre bénallienne,le fier vaisseau du début du règne n'est plus qu'une épave à la dérive dans une mer infestée de récifs où les gilets jaunes ne sont pas les moins dangereux.L'équipage qui a compris que le naufrage était proche, plus habitué aux croisières de luxe,aux fêtes et au plaisirs commencent sérieusement à lorgner vers les chaloupes de sauvetage n'étant pas prêt à se sacrifier pour un gourou contaminé et délirant;