En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© JOEL SAGET / AFP
Voix de gauche

Pour Christiane Taubira, "il y a à la fois du sublime et des traces de choses abjectes" chez les Gilets jaunes

Publié le 16 décembre 2018
Pour l'ancienne ministre de la Justice, la responsabilité de la gauche "est lourde, très lourde, sur le passé, sur le présent", dans l'émergence de ce mouvement.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour l'ancienne ministre de la Justice, la responsabilité de la gauche "est lourde, très lourde, sur le passé, sur le présent", dans l'émergence de ce mouvement.

L'ancienne ministre de la Justice, Christiane Taubira, donne son analyse du mouvement des Gilets jaunes dans une interview publiée ce dimanche dans le JDD.

Pour elle, le mouvement est "ambigu" : "il y a à la fois du sublime et des traces de choses abjectes", dit-elle, citant dans les points positifs le fait qu'il s'agit "d'un vrai soulèvement populaire (...) un acte aussi innocent qu'orgueilleux" qui fait "vivre la démocratie". Elle regrette néanmoins la présence de "personnes sexistes, racistes, homophobes, xénophobes, antisémites". "Ce mouvement ne s'est pas construit autour d'un projet, il vient d'une exaspération. Forcément, on y trouve de tout", dit-elle.

Elle regrette la réponse tardive du gouverment - "Une réponse qui vient après deux journées de violences! C'est très pernicieux : cela nourrit l'idée que c'est la bonne façon de se faire entendre" et que les réponses d'Emmanuel Macron "sont matérielles et budgétaires, comme au temps des dames patronnesses. Or, le sujet c'est la justice sociale. La politique, ce n'est pas la charité. C'est l'arbitrage entre des intérêts antagoniques."

Elle critique aussi Jean-Luc Mélenchon, à qui elle reproche "une certaine indécence à appeler à la mobilisation celles et ceux qui se sont soulevés sans mot d'ordre politique ou syndical", ainsi que l'état de la gauche en général, qu'elle juge "désespéré et désespérant". La gauche doit comprendre "que c'est à elle qu'il revient d'offrir un débouché politique à ce mouvement. La justice sociale, les conditions de travail, le niveau de vie, la mobilité, l'exclusion, la paupérisation, l'urbanisme qui isole : tous ces sujets sont ceux de la gauche", dit-elle.

 

Vu sur : Le JDD
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

05.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 17/12/2018 - 14:23
contrairement à ce qu'elle dit
Ce ne sont pas les "blancs" genre gilets jaunes quelle hait ( car elle EST raciste), mais la "diversité" qu'elle aime qui existe dans mon quartier qui marque sur les murs "Macron démission " .
Ajar
- 17/12/2018 - 12:40
La toubira
Par pitié pas elle ....
cloette
- 16/12/2018 - 18:34
Qu'elle se taise !
Qu'elle se taise !