En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Gilets jaunes
Les réactions de l'opposition au discours d'Emmanuel Macron
Publié le 11 décembre 2018
Les mesures annoncées par le chef de l'Etat peinent à convaincre aussi bien du côté des gilets jaunes que de l'opposition.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les mesures annoncées par le chef de l'Etat peinent à convaincre aussi bien du côté des gilets jaunes que de l'opposition.

Le président de la République qui s'est exprimé hier soir a donné plusieurs mesures concrètes pour tenter d'apaiser la grogne sociale qui traverse la France depuis plusieurs semaines. Annulation de la CSG pour les retraités les plus modestes, hausse du SMIC, défiscalisation des heures supplémentaires ou encore prime pour les salariés en fin d'année… Mais cela ne suffit pas à convaincre l'opposition qui entend bien prospérer sur ces annonces qu'elle juge insuffisante.


"Des miettes" pour Eric Ciotti, député LR de Nice qui, sur Twitter, explique qu'Emmanuel Macron se contente de donner quelques miettes aux Français en colère. Le numéro d'acteur ne suffira pas. Les Français veulent moins d'impôts, moins de dépense publique, moins d'immigration et plus de démocratie. Rien dans son discours ne démontre qu'il  s'engagera dans cette voie".


Du côté de Jean-Luc Mélenchon, le président du groupe La France insoumise a souligné la "réalité bien crue" que "toutes les mesures annoncées" seront "payées par les contribuables et les assurés sociaux, aucune par les grandes fortunes, ni les profits". Il prédit que "L'acte V du début de la révolution citoyenne dans notre pays sera un moment de grande mobilisation".
A l'exact opposé du spectre politique, Marine Le Pen a déclaré à l'AFP qu'Emmanuel Macron "recule pour mieux sauter". 


A gauche, Olivier Faire, premier secrétaire du Parti socialiste a commenté sur Twitter que "Le cap n'est pas modifié ! Le nouveau monde, c'est "retour vers le futur". Le nouveau monde c'est du Sarkozy. Les heures supplémentaires défiscalisées seront payées par les chômeurs, les retraités et ceux qui n'en font pas".

 

Vu sur : Lu sur Le Monde
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Reconstruction de Notre Dame : Emmanuel Macron prend-il le risque du « too much » ?
04.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
05.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
06.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
07.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
03.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 11/12/2018 - 16:25
Les taxes servent
à payer la dette; mais sait on à quoi sert cette dette , ? à investir et relancer l’economie après on paie on la rembourse me semble t il
cloette
- 11/12/2018 - 16:21
Résultats?
Il n’y en aura pas; il ne sait que taxer; il n’y a aucun projet politique et il faut être honnête il n’avait pas dit qu’il en avait . Pas de relance de l’economie; rien rien de rien; et il ne regrette rien
Podoclaste
- 11/12/2018 - 13:08
Et alors ? Tu ferais mieux ?
Cette opposition qui critique ne propose pas de programme. Pourquoi ? Ce que disent les gilets jaunes semble être "Oh, Macron ! Tu as menti, tu es incompétent, notre niveau de vie est au plus bas, nous n'avons ni cap ni espoir, tu es viré !"
Les gilets jaunes ont donc introduit une notion qui met le politique mal à l'aise : il y a OBLIGATION DE RÉSULTAT. Personne ne veut se lancer. Ils font dans leur pantalon. C'est que maintenant, on ne rigole plus.