En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Violences
Toulouse : un Gilet jaune entre la vie et la mort après un tir de flash-ball en pleine tête
Publié le 03 décembre 2018
Un Gilet jaune toulousain est plongé dans le coma depuis les affrontements survenus avec les forces de l'ordre samedi 1er décembre au soir. Selon les témoignages recueillis, il aurait reçu une balle de flash-ball en pleine tête.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un Gilet jaune toulousain est plongé dans le coma depuis les affrontements survenus avec les forces de l'ordre samedi 1er décembre au soir. Selon les témoignages recueillis, il aurait reçu une balle de flash-ball en pleine tête.

Définis comme non létaux, les tirs de flash-ball peuvent toutefois provoquer de sévères blessures, parfois fatales. Alors que le journaliste Hugo Clément, atteint par l'un de ces tirs, a exposé son arcade sourcilière ouverte sur Instagram, France-Soir révèle ce lundi 3 décembre qu'un manifestant toulousain est quant à lui plongé dans le coma depuis samedi, jour où des affrontements entre Gilets jaunes et forces de police se sont soldés par 57 blessés, dont 48 policiers. L'homme est actuellement entre la vie et la mort à l'hôpital Purpan du CHU de Toulouse (Haute-Garonne).

"On l'a tiré comme un lapin"

Selon plusieurs témoignages rapportés par le journal, Benoît, 28 ans, se trouvait dans la zone de la gare Matabiau quand les CRS ont sonné la charge à grand renfort de gaz lacrymogène. C'est à ce moment-là que le jeune homme, un grand gaillard de 2 mètres pour 90 kilos, s'est étendu de tout son long, inanimé, après avoir reçu un tir de flash-ball sur la tempe, "juste au-dessus de l'oreille", selon sa mère, contactée par France-Soir. "Ce n'est pas possible qu'on l'ait touché là sans avoir visé. On l'a tiré comme un lapin", se désole-t-elle, tandis que les médecins du service réanimation du CHU lui ont dit que son fils pouvait mourir "à tout moment". Depuis, elle et ses proches se relaient au chevet du jeune homme.

Une situation intenable pour la mère du manifestant, qui a laissé éclater sa colère contre Emmanuel Macron. "Si vous aviez calmé le jeu et cédé un peu aux gilets jaunes, mon fils n'aurait pas manifesté samedi et ma vie ne serait pas détruite", lâche-t-elle dans les colonnes du quotidien, à l'intention du président de la République. "Oui, mon fils manifestait. Mais c'est une arme de guerre [le flash-ball, ndlr]…", déplore-t-elle. Comme le confirme France-Soir, Benoît est bel et bien dans le coma et intubé. Son état est jugé préoccupant, bien que "stable", avec notamment plusieurs fractures au visage et au crâne, ainsi qu'une importante hémorragie interne.

Vu sur : France-Soir
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Un bilan dont il “n’y a pas à rougir” : radioscopie des performances économiques de la France depuis l’élection d’Emmanuel Macron
07.
Cancer : Non, on ne peut pas affamer les cellules malades, mais il est possible d’optimiser son alimentation
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 18/12/2018 - 16:23
Le laxisme de ceux qui nous gouvernent.
Ce n'est pas ''normal'',qu'en France,des musulmans brûlent des voitures et saccagent des magasins à chaque fois que les Français célèbrent une fête (Noël, Jour de l'An,14 juillet..)ou que des Français défilent lors d'une manifestation! Ce n'est pas ''normal'' que ces musulmans caillassent nos forces de l'ordre, accueillent nos ministres avec des tirs de kalach, que ces musulmans vendent de la drogue à nos enfants au ''vu et au su de tout le monde''.. ce n'est pas ''normal'' que nos gouvernants ne punissent pas l'islamo-racaille et ne la renvoient pas dans ''son'' pays..et c'est encore moins ''normal'' que nos politicards CONTINUENT de faire entrer des terroristes musulmans,en France,et leur donnent les sous des Français qu'ils accablent d'impôts et de taxes!...
lasenorita
- 18/12/2018 - 11:31
Je défends nos policiers mais...
Lors du premier rassemblement des Gilets Jaunes, avenue des Champs Elysées, je n'ai pas compris que nos policiers n'arrêtent pas les islamo-racailles cagoulées et armées de barres de fer!.. avaient-ils reçu l'ordre de laisser les voleurs des cités faire ce qu'ils voulaient???..J'ai vu,aussi,le reportage sur les gilets jaunes,qui étaient les premiers arrivés sur les Champs; c'étaient, en majorité, des personnes âgées qui défilaient ''paisiblement'', là nos policiers ne les ont pas ratés avec des gaz et des matraques....beaucoup de ces gilets jaunes avaient été très incommodés, ils ne méritaient pas cela!.. Les casseurs et les racailles, eux, courent toujours! Je le répète: les ''vrais'' Français ne sont plus en sécurité dans leur pays à cause des islamo-collabos qui les gouvernent!
Moreau Jean Luc
- 17/12/2018 - 00:43
C'est la débandade prévisible
qui arrive par un "heureux" hasard à force de concentration d’incongruités la plupart du temps malsaines.
Le fils de médecin certainement bichonné à la mode 68, tête remplie de ponçage de banc d'école où il réussit à merveille couve son ego sans bien regarder au travers de la coquille : c'est celui-là qui met le feu aux poudres. Il choisi même un duplicata comme premier ministre.
À bien des égards tout ce petit monde ressemble fort à la cour de Louis XVI qui planait sans vouloir atterrir. Je ne sait pas si ces nouveaux nobles sauront éteindre les braises qu'ils ont attisé… il ne suffit pas d'être bourré de diplômes, d'avoir suivi(subi ?) une instruction exemplaire.
Les gilets jaunes ne lâcheront pas, espérant de manière différente car ils se mettent involontairement(?) le peuple à dos en acceptant(?) ces violences bizarres mais il est évident que les réformes à faire ne sont pas celles qui ont été dictées puis avalisées par les élus tombés dans le panneau —je n'ai pas de télé pour vérifier, peut-être un(e) ou deux perspicaces ni de gauche, ni de droite, ni de… sortent du lot—.
Attendons-nous à un printemps sordide