En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© LOIC VENANCE / AFP
Coût abyssal
Santé : 23% des salariés renoncent à leur arrêt maladie
Publié le 28 novembre 2018
D’après une récente étude de Malakoff Médéric, la durée moyenne des arrêts longs est en légère augmentation (+10 % entre 2012 et 2016). Un quart n'est pourtant pas respecté.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D’après une récente étude de Malakoff Médéric, la durée moyenne des arrêts longs est en légère augmentation (+10 % entre 2012 et 2016). Un quart n'est pourtant pas respecté.

Une étude sur les arrêts maladie en France vient d’être publiée par Malakoff Médéric ce mercredi 28 novembre. Les arrêts maladie de longue durée ont tendance à s'allonger dans le monde de l'entreprise. Près d'un arrêt maladie sur quatre n'est pourtant pas suivi par les salariés.

L’Inspection générale des affaires sociales, l'IGAS, va réunir ce mercredi 28 et ce jeudi 29 novembre, les partenaires sociaux sur cette question. Cette réunion doit permettre d'enrayer la hausse des arrêts maladie longue durée. La facture des arrêts de travail augmente de 4% par an.

Selon les données dévoilées par Malakoff Médéric, la durée moyenne des arrêts longs, ceux de plus de 30 jours, a augmenté de 10% entre 2012 et 2016. Le gouvernement souhaite s’attaquer à ces arrêts longs qui coûtent le plus cher à la Sécurité sociale.

L’étude révèle également que de nombreux salariés ne respectent pas les arrêts maladie qui leur sont pourtant prescrits. Près d'un arrêt maladie sur quatre (23%) n'est en effet pas suivi par le salarié en question. Soit il reprend avant, soit il ne s'arrête pas du tout. Ce chiffre est en hausse de quatre points. 22% des cadres ne respectent pas du tout leur arrêt de travail. Chez les ouvriers, ce chiffre s’établit à 11%.

La plupart des personnes concernés regrettent d’ailleurs d’avoir travaillé en étant malades. Ils sont conscients que leur refus de s'arrêter a eu un impact sur leur productivité et sur la qualité de leur travail. 24% d’entre eux estiment que cela a rallongé la durée de leur maladie et 22% considèrent que cela a provoqué une rechute.

Une étude récente avait également chiffré à près de 108 milliards d'euros le coût de l'absentéisme au travail. Ce montant représente l'équivalent du budget de l'Éducation nationale.

Vu sur : Franceinfo
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Grand débat : ce vent de bêtise qui siffle sur nos têtes
02.
Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir
03.
Cash investigation : poursuivi par Elise Lucet, un patron s'enfuit en courant
04.
Nous avons déjà obtenu de bons résultats : le vrai/ faux des déclarations d’Emmanuel Macron sur sa politique économique
05.
La France, cette île perdue au milieu des océans ? Tout ce que révèle (aussi) ce dont Emmanuel Macron n’a PAS parlé
06.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
07.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
05.
Brûler l’ENA ? Pour la reconstruire plus belle encore?
06.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires