En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
PS

Olivier Faure dénonce une instrumentalisation politique de ses propos sur l'immigration après avoir parlé d'une "colonisation à l'envers"

Publié le 25 octobre 2018
Le Premier secrétaire du Parti socialiste était invité ce jeudi sur France Inter. Confronté à une question sur le "racisme anti-blanc", il a indiqué qu'"il existe des endroits où le fait de ne pas être issu de l'immigration peut poser problème à des gens qui sont issus de ces quartiers et qui peuvent se sentir exclus". Le Rassemblement national a notamment salué les déclarations d'Olivier Faure.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Premier secrétaire du Parti socialiste était invité ce jeudi sur France Inter. Confronté à une question sur le "racisme anti-blanc", il a indiqué qu'"il existe des endroits où le fait de ne pas être issu de l'immigration peut poser problème à des gens qui sont issus de ces quartiers et qui peuvent se sentir exclus". Le Rassemblement national a notamment salué les déclarations d'Olivier Faure.

Le premier secréaire du PS, Olivier Faure, s'est exprimé jeudi sur France Inter sur l'immigration.  Il répondait à une question sur le "racisme anti-blanc". Olivier Faure était interrogé sur la "discrimination antiblanche" dont un auditeur disait avoir souffert à Villiers-le-Bel dans le Val d'Oise.

"Il existe des endroits où le fait de ne pas être issu de l'immigration peut poser problème à des gens qui sont issus de ces quartiers et qui peuvent se sentir exclus. Il y a des endroits où il y a des regroupements qui se sont faits, génération après génération, et qui donnent le sentiment que l'on est dans une forme de "colonisation à l'envers". C'est ce que m'a dit un jour une de nos concitoyennes, qui ne votait plus à gauche car elle avait l'impression d'être "colonisée". Ce message-là, je l'entends".

Selon Olivier Faure, la gauche a "souvent évité la question pour ne pas avoir à y répondre". 

Il a constaté "une crise identitaire profonde chez un certain nombre de concitoyens". Selon Olivier Faure, les causes de cette "crise identitaires" sont sociales : 

"La difficulté ne tient pas aux étrangers mais à la politique du logement, à la façon dont on a conçu les politiques. On a créé des ghettos où la mixité ethnique n'existe plus".

Les propos d'Olivier Faure ont été salués par des membres du Rassemblement national. Sur Twitter, le vice président du mouvement, Louis Aliot, approuve ces déclarations. 

"Une étincelle de lucidité ? Tardive... mais qui fera grand bruit!". 

Marine Le Pen sur son compte privé a approuvé ces déclarations avec le symbole d'une bouteille de champagne. 

Olivier Faure s'est confié à la rédaction du Figaro au sujet des réactions suite à ses propos:  

"À chaque fois, on cherche à instrumentaliser les propos, c'est le jeu politique".

Le premier secrétaire du PS a tenu à se défendre : 

"Je n'ai fait que répéter ce que j'entends parfois. La “colonisation”, ce n'est pas une expression de ma part, elle ne correspond ni à ma pensée, ni à ce que je suis".

Selon une étude publiée lundi par la Fondation Jean Jaurès, un sympathisant socialiste sur quatre pense qu'il y a "trop d'immigrés en France".

Olivier Faure , Premier secrétaire du Parti socialiste : «Il y a une crise identitaire. Il existe des endroits où le fait de ne pas être issu de l'immigration donne l'impression d'être dans une sorte de colonisation à envers.» pic.twitter.com/4OIX6aIQ8y

— Pierre Sautarel (@FrDesouche) 25 octobre 2018

 

Une étincelle de lucidité ? Tardive....mais qui fera grand bruit ! Olivier Faure (Patron du PS) : « Il existe des endroits où le fait de ne pas être issu de l’immigration donne l’impression d’être dans une sorte de colonisation à envers.»

— Louis Aliot (@louis_aliot) 25 octobre 2018

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

03.

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

Comment Facebook entend bénéficier du malaise général des utilisateurs de Tinder et autres applications de rencontres

06.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

07.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi parle-t-on si peu de la jeune Palestinienne assassinée en Cisjordanie ? Parce que ce ne sont pas les Israéliens qui l'ont tuée !

01.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

02.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires