En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Médias

L'élection de François Hollande vue par la presse étrangère

Publié le 07 mai 2012
La presse européenne en ligne a surtout insisté hier soir sur le changement face à la crise que représente le nouveau président, notamment par rapport à la politique d'austérité prônée par Nicolas Sarkozy.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La presse européenne en ligne a surtout insisté hier soir sur le changement face à la crise que représente le nouveau président, notamment par rapport à la politique d'austérité prônée par Nicolas Sarkozy.

L'élection de François Hollande à la présidence de la République a suscité de nombreuses réactions dès hier soir dans la presse européenne en ligne, chacun tentant d'anticiper les conséquences de l'élection du candidat socialiste. De la Grande-Bretagne à l'Italie en passant par l'Espagne, c'est surtout d'un nouveau tournant européen qu'il était question.

D'après France TV Info, chez nos voisins allemands, l'hebdomadaire Der Spiegel avertit le président Hollande qui "vient d'obtenir le job le plus difficile du monde : réformer la France", et estime que la France risque de "se réveiller avec la gueule de bois".  Le quotidien berlinois centriste Der Tagesspiegel juge pour sa part que le choix des urnes laisse l'Allemagne avec "peu, trop peu d'alliés" et que la France va s'éloigner de la discipline budgétaire et "quitter symboliquement l'Europe du Nord pour le Sud". Un constat que le Stuttgarter Zeitung (centre droit) tempère : "Aussi importante soit la France pour faire avancer l'Europe, elle n'est pas assez forte pour imposer sa volonté aux autres poids lourds."

Du côté de la presse anglophone, c'est surtout la rupture annoncée du nouveau président par rapport à la politique du tout-austérité de son prédécesseur qu'ont relevé les titres. "Le socialiste François Hollande l'a emporté face à Nicolas Sarkozy pour devenir le prochain président français, ce qui annonce un changement dans la façon dont l'Europe va s'attaquer à la crise de la dette et la façon dont la France va agir dans le monde", pouvait-on lire sur The Independent alors que The Guardian (proche de l'opposition travailliste) avait choisi de saluer l'accession au pouvoir de la gauche en France : "François Hollande a pris le pouvoir en France, inversant la tendance d'une embardée droitière et xénophobe dans la politique européenne",

The Times annonçait pour sa part : "Hollande triomphe face à la politique d'austérité de Sarkozy" tandis que pour le Financial Times : "Hollande prend la présidence française, Sarkozy devient la dernière victime du retour de bâton contre les sortants". Le tabloïd Daily Mail s'est contenté pour sa part d'un "Au revoir, président bling-bling" (en français dans le texte).

Même son de cloche dans les quotidiens économiques portugais et italiens, qui insistaient tous sur le changement de politique européenne qui devrait suivre l'avènement de François Hollande au pouvoir : "Contre la chaîne de l'austérité, François Hollande, candidat socialiste, a promis de revenir sur certaines des décisions les plus contestées de Sarkozy (...). Hollande est l'homme qui promet de transformer l'héritage d'Angela Merkel et adopter une stratégie différente dans la lutte contre la crise et la stabilisation de l'euro", analyse le quotidien économique portugais Jornal de Negocios.

Pour l'italien La Stampa (centre-droit) : "Paris change et l'Europe change", tandis que le Corriere della Sera (centre droit) note que François Hollande a su, ces derniers jours "rompre l'isolement en Europe". "Les paroles du président de la BCE Mario Draghi (sur la nécessité de l'objectif de la croissance) semblaient donner raison à la prétention de Hollande d'ajouter un chapitre au traité de stabilité", ajoute-t-il.

L'enthousiasme prédominait du côté de la presse espagnole, qui a largement salué le retour de la gauche en France : "la gauche européenne renaît ce 6 mai en France", écrivait El País (centre gauche). Le quotidien insiste sur la fin du "directoire connu sous le nom de Merkozy" et sa cure d'austérité. Selon lui, cette élection "ouvre une nouvelle étape politique en France comme en Europe". Analyse identique dans le quotidien catalan El Periódico (gauche) : "l'arrivée de Hollande à l'Élysée ouvre une nouvelle étape de la politique européenne", le socialiste "ayant promis de réviser le traité de discipline budgétaire avec des mesures pour la croissance".

Enfin, dans le nord de l'Europe, Le Soir (Belgique) mettait en garde François Hollande, "attendu au tournant". "Après l'épreuve de la conquête, celle du pouvoir. Le vainqueur ne connaîtra pas d'état de grâce", estimait-il. La radio publique finlandaise YLE affirmait quant à elle que "l'arrivée au pouvoir de Hollande n'affectera pas seulement la France, mais secouera aussi l'avenir politique de l'ensemble de l'Europe".

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
CEDRUS
- 08/05/2012 - 15:46
L'image "arabe et orientale" du président Hollande demeure floue
Peu connu, inconnu, méconnu. Il est commun de lire cela dans la presse arabe ou d'entendre cette même impression dans les médias télévisés ou par la voix des dirigeants arabes, en parlant du nouveau président français. Chacun des acteurs arabes (et régionaux : Iran, Israël, Turquie) espère un changement qui tournerait à son propre avantage, maintenant que le changement est un fait accompli à l'Elysée. "François Hollande vu par les Arabes" [www.mestrategicperspectives.com] suppose que le nouveau président français risque de se détourner des affaires de la région pour s'occuper surtout et en priorité d'affaires franco-françaises et européennes. Cela est attentu au début, mais in fine, Hollande s'intéressera nécessairement aux voisins du sud de la Méditerranée.
Nadine S
- 08/05/2012 - 09:20
Hollande vu par la presse arabe
Je vous invite à jeter un coup d’œil sur les réactions dans la presse arabe en bas de cette page : http://www.mestrategicperspectives.com/2012/05/07/france-moyen-orient-francois-hollande-vu-par-les-arabes/
Hollande est perçu comme un candidat « gentil », « souriant », « sans expérience », bref tout le contraire de Sarkozy. Le nouveau Président aura du mal à s’imposer !
NYOR
- 08/05/2012 - 04:10
PASCONTENT
J'ai effectivement vu pas mal de drapeau sur cette colonne, notamment un drapeau portugais, un drapeau irlandais et même un drapeau irakien.. Ah si, j'ai vu deux magrhebins interviewés avec un drapeau sur le tête... Français.