En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© MARTIN BUREAU / AFP
Messages compromettants
Affaire Tariq Ramadan : de nouveaux SMS affaiblissent la version de l'islamologue
Publié le 26 septembre 2018
L’exploitation d’un téléphone a permis de conforter le récit d’une plaignante. Elle affirmait avoir été violée dans une chambre d’hôtel à Lyon en 2009. La troisième demande de remise en liberté de Tariq Ramadan vient également d'être rejetée suite à ces nouveaux éléments.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’exploitation d’un téléphone a permis de conforter le récit d’une plaignante. Elle affirmait avoir été violée dans une chambre d’hôtel à Lyon en 2009. La troisième demande de remise en liberté de Tariq Ramadan vient également d'être rejetée suite à ces nouveaux éléments.

Un autre revers judiciaire est intervenu pour l'islamologue ce mercredi 26 septembre. Sa troisième demande de mise en liberté a été à nouveau rejetée. Les juges d'instruction ont rendu cette décision après la consultation d'une expertise informatique à charge pour le prédicateur suisse. Tariq Ramadan est incarcéré depuis sept mois pour des accusations de viols. Il conteste formellement les faits qui lui sont reprochés.

Maître Éric Morain, l'avocat de la plaignante qui se fait appeler "Christelle", a donc obtenu une victoire importante. 
 
"La semaine dernière encore, lors de la confrontation avec ma cliente, Ramadan la traitait de folle, et son avocat s'exclamait "Mais où sont les preuves?". Aujourd'hui, les preuves sont là: 399 SMS échangés entre le 31 août et le 15 décembre 2009. (...) C'est fou à quoi ça tient!. À un vieux téléphone démodé que Christelle avait conservé, et qu'un expert en informatique a réussi à faire parler, neuf ans après les faits".
 
Lors de la confrontation en juillet et en septembre dernier face à ses accusatrices, l'ancienne salafiste Henda Ayari et "Christelle", dans le bureau des juges, Tariq Ramadan a reconnu des relations extraconjugales consenties et des "rapports fougueux, de domination" avec d'anciennes maîtresses. Mais il avait réaffirmé n'avoir jamais entretenu de tels rapports avec les deux plaignantes (Christelle et Henda Ayari). 
 
Le "LG KS360" de Christelle, commercialisé à partir de la fin de l’année 2008, vient donc de faire basculer le dossier judiciaire. Ce téléphone a livré ses secrets à la suite de l'analyse par un expert judiciaire, spécialisé en informatique. Le contenu de l’appareil, des SMS reçus et envoyés dans le courant de l’année 2009, vient mettre à mal la stratégie de défense jusque-là adoptée par l’islamologue. 
 
Christelle avait évoqué des relations sexuelles non consenties et un déchaînement de violence. Selon des informations du Monde, Tariq Ramadan lui aurait asséné des gifles, des coups de poing, l’aurait tirée par les cheveux et lui aurait uriné dessus. Tariq Ramadan conteste l’avoir fait monter dans sa chambre. Des messages exhumés du téléphone par l’expert dans son rapport contredisent certaines des affirmations de l'intellectuel. 
 
Lundi 24 septembre, les trois juges d’instruction chargés de l’affaire ont reçu les conclusions de ce rapport d’expertise informatique. Le contenu de quatorze scellés, les ordinateurs et les téléphones portables des différentes plaignantes et de Tariq Ramadan, saisis lors de l’enquête ou livrés à la justice par les protagonistes, ont été analysés. 
 
L’analyse des données a permis de démontrer que, du 31 août au 15 décembre 2009, 255 textos ont été envoyés depuis le portable de Tariq Ramadan vers celui de Christelle. La jeune femme a adressé 144 messages à l’islamologue. Tariq Ramadan affirmait n’avoir fait que boire un verre avec Christelle dans le bar de l’hôtel, ce 9 octobre 2009. 
 
Les huit textos écrits depuis son portable à Christelle, le 9 octobre 2009, laissent peu de place au doute sur la nature de leur rencontre : 
 
"Alors, alors… tu viendras, tu es prête. Je devrai t’attendre en bas car il faut une carte pour monter dans l’ascenseur. A quelle heure ?"
 
A 15 h 51, il adresse un nouveau message sur le portable de Christelle : 
 
"J’étais sous la douche… mais attends ma douce chienne !!!!"
 
La chronologie exacte des messages envoyés par Christelle n'est malheureusement pas fiable vu l'ancienneté du téléphone. Il faut se contenter, pour l’instant, des données des messages de Tariq Ramadan. 
 
Le lendemain, le 10 octobre, Christelle reçoit de nouveaux messages depuis le téléphone de Tariq Ramadan :
 
"J’ai senti ta gêne… désolé pour ma “violence”. J’ai aimé… Tu veux encore ? Pas déçue ? (...) Tu n’as pas aimé… Je suis désolé [Christelle]. Désolé". 
 
Le rapport d’expertise vient de confirmer l’authenticité des SMS durant cette période, à l’automne 2009, entre les portables du prédicateur et de la plaignante.
 
La défense de Tariq Ramadan est donc considérablement affaiblie suite à ces révélations. Tariq Ramadan souffre d'une sclérose en plaque. Son traitement a été jugé administrable en prison. L'intellectuel réclame un placement sous contrôle judiciaire avec remise de son passeport suisse et une caution préalable de 300.000 euros. Après le refus des juges d'instruction, un juge des libertés et de la détention doit encore se prononcer dans les trois jours sur cette demande. 
 
Vu sur : Lu sur Le Monde
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Reconstruction de Notre Dame : Emmanuel Macron prend-il le risque du « too much » ?
05.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
06.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
07.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires