En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© SAUL LOEB / AFP
En campagne pour les "midterm"

Les réactions de Donald Trump sur les sujets brûlants comme la Russie, la Corée du Nord et les polémiques dans le cadre d'un long entretien auprès de Reuters

Publié le 21 août 2018
Le président américain a donné des pistes sur de nombreux sujets dans le cadre d'une interview fleuve.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président américain a donné des pistes sur de nombreux sujets dans le cadre d'une interview fleuve.

Donald Trump a donc abandonné Twitter et ses principaux dossiers à Washington l'espace de quelques instants pour répondre aux questions de journalistes de Reuters. Le locataire de la Maison Blanche a notamment évoqué une nouvelle rencontre avec Kim Jong-un, son désaccord avec Erdogan et le dossier russe. Cet entretien s'est déroulé dans le Bureau ovale. 

Le président américain a affiché sa fermeté face à Recep Tayyip Erdogan. La Turquie retient toujours prisonnier le pasteur américain Andrew Brunson. Donald Trump exclut la moindre concession en échange de la libération de ce ressortissant. Il a également indiqué qu'il n'était pas préoccupé par les conséquences des droits de douane qu'il a imposés en riposte à la décision d'Ankara.  

Le mari de Melania Trump a aussi évoqué le sujet de la Russie. Donald Trump a qualifié d'"excellente" sa rencontre avec Vladimir Poutine le mois dernier à Helsinki. 

"Nous avons parlé d'Israël, de la Syrie, de l'Ukraine".

Donald Trump a assuré qu'à aucun moment Vladimir Poutine ne lui avait demandé de lever les sanctions américaines contre Moscou. 

"Je n'envisage pas de le faire. Je l'envisagerai seulement s'ils font quelque chose qui est bon pour nous. (...) Il y a beaucoup de bonnes choses que nous pouvons faire l'un pour l'autre. La Syrie, l'Ukraine, plein d'autres..." 

Trump est en revanche très inquiet sur la question de l'enquête sur les soupçons d'ingérence russe dans l'élection de 2016. Les investigations se portent sur une possible collusion entre l'équipe de campagne de Donald Trump et des responsables russes. Le président des Etats-Unis estime que toute déclaration qu'il pourrait effectuer sous serment, dans le cadre d'une éventuelle audition par le procureur spécial Robert Mueller, pourrait se retourner contre lui et porter ainsi des accusations de parjure contre le président des Etats-Unis. 

Donald Trump a indiqué qu'il ne se faisait pas trop d'illusion malheureusement sur les discussions commerciales, prévues mercredi et jeudi, avec la Chine. Le président américain est disposé à entamer un très long bras de fer avec Pékin. Il a précisé qu'il avait "une stratégie à long terme". Résoudre cette guerre commerciale va, "prendre du temps, parcce que la Chine s'est trop bien débrouillée pendant trop longtemps, et elle est devenue gâtée. Ils ont traité avec des gens qui, franchement, ne savaient pas ce qu'ils faisaient, ce qui nous a menés dans cette situation".

Le président des Etats-Unis, salué à travers le monde entier pour ses efforts dans le processus de paix en Asie grâce au dossier nord-coréen, a précisé ses intentions sur ses échanges avec le leader Kim Jong-un. Donald Trump a estimé qu'une nouvelle rencontre était "probable".  

"Je l'aime bien, il m'aime bien (...) J'ai de très bonnes relations personnelles avec le président Kim, et je pense que c'est ce qui fait tenir les choses (...) J'ai stoppé les essais nucléaires. J'ai stoppé les essais de missile. Le Japon est emballé. Que va-t-il se passer ? Qui sait ? Nous verrons".

Les confessions de Donald Trump démontrent sa volonté de dialoguer avec les différents leaders de la planète, même si la plupart du temps, ses décisions et sa volonté priment dans l'intérêt des Etats-Unis et des citoyens américains. 

Vu sur : Lu sur Reuters
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires