En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Un petit bac ?

Suspension du mouvement de grève SNCF : la CFDT annonce une trêve pour le baccalauréat

Publié le 13 juin 2018
La CFDT a annoncé, mardi 12 juin, qu'elle appellerait les cheminots à suspendre le mouvement de grève sur les RER et TER pendant les épreuves du baccalauréat. Les autres syndicats sont en colère.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La CFDT a annoncé, mardi 12 juin, qu'elle appellerait les cheminots à suspendre le mouvement de grève sur les RER et TER pendant les épreuves du baccalauréat. Les autres syndicats sont en colère.
La CFDT a ainsi annoncé ce mardi 12 Juin qu'elle souhaitait suspendre le mouvement de grève des cheminots débuté le mardi 3 avril, le temps des épreuves du baccalauréat.  Les lycéens et l'ensemble des franciliens auront ainsi accès au TER et RER le 18 et 22 juin. 
 
Le secrétaire général adjoint Sébastien Mariani a ainsi déclaré qu'ils ne souhaitaient pas pénaliser les jeunes de banlieues : "Les jeunes qui prennent le train pour le bac viennent souvent de milieux plus défavorisés. On ne voudrait pas les pénaliser, ce serait contraire avec l'esprit de notre mouvement. Nous souhaitons l'amélioration du service public". Elisabeth Borne, ministre des Transports  interrogée ce mardi 12 juin au micro de France Info, sollicitait fermement les organisations syndicales: "La semaine prochaine, où on a plus de 700.000 candidats qui vont passer le bac, j'appelle vraiment les syndicats à prendre leurs responsabilités. Perturber les épreuves du bac, ce n'est pas défendre le service public". Elle semble avoir été entendue par quelques-uns.
 

La grève poursuivra ensuite son mouvement

Suite au verdict annoncé, les quatre partenaires de l'intersyndicale unis dans le mouvement de grève ont exprimé leur mécontentement. Ce mercredi 13 juin, l'ensemble des organisations syndicales se retrouvent pour une réunion qui promet d'être tumultueuse.

 

"Ce n'est pas une suspension du mouvement (de grève), ce n'est pas une sortie de l'intersyndicale", a tenu à préciser Didier Aubert le secrétaire général de la CFDT-cheminots qui ne veut pas que son syndicat paraisse flancher dans la dernière ligne droite du marathon. La CGT compte, elle propose de poursuivre le mouvement après le 28 juin. L'unité syndicale, qui avait tenu jusqu'à ce 29e jour de grève, semble très fragilisée, de quoi compliquer la poursuite du mouvement."

 

 

Mardi 12 juin sur France Info, Élisabeth Borne, la ministre des Transports, interpellait les organisations syndicales: "La semaine prochaine, où on a plus de 700.000 candidats qui vont passer le bac, j'appelle vraiment les syndicats à prendre leurs responsabilités. Perturber les épreuves du bac, ce n'est pas défendre le service public". Elle semble avoir été entendue par quelques-uns.

Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Stargate53
- 13/06/2018 - 19:58
Normal et utile !
Cette initiative vise à permettre aux jeunes de passer leur bac sereinement. Ceux qui s'opposent à cette décision ne sont que nuisance et démontrent leur envie de pénaliser notre jeunesse ! Quelle tristesse pour des speudo/syndicats ou plutôt fauteurs de troubles corporatistes qui se prétendent être des défenseurs du travail car ce sont de futures travailleurs qui doivent se doter du bon diplôme !