En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 5 heures 42 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 6 heures 20 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 9 heures 3 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 9 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 11 heures 4 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 13 heures 49 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 14 heures 21 sec
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 14 heures 21 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 15 heures 9 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 15 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 6 heures 2 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 8 heures 5 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 9 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 10 heures 58 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 13 heures 42 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 13 heures 57 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 14 heures 12 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 14 heures 25 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 15 heures 3 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 15 heures 7 min
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Money, money, money

Campagne présidentielle : ces autres grosses ristournes accordées à Macron

Publié le 07 juin 2018
Franceinfo révèle que certaines remises conséquentes, dont a bénéficié le candidat Macron, auraient "échappé à la vigilance" de la Commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP).
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Franceinfo révèle que certaines remises conséquentes, dont a bénéficié le candidat Macron, auraient "échappé à la vigilance" de la Commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP).

En avril, Mediapart et Le Monde ont révélé que certaines sociétés avaient accordé de généreuses remises à Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle. Parmi ces sociétés,  GL Events, qui a octroyé à l'ancien ministre de l'Economie des réductions de 20, 30, 50 voire 100% sur certaines prestations. Après examen, la Commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP) a finalement jugé que ces ristournes étaient "normales et régulières". Ce 7 juin, franceinfo révèle que "certains rabais conséquents ont échappé à la vigilance de l’autorité de contrôle".

Des salles à bas prix

Ainsi, selon franceinfo, "à deux reprises, Emmanuel Macron est monté sur la scène de théâtres parisiens, le 6 février 2017 à Bobino, puis le 8 mars au Théâtre Antoine". Les deux salles appartiennent à Jean-Marc Dumontet, qui au cours de la campagne présidentielle est "devenu proche du couple Macron", selon franceinfo. Pour les deux soirs, Emmanuel Macron a été facturé 6 000 euros. "Des prix très inférieurs à ceux habituellement pratiqués par la société de Jean-Marc Dumontet", affirme franceinfo, qui a appelé JMD Prod pour obtenir un devis pour un événement du même format qu’un des meetings d’Emmanuel Macron. "On va partir sur du 11 000 euros hors taxes (13 000 euros TTC). Après si vous voulez de la vidéo-projection ou des machins comme ça, ce sera en supplément", a déclaré au téléphone, un responsable de Bobino. En outre, le média note que "le tarif n’est pas la seule chose intrigante dans ces factures". "Aucune mention n’est faite des prestations 'obligatoires' comme l’éclairage, la régie son, la sécurité incendie, etc", écrit franceinfo, ajoutant que  la Commission des comptes de campagne a validé ces deux factures. De son côté, le propriétaire des théâtres, Jean-Marc Dumontet a indiqué à franceinfo qu’En Marche a bien négocié le prix de la location : "Ils m’avaient bloqué plusieurs dates. J’avais un peu râlé. Finalement ils sont revenus vers moi à la dernière minute, au moment où ils pouvaient négocier."

La salle de concert située dans le nord-est de Paris, la Bellevilloise a également été facturée à bas prix à Emmanuel Macron. Son équipe l'avait réservée le 2 mai 2017 "pour une soirée de campagne à laquelle le candidat ne participait pas", indique franceinfo, ajoutant que le tarif de la location est de 1 200 euros, mais la facture faisait état de "deux remises pour un total de 900 euros HT". De son côté,  Benoît Hamon, qui a également réservé la même salle pendant la campagne présidentielle, a payé 4 838,40 euros. "Non seulement Benoît Hamon ne s’est pas vu offrir les 'packs son et vidéo' comme Emmanuel Macron, mais il a tout payé plus cher : le service d’ordre, le personnel et surtout la location "brute" de la salle. Facturée 2 580 euros au candidat PS, elle n’a coûté que 200 euros (hors taxes) à son rival d’En Marche", écrit franceinfo. Une situation qui se produit à deux reprises.  Interrogée sur ce point par franceinfo, la CNCCFP, a déclaré qu’il "paraît difficile d'affirmer, que les prestations fournies à Emmanuel Macron et Benoît Hamon sont sensiblement équivalentes". Pourtant, selon franceinfo, "les factures des deux candidats comportent pourtant de nombreux points communs faciles à comparer".

La soirée sur une péniche à Lyon

Le 7 septembre 2016, une centaine de militants d’En Marche dans le Rhône se sont rassemblés sur une péniche, La Plateforme, à Lyon autour de Gérard Collomb. "Dans un premier temps, la facture de l’événement est adressée par erreur à la métropole de Lyon qui la redirige vers En Marche, qui la verse aux comptes de campagne de l’élection présidentielle", écrit franceinfo, ajoutant que le montant de la facture s'élevait à 996 euros TTC et la seule location de la salle a coûté 785 euros HT. "La facture de l’apéro des "marcheurs" de Lyon comporte une 'remise commerciale' de 1 100 euros", ajoute le média. Mais selon le catalogue de l’établissement, les prix pratiqués seraient plutôt d'ordre de 3 000 euros par soirée. Selon, le cabinet de Gérard Collomb, "ce prix catalogue de 3 000 euros" vaut "pour un événement de type mariage, de 15 heures à 4 heures du matin, un week-end, dans l’ensemble de la péniche, en incluant des prestations que nous n’avons pas sollicitées". Il ne serait donc pas comparable "avec une location de 2h30 avec en appui, une vingtaine de bénévoles d’En Marche". La CNCCFP a fait une réponse similaire à franceinfo. Mais le média affirme avoir établi un devis pour un événement fictif qui aurait lieu un soir de semaine, en septembre prochain, de 18 heures à minuit. Le prix de la location de la péniche était de 2 925 euros.

Des négociations très fructueuses

L'équipe d'Emmanuel Macron aurait même réussi à négocier une remise avec NationBuilder, le logiciel fétiche des candidats à la présidentielle 2017 qui permet de gérer un fichier de contacts militants, d'animer un site web ou d’envoyer des SMS automatiquement. Après quelques mails, la facture est passée de "74 000 dollars à 52 000 dollars", selon franceinfo, qui ajoute que "les autres candidats utilisant NationBuilder n’ont pas obtenu les mêmes niveaux de remise".

La société de design scénique Giglam and The Imagineers a également fait un geste envers le candidat Macron, en lui accordant en février 2017, "une ristourne de 2 617 euros HT sur une facture de 4 743 euros HT (5 691,60 euros TTC) (…), soit près de 36% de remise", écrit franceinfo. Ce rabais correspond "à un principe de remise commerciale que nous avons avec des organisateurs ou des professionnels de l’événement", a assuré à la Commission des comptes de campagne, le patron de Giglam, Vincent Rautureau. "La Commission n’a pas demandé, en revanche, à Vincent Rautureau s’il avait participé, de près ou de loin, à la campagne d’Emmanuel Macron. Dans un document issu des Macronleaks, son nom est pourtant cité le 24 novembre 2016, dans un projet d’organigramme", écrit franceinfo. Et de préciser que Vincent Rautureau "est aussi à la tête de Moa Consulting, un autre prestataire important de la campagne d’Emmanuel Macron". En effet, l'entreprise est à l'origine du thème musical des meetings d’En Marche.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 07/06/2018 - 20:35
Beaucoup plus inquiétant que ces « remises généreuses »...
C’est qu’ont-ils obtenu en échange, tous ces patrons du show-biz, ces papes de la grande finance internationale?...Soros: 2 365 910,16 euros
; David Rothschild : 976 126,87 euros ; GoldmannSachs: 2 145 100 euros, oui! C’est une autre dimension que quelques milliersd’euros...Mais qu’ont-ils obtenu en échange, ces gens qui, tous, n’investissent jamais à perte?...
lexxis
- 07/06/2018 - 19:06
UNE ÉLECTION OU UN CHOIX JUDICIAIRE
Quand la CNCCPF ne veut pas faire son travail, il est très difficile de l'obliger à le faire. Mais il serait peut être temps de se pencher sérieusement sur cette structure, dont il semble que le Président vienne de toucher une augmentation substantielle. On ne peut épiloguer à perte de vue sur les costumes de Fillon et fermer les yeux sur des millions de ristournes, au surplus consenties par des entreprises et qui rompent gravement l'égalité entre les candidats. Il y a dans ce refus de considérer la réalité l'amorce d'une forfaiture, avec une prime aux petits malins qui n'a rien des démocratique. Il est triste de considérer que l'élection présidentielle n'appartient plus aux Français, mais que des organes censés garantir sa parfaite régularité se sont appropriés en réalité la décision du peuple, tant en refusant d'instruire et de poursuivre ce qui sans doute méritait de l'être, qu'en poursuivant des faits dont on s'aperçoit que tous ou presque étaient partagés. Pour ma part, j'en tire la conclusion qu'il n'est plus nécessaire de me déplacer pour voter, parce que la justice, assistée de la CCCNFP, saura parfaitement désigner le candidat de son choix ;Peu importe la voix du peuple
Stargate53
- 07/06/2018 - 17:56
Quelle découverte !
Pourquoi obtenir des réductions est interdit, tout comme avoir des amis ? Quelle hypocrisie ! Tous les candidats aux élections se débrouillent pour payer le moins cher possible leur campagne qu'ils soient de gauche, de droite, du centre et de travers !!!!! C'est ainsi depuis qu'il existe des élections alors les "fouilles merdes" (pardon pour l'expression) arriveront toujours à semer la zizanie pour exister et prétendre défendre l'intérêt général ! Pauvres frustrés de candidats qui n'ont été élus ! Hé oui, il faut 1 gagnant et beaucoup de perdants ! Vous devriez vous y faire car râler après coup ne sert à rien ! Et c'est le choix des "gens" comme le disent, le bonimenteur en chef de la France Insoumise et ses adeptes !