En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Justice
"Chemise arrachée" à Air France : quatre ex-salariés condamnés à 3 et 4 mois de prison avec sursis
Publié le 23 mai 2018
Le 5 octobre 2015, des manifestants avaient envahi le siège d'Air France pour protester contre un plan de suppression de près de 3 000 emplois, prenant à partie deux cadres de l'entreprise, dont le DRH.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 5 octobre 2015, des manifestants avaient envahi le siège d'Air France pour protester contre un plan de suppression de près de 3 000 emplois, prenant à partie deux cadres de l'entreprise, dont le DRH.

La scène de la "chemise arrachée" avait fait le tour du monde? Le 5 octobre 2015, une foule de salariés manifestant contre un vaste plan de suppression de postes avaient pris à partie deux cadres de la compagnie aérienne Air France, dont un DRH. Le premier, Pierre Plissonnier, était reparti torse nu sous les huées, le second, Xavier Broseta, la chemise en lambeaux. Ce mercredi 23 mai, quatre ex-salariés de l'entreprise ont été condamnés par la Cour d'appel de Paris à des peines de trois à quatre mois de prison avec sursis, relate Le Figaro.

Un jugement en appel plus sévère

Les avocats des condamnés avaient plaidé la relaxe en appel, estiment que leurs clients ne pouvaient être tenus pour responsables des violences. La justice, qui avait en première instance condamné accusés à des peines allant de l'amende à quatre mois de prison avec sursis, s'est finalement montrée plus sévère, en revenant sur la relaxe d'un ex-salarié. Elle a également confirmé les peines d'amende de 500 euros infligées à huit autres prévenus, qui étaient poursuivis pour des dégradations.

Pierre Plissonnier avait raconté à la barre ce qu'il avait vécu comme une "humiliation", avec le sentiment d'avoir été la cible d'un "lynchage". L'avocat général avait quant à lui dénoncé des "violences intolérables" qui ont "dégradé l'image d'Air France", mais aussi "les couleurs de la France que la compagnie transporte à travers le monde".

 

Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Un bilan dont il “n’y a pas à rougir” : radioscopie des performances économiques de la France depuis l’élection d’Emmanuel Macron
04.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
La taxe carbone va prendre l’avion, très bonne idée, sauf que ceux qui vont payer ne sont pas ceux que l’on croit
07.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
02.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 23/05/2018 - 15:44
Encore des quasi-acquittements pour des délits avérés
Sursis, donc rien. 500€, pas grand chose, et en fait rien puisque payés par le syndicat. Si vous êtes politicien (Cahuzac) ou syndicaliste, vous êtes au-dessus des lois; les magistrats y veillent.