En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© FILIPPO MONTEFORTE / AFP
Habemus Papam

Italie : Giuseppe Conte proposé pour diriger le gouvernement d'alliance de la Ligue et du M5S

Publié le 21 mai 2018
Le chef du Mouvement 5 étoiles (M5S), Luigi Di Maio, a proposé, ce lundi 21 mai, au président de la République italienne que Giuseppe Conte dirige le prochain gouvernement d'alliance avec la Ligue (extrême-droite).
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le chef du Mouvement 5 étoiles (M5S), Luigi Di Maio, a proposé, ce lundi 21 mai, au président de la République italienne que Giuseppe Conte dirige le prochain gouvernement d'alliance avec la Ligue (extrême-droite).

Giuseppe Conte, du Mouvement 5 étoiles, est donc le nouveau visage qui pourrait faire potentiellement trembler l'Europe. Cet universitaire de 54 ans a donc été proposé pour diriger le futur gouvernement anti-européen en Italie. 

Luigi Di Maio s'est exprimé dans le cadre de ce jour historique pour l'Italie après avoir été reçu au palais du Quirinal par le président Sergio Mattarella.
 
"Je suis très content et fier, Giuseppe Conte sera à la tête d'un gouvernement politique constitué par deux forces politiques. Evidemment notre objectif est d'améliorer la qualité de vie des Italiens. Notre méthode a été d'abord de discuter du programme et ensuite du nom. (...) Notre président de la République doit évaluer notre nom, un nom juste".
 
Le chef de l'État italien Mattarella a ensuite reçu Matteo Salvini, le dirigeant de la Ligue d'extrême droite, qui a conclu un "contrat de gouvernement" avec le M5S.
 
Matteo Salvini, n'a pas non plus révélé le nom qu'il avait proposé à Sergio Mattarella. 
 
"Nous sommes prêts, nous avons présenté le nom, décidé l'équipe et le projet pour le pays". 
 
Giuseppe Conte est un juriste universitaire, spécialiste du droit civil et administratif. Cet homme de 54 ans avait été présenté avant les élections du 4 mars par le Mouvement 5 étoiles (M5S) comme un éventuel ministre chargé de "débureaucratiser" la fonction publique.
 
Le président de la République devra donc trancher et décider s'il approuve ou désapprouve la personnalité qui est proposée.
 
Le CV de 12 pages de Giuseppe Conte a été publié sur le site internet du Mouvement 5 étoiles. Il a enseigné dans des universités en Sardaigne, à Rome, à Florence ou à Malte. Il donne actuellement des cours de droit privé à Florence et à la prestigieuse université Luiss de Rome. Giuseppe Conte a été membre du conseil d’administration de l’Agence spatiale italienne et consultant juridique de la Chambre de commerce de Rome. 
 
L'avenir politique de l'Italie inquiète l'Europe, notamment sur la question économique et sur la dette. Le Mouvement 5 etoiles, un parti "antisystème" lancé en 2009 par le comédien et militant politique Beppe Grillo, est arrivé en tête aux législatives en mars dernier. Le M5S a signé un contrat de gouvernement avec la Ligue, une formation d'extrême droite. Le président Sergio Mattarella devra donc trancher dans les prochaines heures et les prochains jours concernant la nomination effective de Giuseppe Conte à la tête du gouvernement d'alliance.  
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 21/05/2018 - 20:44
Bonne route à Giuseppe Conte!
Ce qui est hilarant, c’est le President Matarella, qui « pourrait émettre des réserves sur certains membres du gouvernement »...ce clown n’a pas encore compris que l’UE devra abandonner très vite ses politiques mortifères d’immigration sauvage, de convergence et de desindustrialisation, si elle ne veut pas percuter de plein fouet 68% des Italiens qui ont voté pour la coalition...
Beredan
- 21/05/2018 - 20:29
Combat retardateur
Mis sous pression par l’UE , le présidentl Matarella ( Le bien nommé ) multiplie les arguties et les chausse-trappes pour faire capoter la formation du nouveau gouvernement italien ...