En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© BERTRAND GUAY / AFP
Addition salée
Les blocages dans les universités ont fait plus d'un million d'euros de dégâts selon Frédérique Vidal
Publié le 23 avril 2018
Selon la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, le montant estimé des dégâts liés aux blocages dans les universités représente une somme astronomique.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, le montant estimé des dégâts liés aux blocages dans les universités représente une somme astronomique.

Depuis de nombreuses semaines, une dizaine de sites universitaires sont bloqués par des étudiants opposés à la réforme de l'accès à l'université et contre la politique d'Emmanuel Macron. Avec l'arrivée imminente des calendriers des examens et avec les périodes de vacances scolaires, certaines universités ont dû être évacuées par les forces de l'ordre. Dans certains cas, comme à Montpellier, les étudiants bloqueurs sont partis avant l'intervention des CRS. 

L'étendue des dégâts après l'occupation des sites universitaires concernés est extrêmement impressionnante.  
 
La ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, était invitée dans le cadre de l'émission "L'Epreuve de vérité" sur la chaîne Public Sénat, en partenariat avec l'AFP, Radio Classique et Les Echos.
 
A cette occasion, Frédérique Vidal a donc dressé un constat terrible sur le coût des dégradations constatées après les occupations de différentes universités à travers l'Hexagone.
 
"Il est important de savoir qui a commis ces dégâts car c'est le contribuable qui va payer."
 
D'après Frédérique Vidal, "les devis sont en cours" pour le campus de Paris 1 à Tolbiac. Les dégâts estimés sont chiffrés entre 200 000 et 300 000 euros de dégâts. 
 
Selon les premières estimations, le coût des dégradations avoisine la somme de 300 000 euros pour le site de l'université Paul-Valéry de Montpellier. Le site de Nanterre ou les locaux de Sciences Po Paris ont également été occupés récemment.   
 
Depuis le début du mois d'avril, une dizaine d'universités sur 400 à travers la France sont perturbées ou bloquées par des étudiants mobilisés contre la loi Orientation et réussite des étudiants (ORE). 
 
Les autorités, la ministre de l'Enseignement supérieur (Frédérique Vidal) et les présidents d"universités vont tout mettre en oeuvre pour que les examens se déroulent dans les meilleures conditions dans les toutes prochaines semaines. 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Reconstruction de Notre Dame : Emmanuel Macron prend-il le risque du « too much » ?
05.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
06.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
07.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
walchp
- 24/04/2018 - 17:39
1 million divisé par 800000 étudiants=1,25€/tête
symbolique !! c'est comme si c'était fait
walchp
- 24/04/2018 - 17:36
Il suffit d'adapter les frais d'inscription pour la rentrée
;
ajm
- 24/04/2018 - 10:16
Récompense et promotion des meilleurs
En fait, comme dans un passé pas si lointain après des événements du même style, les chefs des casseurs seront recyclés et promus dans les partis de gauche en leur offrant quelques sinécures dans des collectivités locales ou des associations subventionnées.