En direct
Best of
Best Of
En direct
© BERTRAND GUAY / AFP
Fin de la contagion ?
Les locaux de Sciences Po Paris ont été débloqués, les cours ont pu reprendre
Publié le 20 avril 2018
Après deux jours d'occupation cette semaine, les locaux de Sciences Po Paris ont été libérés par les étudiants contestataires. Les cours et les examens vont pouvoir se poursuivre. Des "conférences et des débats libres" seront organisés dans les prochains jours.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après deux jours d'occupation cette semaine, les locaux de Sciences Po Paris ont été libérés par les étudiants contestataires. Les cours et les examens vont pouvoir se poursuivre. Des "conférences et des débats libres" seront organisés dans les prochains jours.

Le bâtiment principal de Sciences Po Paris a retrouvé le chemin de la sérénité et une atmosphère apaisée en cette journée du vendredi 20 avril. Les locaux ont été occupés et bloqués à deux reprises cette semaine par des étudiants solidaires du mouvement contre la réforme de l'accès à l'université. Les cours ont donc pu reprendre normalement en début d'après-midi, aux alentours de 14h45. 

Les étudiants qui avaient décidé de bloquer à nouveau l'établissement, lors d'une assemblée générale, lors de la soirée du jeudi 19 avril, ont finalement décidé de libérer le bâtiment dans la journée de vendredi. Ils ont effectué ce geste en échange de l'ouverture de salles spécifiques dédiées à des "conférences et des débats libres."  
 
Selon des informations du Figaro, le directeur de l'établissement, Frédéric Mion, a adressé un courrier électronique aux étudiants. Dans cette missive, il annonce que deux salles seront dédiées à des conférences et des débats libres "ouverts à toutes les communautés de Sciences Po à partir de lundi prochain durant les heures d'ouverture du 27 rue Saint-Guillaume."  
 
Tous les bâtiments du campus sont donc désormais accessibles après la libération du site par les étudiants contestataires. Les cours se sont déroulés dans d'autres locaux, lors des journées d'occupation.
 
Une consultation a été menée auprès des étudiants de Sciences Po Paris. Près de la moitié d'entre eux (6 400 sur 13 000) ont répondu. Ils ont exprimé leur opposition à cette occupation (67,2% contre le blocage, 24,8% en faveur du blocage et 8,1% n'ont pas souhaité trancher).
 
Cette libération des locaux de Sciences Po Paris intervient alors que différents sites universitaires ont été occupés par des étudiants grévistes mobilisés contre la loi ORE (à Tolbiac, à Nanterre ou à Montpellier notamment).
 
Les locaux de Tolbiac ont également été évacués et libérés par les forces de l'ordre dans la matinée de vendredi, après des semaines d'occupation. Le coût des dégâts a été estimé à plusieurs centaines de milliers d'euros sur le site de Tolbiac. 
 
La période est d'ailleurs particulièrement charnière. Les examens approchent en effet à grands pas. Le président de la République Emmanuel Macron s'est d'ailleurs exprimé à ce sujet lors du Conseil des ministres. Selon le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, le chef de l'Etat a été très clair sur la question des examens dans les universités : "le défi pour les prochains jours (…) c'est de permettre la tenue des examens dans de bonnes conditions. Il incombera" à la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal de le relever. 
 
Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
07.
Francois Xavier Bellamy enchante la droite, Bruno Retailleau laboure son sillon (et l'électorat Fillon), Le Point charge Castaner, L'Express les dérives de la médecine douce ; Anti-social quand la CGT piétine le droit du travail
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 20/04/2018 - 21:47
Fin de la récré
Allez les enfants, au travail !
Anouman
- 20/04/2018 - 20:28
Quel soulagement
Ils vont pouvoir continuer à apprendre à parler de rien avec toute la conviction qui est nécessaire pour convaincre un auditoire d'imbéciles.
vangog
- 20/04/2018 - 17:51
La fabrique à science-pipologues gauchistes remarche!
je ne sais pas si c'est une bonne nouvelle?...