En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 10 heures 40 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 13 heures 11 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 15 heures 14 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 16 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 16 heures 58 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 17 heures 19 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 17 heures 37 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 17 heures 39 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 17 heures 40 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 17 heures 44 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 11 heures 7 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 14 heures 58 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 16 heures 33 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 16 heures 53 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 17 heures 5 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 17 heures 25 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 17 heures 38 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 17 heures 40 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 17 heures 40 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 17 heures 45 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Fin de la contagion ?

Les locaux de Sciences Po Paris ont été débloqués, les cours ont pu reprendre

Publié le 20 avril 2018
Après deux jours d'occupation cette semaine, les locaux de Sciences Po Paris ont été libérés par les étudiants contestataires. Les cours et les examens vont pouvoir se poursuivre. Des "conférences et des débats libres" seront organisés dans les prochains jours.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après deux jours d'occupation cette semaine, les locaux de Sciences Po Paris ont été libérés par les étudiants contestataires. Les cours et les examens vont pouvoir se poursuivre. Des "conférences et des débats libres" seront organisés dans les prochains jours.

Le bâtiment principal de Sciences Po Paris a retrouvé le chemin de la sérénité et une atmosphère apaisée en cette journée du vendredi 20 avril. Les locaux ont été occupés et bloqués à deux reprises cette semaine par des étudiants solidaires du mouvement contre la réforme de l'accès à l'université. Les cours ont donc pu reprendre normalement en début d'après-midi, aux alentours de 14h45. 

Les étudiants qui avaient décidé de bloquer à nouveau l'établissement, lors d'une assemblée générale, lors de la soirée du jeudi 19 avril, ont finalement décidé de libérer le bâtiment dans la journée de vendredi. Ils ont effectué ce geste en échange de l'ouverture de salles spécifiques dédiées à des "conférences et des débats libres."  
 
Selon des informations du Figaro, le directeur de l'établissement, Frédéric Mion, a adressé un courrier électronique aux étudiants. Dans cette missive, il annonce que deux salles seront dédiées à des conférences et des débats libres "ouverts à toutes les communautés de Sciences Po à partir de lundi prochain durant les heures d'ouverture du 27 rue Saint-Guillaume."  
 
Tous les bâtiments du campus sont donc désormais accessibles après la libération du site par les étudiants contestataires. Les cours se sont déroulés dans d'autres locaux, lors des journées d'occupation.
 
Une consultation a été menée auprès des étudiants de Sciences Po Paris. Près de la moitié d'entre eux (6 400 sur 13 000) ont répondu. Ils ont exprimé leur opposition à cette occupation (67,2% contre le blocage, 24,8% en faveur du blocage et 8,1% n'ont pas souhaité trancher).
 
Cette libération des locaux de Sciences Po Paris intervient alors que différents sites universitaires ont été occupés par des étudiants grévistes mobilisés contre la loi ORE (à Tolbiac, à Nanterre ou à Montpellier notamment).
 
Les locaux de Tolbiac ont également été évacués et libérés par les forces de l'ordre dans la matinée de vendredi, après des semaines d'occupation. Le coût des dégâts a été estimé à plusieurs centaines de milliers d'euros sur le site de Tolbiac. 
 
La période est d'ailleurs particulièrement charnière. Les examens approchent en effet à grands pas. Le président de la République Emmanuel Macron s'est d'ailleurs exprimé à ce sujet lors du Conseil des ministres. Selon le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, le chef de l'Etat a été très clair sur la question des examens dans les universités : "le défi pour les prochains jours (…) c'est de permettre la tenue des examens dans de bonnes conditions. Il incombera" à la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal de le relever. 
 
Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 20/04/2018 - 21:47
Fin de la récré
Allez les enfants, au travail !
Anouman
- 20/04/2018 - 20:28
Quel soulagement
Ils vont pouvoir continuer à apprendre à parler de rien avec toute la conviction qui est nécessaire pour convaincre un auditoire d'imbéciles.
vangog
- 20/04/2018 - 17:51
La fabrique à science-pipologues gauchistes remarche!
je ne sais pas si c'est une bonne nouvelle?...