En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
At last
Le déficit public français passe sous la barre des 3 % pour la première fois depuis 2007
Publié le 26 mars 2018
L’Insee a annoncé ce lundi que la France a enregistré en 2017 un déficit public de 2,6% du PIB.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’Insee a annoncé ce lundi que la France a enregistré en 2017 un déficit public de 2,6% du PIB.

Champagne ! Enfin…non, pas encore. Dans un communiqué, l’Insee a affirmé ce lundi que la France a enregistré en 2017 un déficit public de 2,6% du produit intérieur brut (PIB) au lieu des 2,9% officiellement attendus. Pour la première fois depuis onze ans, la France est donc (enfin ?) revenue dans les clous budgétaires européens et Paris peut se targuer d’avoir respecté "la fameuse règle des 3%".

Sur Franceinfo ce lundi matin, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire s’est félicité de cette nouvelle. "C'est la preuve que la stratégie qui a été définie par le président de la République en matière de réduction de la dépense publique, de redressement des comptes publics et de croissance est la bonne. Nous avons tenu nos engagements" a-t-il estimé.

Bémol toutefois : comme le souligne Challenges, la baisse du déficit n'a pas permis de faire refluer la dette publique, qui continue à s'aggraver. Cette dernière a atteint fin 2017 97% du PIB, contre 96,6% fin 2016. Les chiffres font toujours autant tourner la tête : la dette est désormais de 2.218 milliards d'euros, soit 66 milliards de plus qu'en 2016.

"2,6 %, ça reste un déficit, ça veut dire que nous continuons de dépenser trop d'argent" a commenté Bruno Le Maire. "Et comme dirait Lapalisse, tant que nous ne sommes pas en excédent, nous sommes en déficit ».

2,6% ... cela reste un déficit ! La dette publique continue d’augmenter !

Il faut donc continuer à emprunter pour rembourser notre dette et cela coûte cher.
C’est pour cela que nous tiendrons le cap de redressement des dépenses publiques. #8h30Politique

— Bruno Le Maire (@BrunoLeMaire) 26 mars 2018

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
05.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
07.
Tensions grandissantes en Algérie : Bouteflika n’est plus là, mais les généraux, si
01.
"Benghazi ne tombera pas en un jour"
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 26/03/2018 - 19:33
Déficit
La baisse du déficit est due à l'augmentation des recettes fiscales, ce n'est donc pas glorieux. Si Macron avait fait quelque chose on serait à moins de 2.6%. Une croissance un peu ralentie et on repasse au-dessus de 3. Quelle bande de nuls.
Anguerrand
- 26/03/2018 - 18:27
A ajm
Bien sûr que ne souhaite pas un retour à 10/12% des taux d’interet que nous serions incapable de payer, mais il suffirait que les taux monte à 2% et c’est 40 milliards. Ce taux a été considéré comme raisonnable il y a encore qq années. Vous parlez des « criteres de Maastricht «  mais le déficit de 3% a été accepté par l’ue mais il y a déjà une dizaine d’années de cela. La France avait alors promis d’arriver à ce chiffre très rapidement ce que bien sûr elle arrive, mais avec combien d’impots En plus? Signalons que les autres pays de l’UE sont la plupart soit à un déficit de 1% soi en excédent ce qui leur permet de rembourser leur dette et le tout sans impôts supplémentaires. Macron est loin du compte, il fait du Hollande pour les impôts
ajm
- 26/03/2018 - 14:32
Effets heureux ou resultats d'une action publique.
La question c'est de savoir si cette amélioration est la conséquence heureuse de facteurs dont l'etat Francais n'est pas responsable ( niveau des taux, conjoncture internationale qui dope la croissance et les recettes, réduction de deficits rentrant dans les critères de Maastricht mais dependant uniquement des partenaires sociaux comme le regime des retraites complémentaires du privé. .) ou de ceux qui relèvent directement de lui.