En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
Une facture salée

Service national universel : un rapport accable le gouvernement

Publié le 05 février 2018
Les Echos ont consulté un rapport, commandé par Edouard Philippe, sur la faisabilité de la promesse d'Emmanuel Macron. Ses auteurs pointent un important coût de fonctionnement...
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Echos ont consulté un rapport, commandé par Edouard Philippe, sur la faisabilité de la promesse d'Emmanuel Macron. Ses auteurs pointent un important coût de fonctionnement...

Le service national universel fut l'une des promesses de campagne du candidat Macron. Devenu président de la République, il avait affirmé lors de ses vœux aux armées fin janvier que "le service national universel sera mené à son terme, il entrera à bon port". Mais selon Les Echos, qui ont pu consulter un rapport commandé par Edouard Philippe à ce sujet, cette promesse du chef de l'Etat ne serait pas si simple à tenir. En cause : la question de son financement, précise le quotidien économique ce lundi 5 février.

Le projet pourrait coûter jusqu'à 3 milliards par an

En effet, les auteurs du document expriment "d'importantes réserves" et soulignent la "complexité" du service national universel, dont le coût de fonctionnement est estimé entre 2,4 et 3 milliards d'euros par an. En outre, ils indiquent que cette facture pourrait s'alourdir si les jeunes seraient logés pendant leur service. Il faudra donc ajouter "des investissements initiaux importants dans les centres d'hébergement, qui iraient de 3,2 à 5,4 milliards d'euros", écrivent Les Echos.

De plus, la réalisation de ce projet présenterait des "contraintes" juridiques, budgétaires ou encore logistiques. La remise d'un rapport parlementaire sur le service national universel devait avoir lieu le 31 janvier, mais elle a été reportée au 21 février. Un report qui serait dû au fait que "même si le financement était annoncé 'ad hoc'", le service national "aura(it) un impact sur le budget de Défense", ce qui "divise" le gouvernement, selon une source parlementaire citée par l'AFP.

 

Vu sur : Lu sur Les Echos
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

05.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 11/02/2018 - 16:54
Oublions
Cette ânerie!
assougoudrel
- 06/02/2018 - 12:32
@Citoyen-libre
Je vous comprend, mais un mois file très vite. Hier, nous fêtions Noël et nous sommes déjà en février. Je suis plus pour un service militaire adapté (comme en Outre-mer) où le jeune pourra apprendre un métier; je suis certain qu'il serait content car un jeune a besoin d'être occupé et d'apprendre.
Citoyen-libre
- 06/02/2018 - 10:03
Réflechissons !
@Assougoudrel: Vous avez une approche professionnelle, personnellement, j'ai une approche d'appelé ayant une expérience militaire qui m'a marqué. Il ne s'agit pas de faire de ces pré-délinquants des soldats, mais de leur apporter, par un encadrement de type militaire, une saine rigueur pour les transformer en adultes français et responsables. Il ne s'agit pas non plus de refaire le service militaire à l'ancienne et d'y incorporer toute la jeunesse. On les appelle comme on veut, mais ces centres à la symbolique militaire très forte, seraient un passage obligé pour ce type de jeunes, avec pour objectif de les rendre fier d'avoir participé à une expérience, dure, contraignante, mais salutaire. Dans mon esprit, c'est très loin des centres de rééducations fermés et gérés par des éducateurs. Nous sommes gouvernés par l'ignorance et l'irresponsabilité. Au final, l'état se comporte comme des pompiers qui veulent toujours plus de matériels alors que l'entretien des massifs limite fortement les incendies. Des prisons supplémentaires ne changerons plus la donne, trop tard.