En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© MARTIN BUREAU / AFP
The end
La plainte de François Fillon contre Le Canard enchaîné a été classée sans suite
Publié le 13 décembre 2017
En avril, l'ancien candidat à la présidentielle avait déposé une plainte contre l'hebdomadaire satirique pour propagation de "fausses nouvelles" ayant eu pour effet de "détourner" des suffrages.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En avril, l'ancien candidat à la présidentielle avait déposé une plainte contre l'hebdomadaire satirique pour propagation de "fausses nouvelles" ayant eu pour effet de "détourner" des suffrages.

Au mois d'avril, François Fillon avait déposé une plainte contre Le Canard enchaîné, pour propagation de "fausses nouvelles" ayant eu pour effet de "détourner" des suffrages. Elle visait un article de l'hebdomadaire satirique du 12 avril, intitulé "l'enquête sur Penelope s'approche de son berceau...". Le journal affirmait avoir "la preuve" que Penelope Fillon avait été rémunérée pendant quinze mois à partir d'avril 1980 comme "collaboratrice au sein d'un ministère parisien". Une information qui avait été démentie par le camp du candidat à la présidentielle. Mais l'enquête préliminaire ouverte en mai après la plainte de François Fillon a finalement été classée sans suite fin novembre par le parquet de Paris, a indiqué mardi 12 décembre une source judiciaire, confirmant l'annonce du Canard enchaîné.

La "diffusion de fausse nouvelle n'apparaît pas constituée" aux yeux des enquêteurs, a précisé cette source. Selon Le Canard enchaîné, les investigations auraient même confirmé les informations publiées par l'hebdomadaire le 12 avril. "À l'issue des investigations menées, il est apparu que Mme Fillon a exercé une activité rémunérée par la direction régionale des finances publiques de Paris entre le 1er janvier 1980 et le 31 juillet 1981", a conclu le parquet dans son courrier aux avocats, cité par Le Canard enchaîné.

 

Vu sur : Lu sur Le Point
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
03.
Gilets jaunes : les états-majors des grandes entreprises imaginent trois scénarios de sortie de crise possibles
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
L’affaire Benalla, ou la preuve qu’Emmanuel Macron est lui-même son pire ennemi politique
06.
Bercy découvre que les entreprises françaises sont menacées par « des casseurs » venus de la finance anglo-saxonne
07.
"Bouffon" : Gérard Darmon s'en prend à Franck Dubosc
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
06.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
01.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
02.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
03.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
04.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 13/12/2017 - 19:46
On a décidé que le Canard est un bouffon du roi
et qui peut dire sans peur et sans reproche tout ce qu'il lui plaît.
KOUTOUBIA56
- 13/12/2017 - 18:03
+1 atlante13. ceci est une
+1 atlante13. ceci est une illustration parfaite de ce qu'est la justice chargée des affaires politiques en France. chacun en tire les conclusions qu'il veut mais une fois de plus les faits implacables sont la. si chacun veut avoir un peu de bon sens et d'équité l'on ne peut que dire qu'il ne fait pas bon être de droite dans ce pays.
Atlante13
- 13/12/2017 - 17:04
Indépendamment du contexte,
il est curieux de voir de quelle façon la Justice réagit. Il a fallu 4 jours au PNF(mme Houlette) pour mettre en examen un candidat à la présidentielle en pleine campagne, un record, il a fallu 7 mois pour classer sans suite une plainte en diffamation, 2 mois pour classer sans suite une grosse carambouille de détournent de fonds publics par une mutuelle bretonne. Quels sont les points communs? et pourquoi de telles disparités? sachant que pour le premier cas, il a fallu remonter a des faits vieux de plus de 20 ans?