En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© JOEL SAGET / AFP
Analyse

Pour Maël de Calan, "il y a une droite complètement folle"

Publié le 04 décembre 2017
Dans les colonnes du Parisien, le jeune candidat à la présidence des Républicains, étrille également ses concurrents, Laurent Wauquiez et Florence Portelli.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans les colonnes du Parisien, le jeune candidat à la présidence des Républicains, étrille également ses concurrents, Laurent Wauquiez et Florence Portelli.

Candidat à la présidence des Républicains, le jeune juppéiste Maël de Calan, a accordé une interview au Parisien. Dans les colonnes du quotidien, il a donné son avis sur la droite et son avenir, et a cogné sans détour sur ses deux adversaires, Laurent Wauquiez et Florence Portelli.

« La droite doit être intelligente »

Selon lui, « il y a aujourd'hui une droite complètement folle », celle « qui s'oppose à la baisse des APL (aides personnalisées au logement) ou des dotations aux collectivités locales. Alors qu'elle défendait ces mêmes idées il y a à peine quelques mois ». Le conseiller départemental du Finistère veut que la droite reste « cohérente ». « Si elle change d'avis par démagogie, elle n'ira pas loin et se privera de toute chance de revenir au pouvoir », ajoute-t-il. Et d’expliquer : « J'ai déjà cité les noms de Nadine Morano ou de Patrick Balkany qui incarnent cette politique d'hier dont plus personne ne veut, mais ils ne sont pas seuls. Je vise aussi les ‘bons clients’ des médias, pour qui la politique consiste à faire le buzz autour d'une bonne formule. Nos adhérents, comme les Français, détestent cela ». « La droite doit être intelligente », insiste-t-il. « On peut ainsi considérer qu'Emmanuel Macron va dans le bon sens sur certains points, sans adhérer à tout : nos électeurs sont contre la hausse de la CSG, la suppression de la taxe d'habitation qui va creuser le déficit, et critiques face à l'absence de politique migratoire... ».

>>> A lire aussi : Virginie Calmels : "Les militants LR ne sont pas inquiets d’une dérive du parti, mon tandem avec Laurent Wauquiez les rassure"

Lorsqu’il était candidat aux législatives dans le Finistère, il se définissait comme « Macron-compatible » et pourtant il n’a pas rejoint les Constructifs. « Parce que je crois encore dans l'union de la droite et du centre au sein des Républicains. Le paysage politique est en pleine fragmentation. Si la droite modérée se disperse en deux ou trois chapelles, elle n'aura aucune chance de peser », confie-t-il, expliquant par ailleurs vouloir, « comme Gérard Larcher, Valérie Pécresse, Xavier Bertrand et bien sûr Alain Juppé », « défendre (s)es convictions dans la grande maison, c'est-à-dire au sein de LR. Même si Laurent Wauquiez est élu président du parti ».

Le discours « clivant » de Wauquiez et la ligne incompréhensible de Portelli

D’ailleurs, il juge que le discours de ce dernier « est extrêmement clivant ». « A opposer le peuple aux élites, les villes à la campagne, la France qui va bien et celle qui va mal, on ne peut que perdre », pense-t-il. « La politique, ce n'est pas la guerre civile ! », fustige Maël de Calan. Toutefois, il se dit prêt à travailler avec le candidat favori à la tête des Républicains, si celui-ci est élu, mais à une seule condition, si sa famille politique « ne se referme pas sur cette ligne de plus en plus dure ».

>>> A lire aussi : Wauquiez, Constructifs, ligne politique des Républicains, FN…: voilà ce qu’en disent vraiment les Français de droite quand on les laisse parler

Florence Portelli, également candidate à la présidence des Républicains, en prend également pour son grade. En effet, Maël de Calan se montre très critique avec elle. « Florence Portelli dit en public qu'elle va gagner, mais en privé qu'elle va perdre », lance-t-il au Parisien. Et de se demander : « Comment peut-elle être prise au sérieux sur le reste, quand sur des questions de bon sens elle est déjà prise en défaut ? ». En outre, il a « du mal à comprendre la ligne qu'elle incarne et ce qu'elle propose pour le parti ». « Elle dit vouloir redonner sa fierté à la droite mais sans jamais dire comment ».

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

03.

Finale de la CAN : cinquante nuances de troubles de la visibilité (identitaire) en France

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

06.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

07.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

03.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

François de Rugy a démissionné

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Atlante13
- 04/12/2017 - 17:55
Bof, encore un collabo
en service commandé. Il prépare le terrain pour Ali Juppé et l'ectoplasme Bayrou.
A M A
- 04/12/2017 - 17:18
La droite, c'est quoi? C'est
La droite, c'est quoi? C'est se proclamer comme n'étant pas de gauche, sans jamais abroger des lois contre lesquelles elle a voter.
Deudeuche
- 04/12/2017 - 14:54
Maël de mal en
Pis! Flingue les copains et crie aux fous!