En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Opinion

Pour la députée Danièle Obono, "la pratique de la non-mixité raciale n'est pas dangereuse"

Publié le 24 novembre 2017
"C'est une pratique qui existe dans beaucoup de mouvements, les mouvements féministes par exemple" a-t-elle soutenu sur Sud Radio.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"C'est une pratique qui existe dans beaucoup de mouvements, les mouvements féministes par exemple" a-t-elle soutenu sur Sud Radio.

C'est une position qui pourrait faire grincer des dents à l'intérieur de son propre parti. Danièle Obono était l'invitée de Sud Radio ce vendredi 24 novembre. Interrogée sur l’organisation par le syndicat Sud Education 93 d’ateliers "non-mixtes" destinés aux enseignants, la députée Insoumise a déclaré être plutôt favorable au concept même. "C'est une pratique qui existe dans beaucoup de mouvements, les mouvements féministes par exemple, les mouvements LGBT" a-t-elle assuré. "À un moment, de quels outils on se dote pour pouvoir organiser des débats, pour pouvoir échanger et discuter ?".

Pour la parlementaire, "la pratique de la non-mixité n'est pas dangereuse dans le sens où c'est une pratique qui répond, à un moment donné, à des besoins d'une catégorie. Je reviens à l'exemple des mouvements féministes. Les personnes qui sont victimes de violence sur un certain nombre de questions vont avoir besoin de dire qu'il va falloir qu'on puisse discuter en se sentant en confiance. Du coup, il faut le faire avec des personnes avec lesquelles on s'identifie, comme partageant le même type de problèmes. Dans ce cas-là, c'est plus un outil pédagogique pour pouvoir libérer la parole plus facilement".

#GdMatinSudRadio ➽ Pour @Deputee_Obono, "la non-mixité n'est pas dangereuse et existe dans beaucoup de mouvements, @jmblanquer devrait se renseigner". Retrouvez ici toute son interview ➔ https://t.co/MDAe2cmgfs pic.twitter.com/Dk8HiSXXi5

— Sud Radio (@sudradio) 24 novembre 2017
 

Et comme le rappelle Le Lab, le discours de Danièle Obono est à contre-courant des autres personnalités de son parti.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 25/11/2017 - 13:38
Bah oui le communautarisme
Ou l’ethnicisme. Que du progrès, il manque plus qu’une petite référence Godwin Sieg Heil et la pureté raciale est parfaite !
Atlante13
- 25/11/2017 - 12:52
@essentimo -
non non, il faut surtout la faire parler, et à force de l'entendre les lapins crétins finiront peut-être par comprendre qui sont les racistes... enfin, j'espère...
trotro75
- 25/11/2017 - 11:26
Plutôt du volontarisme comme critère.
Selon moi, le problème n'est pas de savoir s'il faut de la mixité des cités pourries avec d'autres lieux.
Il faut SÉLECTIONNER les personnes des quartiers pourris, qui en ont vraiment marre d'être là, pour les mettre ailleurs. Comment faire ? D'abord vérifier que l'ensemble de la famille est inconnue des services de police (ou accepter un ou deux faits mineurs). Vérifier si les parents s'occupent bien de leurs enfants (pas de signalements aux services sociaux). Et enfin un bon entretien sur les valeurs républicaines et leur motivation en présence d'un jury et de psychologues.
SELECTION pour la motivation de s'intégrer dans un quartier normel.
Le reste, au rebus, continue dans les citées pourries, quitte à un jour faire comme dans le film Banlieue 13, s'est à dire ériger des murs.
Soit on veut s'en sortir vraiment et l'Etat doit tout faire pour ces gens là, soit on reste dans la m****.