En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© AFP
Confessions

Penelopegate : les regrets de Patrick Stefanini sur la défaite de François Fillon

Publié le 24 novembre 2017
"Je ne vois pas l'intérêt stratégique pour François Fillon de ne pas nous avoir parlé" de la situation de sa femme, a notamment confié l’ancien directeur de campagne sur RTL.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Je ne vois pas l'intérêt stratégique pour François Fillon de ne pas nous avoir parlé" de la situation de sa femme, a notamment confié l’ancien directeur de campagne sur RTL.

C’est un livre qui parle d’une élection imperdable… qui a finalement été perdue. A travers l’ouvrage "Déflagration ; dans le secret d’une élection impossible" (Robert Laffont), l’ancien directeur de campagne de François Fillon se confie. Invité de RTL ce vendredi matin, Patrick Stefanini est forcément revenu sur le tourbillon du PenelopeGate, qui a précipité la chute du candidat Les Républicains. Il regrette notamment le silence de l’ancien candidat sur la question. "Je comprends qu’il garde des secrets. Mais je ne vois pas l'intérêt stratégique pour François Fillon de ne pas nous avoir parlé" de la situation de son épouse.

Selon lui, après la tempête médiatique, l’ex-Premier ministre de Nicolas Sarkozy aurait dû "se poser sérieusement la question de savoir s'il était encore le meilleur candidat.  Il a triomphé à la primaire, et peut-être n'a-t-il pas vu que ce n'était que la première manche, que l'électorat de la primaire n'était pas représentatif de celui de la France". Patrick Stefanini ne manque pas de tresser des louanges à l’ancien premier ministre. "Il a un sang-froid admirable, une très belle intelligence tactique, un sens aigu de l'intérêt national". Avant de poursuivre : "Mais il a des défauts. On a connaissait son manque d'empathie et on a appris à connaître une certaine imprudence, une forme de maladresse dans la communication mais aussi une incapacité à sortir par le haut en s'effaçant". 

Au-delà de la personnalité du candidat Fillon, le tacticien des Républicains avance également d’autres explications à la défaite de la droite. Pour lui, le parti a "perdu des pans entiers de l'électorat, notamment l'électorat populaire et une partie des classes moyennes. Ce n'est pas la faute de Nicolas Sarkozy, c'est en grande partie la faute de la terrible crise économique et financière. Deuxièmement, nous avons perdu le centre. Quand la droite qui est sociologiquement minoritaire s'allie avec le centre, elle gagne l'élection présidentielle mais quand elle n'a pas le centre avec elle ou qu'elle l'a contre elle, comme c'était le cas en 2017, elle perd" conclut-il.

Vu sur : Lu sur RTL
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

02.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Fini les trésors à déterrer : comment les missions archéologiques françaises à l'étranger sont devenues plus anthropologiques

07.

D’Emmanuel Macron à Benjamin Griveaux : les petites phrases sur lesquelles on se borne au détriment des sujets de fond

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 27/11/2017 - 15:05
@Yves3531
A rechercher sur Google avec : "Rôle d’Henri de Castries dans l'élection de Macron" mais il semble bien que les soutiens de Fillon avaient eu connaissance de la bronca médiatique qui se préparait contre lui bien avant qu'elle ne se déclenche. Il est probable que votre hypothèse "2 fers au feu" soit la bonne !...
Yves3531
- 26/11/2017 - 14:41
@edac44
l’article auquel vous nous renvoyez reprend des éléments fort peu repris dans nos médias, et pour cause !!! cependant même si tout cela colle fort bien avec ce que nous avons pu constater, un point reste non expliqué ou apparemment incohérent, c’est l’attitude d’Henri de Castries président d’AXA qui a ma connaissance soutenait Fillon tant financièrement qu’en alimentation programmatique, alors que dans cet article il est mentionné comme un acteur important de l’ombre, de la campagne de Macron. Jouait il double jeu ? les « conspirateurs » maintenaient ils 2 fers au feu ? la partie étatique du complot (haute administration+syndicats) a t elle imposé, à la partie capitalistes de connivence, Macron en faisant dézinguer Fillon ? Ces interrogations sont la partie faible de cet article.
Pharamond
- 26/11/2017 - 12:07
"Le mur des cons" Bis
Dans un article intitulé "Merci pour ce moment"paru dans Valeurs Actuelles,Eric Brunet écrit que:"...plusieurs magistrats ont "feuilletoné" des fuites vers les rédactions,présentant à l'opinion des éléments à charge et partiaux...". A notre époque d'exigence obsessionnelle de transparence,Eric Brunet dit un peu, mais pas tout. Qui sont ces magistrats? On pense instinctivement à ceux qui sont à l'origine de "mur des cons",mais encore? Que des groupuscules, dans l'Etat, s'arrogent le droit d'influencer l'opinion publique en utilisant sournoisement des moyens illicites, via des organes de presse qui font profession de délation et d'anarchisme,cela doit conduire à de fortes sanctions. Certains proposent la déchéance de la nationalité d'un Etat qu'ils desservent.Pourquoi pas.