En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Accueil glacial
Emmanuel Macron sifflé à son arrivée au Congrès des maires
Publié le 23 novembre 2017
La suppression annoncée de la taxe d'habitation pour 80 % des ménages d’ici à 2020 inquiète fortement les maires.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La suppression annoncée de la taxe d'habitation pour 80 % des ménages d’ici à 2020 inquiète fortement les maires.

Emmanuel Macron en terrain miné. Ce jeudi après-midi, le chef de l'Etat s'est exprimé devant plusieurs milliers d'élus porte de Versailles à Paris, en clôture du 100e Congrès des maires de France, jeudi 23 novembre à Paris. Un rendez-vous au climat était tendu : le locataire de l'Elysée a été sifflé pendant une vingtaine de secondes lors de son arrivée, tandis que d'autres élus ont applaudi.

Après un discours de François Baroin, le président de la République a donc pris la parole pour notamment défendre la suppression controversée de la taxe d'habitation pour 80% des ménages. "On peut baisser des impôts en faisant des économies", a-t-il soutenu. "Cette réforme coûtera 10 milliards sur trois ans et sera financée par des économies faites par l’Etat. Pourquoi la taxe d'habitation ? Ceux qui veulent la défendre sont tous ceux qui voulaient la supprimer. Mais à chaque fois on renonce. Avant de continuer : "Qui en sont les victimes ? Les territoires les plus modestes et la classe moyenne. C’est un impôt qui est injuste territorialement. Il est injuste socialement car il est aveugle sur sa capacité contributive. Pour une même surface, on peut gagner deux SMIC ou cinq SMIC et payer la même taxe d'habitation, ce n’est pas juste". 

En revanche, Emmanuel Macron a promis aux maires qu'il ne toucherait pas à "la carte territoriale", malgré ses imperfections. Il a "garanti" que l'Etat ne "forcera pas à des regroupements de communes ni à des modifications de la carte intercommunale".

Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 25/11/2017 - 12:03
Brigitte pendra
Des mesures de rétorsion. Première dame de cœur et de pique.
kelenborn
- 24/11/2017 - 11:11
MACROLEON sifflé!!!!
Mais enfin et...même si c'est pas dans la rue, c'est pas du harcelement ça? Qu'attend Gestiapette pour sévir, qu'attend Parisot pour s'émouvoir et qu'attend Obono pour lui offrir un préjudice ? Bon...Ramadan n'était pas dans la salle!
Atlante13
- 23/11/2017 - 19:08
Marre, ils ne font qu'inventer des taxes
au prétexte de "justice" ils sabotent les forces vives de la nation. Avec ce raisonnement socialiste stupide (excusez le pleonasme), nous avons toutes les fortunes qui ont fui la France, ainsi que les jeunes de talent qui vous disent "on n'a pas envie de passer notre vie à tirer la charrette pendant que les parasites s'engraissent". La justice n'est pas de voler aux uns pour arroser les électeurs.