En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© AFP
Mystère
Liban : imbroglio autour du sort de Saad Hariri
Publié le 10 novembre 2017
Le Premier ministre avait démissionné subitement, depuis Ryad, et n'est toujours pas rentré au Liban. Le Hezbollah estime qu'il est "détenu".
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Premier ministre avait démissionné subitement, depuis Ryad, et n'est toujours pas rentré au Liban. Le Hezbollah estime qu'il est "détenu".

Que se passe-t-il avec Saad Hariri ? L'ancien Premier ministre libanais avait démissionné, à la surprise générale, en Arabie saoudite. Depuis, l'homme politique n'est pas réapparu et, surtout, n'est pas rentré dans son pays. Pour le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, Saad Hariri est prisonnier de Ryad. "Cela ne fait plus de doute. Cet homme est détenu en Arabie saoudite, et ne peut jusqu'à nouvel ordre rentrer au Liban. Le chef du gouvernement libanais est en détention en Arabie saoudite," a-t-il expliqué dans une allocution télévisée. "Il s'agit également pour l'Arabie d'une tentative d'imposer un nouveau leadership sunnite, et même un nouveau chef de gouvernement."

Paris a pourtant démenti cette information. "On pense qu'il est libre de ses mouvements et il importe que lui-même fasse ses choix", a souligné Jean-Yves Le Drian, sur Europe 1. De son côté, le président libanais Michel Aoun a réclamé le retour du chef du gouvernement au Liban. "Le président Aoun a reçu le chargé d'affaires saoudien à Beyrouth, Walid Boukhari, et l'a informé que la manière dont s'est produite la démission de M. Hariri était inacceptable" a indiqué la présidence libanaise dans un communiqué.

Dans un communiqué, le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson a réagi à la situation. "Les Etats-Unis exhortent toutes les parties, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du Liban, à respecter l'intégrité et l'indépendance des institutions nationales légitimes du Liban. A cet égard, nous respectons le premier ministre libanais Saad Hariri en tant que partenaire solide des Etats-Unis" a-t-il affirmé dans un communiqué.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
02.
Comment Donald Trump est en train de se sortir des soupçons qui pèsent sur lui d'une collusion entre la Russie et sa campagne électorale de 2016
03.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
04.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
François Ruffin craint d’être visé après les perquisitions chez Mediapart et La France Insoumise
07.
Le mystère de la chambre (d’écho des Gilets) jaune(s)
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tapio
- 11/11/2017 - 13:10
S'il veut se réfugier à Paris,
Il faudra d'abord qu'il vire la famille Chirac de l'appartement qu'il avait mis gracieusement à leur disposition pour leur éviter la honte infamante d'avoir à payer un loyer ...
Marie-E
- 10/11/2017 - 23:17
Saad Hariri
est libanais et saoudien comme son père. Ses affaires il les fait en Arabie soudite. Sa femme et ses enfants vivent en Arabie Saoudite. S'il dit craindre pour sa vie je le crois et je comprends très bien qu'il reste en Arabie. Moi je suis comme lui, je ne fais pas confiance au Hezbollah qui ne se cache même pas d'obéir aveuglément aux ayatollahs sans se préoccuper du sort du Liban.