En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
"Camba 2017"
Après le renoncement de Hollande, Cambadélis a pensé à se présenter à la présidentielle
Publié le 02 octobre 2017
Dans une interview à Libération, ce lundi 2 octobre, l’ex-Premier secrétaire du PS explique pourquoi il ne l’a pas fait.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une interview à Libération, ce lundi 2 octobre, l’ex-Premier secrétaire du PS explique pourquoi il ne l’a pas fait.

Dans une interview à Libération, ce lundi 2 octobre, Jean-Christophe Cambadélis confie avoir pensé  à se présenter à la présidentielle 2017. "Je suis le dernier Premier secrétaire au sens mitterrandien. C'est la fin du cycle d'Epinay. Le patron du PS ne sera plus le candidat naturel à l'Elysée. Je ne l'étais pas moi-même", se souvient-il, avant d’avouer que l’idée de se présenter à la présidentielle l’avait "effleuré une demi-seconde".

"J'avais une réputation, disons, sombre…"

"En décembre dernier, je suis en République tchèque pour un congrès des socialistes européens. Hollande m'appelle après son annonce pour expliquer son choix. Le téléphone reposé, je regarde la vieille ville de Prague, bercée par la lumière du soir. Me traverse l'idée, 'vas-y'", explique-t-il, en ajoutant "et j'explose de rire, tout seul dans ma chambre d'hôtel". "Je ne me sentais pas inférieur à ceux qui ont concouru à la primaire et je ne me sentais pas incapable d'incarner un projet. Mais, c'est mon côté jospiniste, je savais qu'aucune des conditions n'étaient réunies. J'étais certes Premier secrétaire mais j'avais une réputation, disons, sombre…", affirme-t-il.

Toutefois, Jean-Christophe Cambadélis estime qu’il a tout tenté pour "sauver le PS". Mais selon lui, il ne serait pas le seul… En effet, même s’il n’aime pas particulièrement Jean-Luc Mélenchon, l'ex-Premier secrétaire en est persuadé : si le leader de la France insoumise avait voulu, il aurait pu faire "une union de toutes les gauches" en cohabitant avec Emmanuel Macron. Mais il ne l'a pas fait. "Quand je vois Mélenchon faire du Beppe Grillo plutôt que du Mitterrand, je me dis : 'Nous sommes sauvés!' Sans cela, le PS éclatait", juge Cambadélis. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 02/10/2017 - 09:28
L'APPARATCHIK EN CHEF
On songe immanquablement à ...Audiard!
gerint
- 02/10/2017 - 09:11
Même les gangsters peuvent devenir présidents?
Etonnant.