En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

06.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

07.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 28 min 56 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 1 heure 49 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 2 heures 26 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 4 heures 22 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 5 heures 39 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 7 heures 46 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 8 heures 17 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 8 heures 58 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 9 heures 47 min
décryptage > Consommation
Crash

Energie : la plus grande chute de la demande depuis la crise des années 30 redéfinit les marchés

il y a 10 heures 12 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 1 heure 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 2 heures 3 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 3 heures 31 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 5 heures 1 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 6 heures 19 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 8 heures 3 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 8 heures 32 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 10 heures 11 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Guerre commerciale : Donald Trump argue du coronavirus pour relancer les hostilités avec Pékin

il y a 10 heures 24 min
© TIZIANA FABI / AFP
© TIZIANA FABI / AFP
Le flingueur

Jean-Christophe Cambadélis : "Macron possède le déhanché de Michael Jackson et le regard de Margaret Thatcher"

Publié le 27 septembre 2017
Dans un essai "Chronique d'une débâcle", l'ex-premier secrétaire du Parti socialiste se souvient de sa rencontre avec Emmanuel Macron, "l'homme qui vient de la gauche et qui convient à la droite".
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un essai "Chronique d'une débâcle", l'ex-premier secrétaire du Parti socialiste se souvient de sa rencontre avec Emmanuel Macron, "l'homme qui vient de la gauche et qui convient à la droite".
Après le désastre aux législatives, Jean-Christophe Cambadélis a décidé de régler ses comptes avec les ténors du Parti socialiste - Benoît Hamon, Manuel Valls, Arnaud Montebourg et surtout François Hollande - dans un essai intitulé "Chronique d'une débâcle", publié aux éditions L'Archipel. En outre, il n'oublie pas de donner son avis sur Emmanuel Macron, "l'homme qui vient de la gauche et qui convient à la droite". 
 

Emmanuel Macron était  "très amical, cherchant sans cesse à charmer"

Comme il l'explique dans son ouvrage, sa rencontre avec "le fringant ministre" avait  mal débuté même si Emmanuel Macron n'était pas agressif avec Jean-Christophe Cambadélis. Bien au contraire, il  lui parlait "beaucoup, avec intelligence", lui prenait "le coude" et caressait "l’épaule". Bref, Emmanuel Macron était  "très amical, cherchant sans cesse à charmer". Mais ce comportement ne plut pas Cambadélis. "Quelque chose me frappa en l’observant ainsi dans cet instant d’extrême séduction. Ses mains, son corps, son sourire, tout était en mouvement, mais étrangement, le regard bleu était dur, comme absent de la pièce", note par ailleurs Cambadélis. "Emmanuel Macron possède le déhanché de Michael Jackson et le regard de Margaret Thatcher. Comment un homme aussi jeune, enjoué et souriant, pouvait-il avoir un regard aussi dur ?", se demande-t-il, en taquinant au passage le chef de l'Etat.  
 
C'est à la fin de ce rendez-vous que Cambadélis avait proposé à Macron "de prendre le plus vieux parti de France, le Parti radical, et de le transformer... radicalement." En effet, il sentait que quelque chose n'allait pas chez ce jeune homme. Il a d'ailleurs essayé de prévenir François Hollande, en vain. "Mais enfin ! Il me soutient depuis des années. Il est devenu secrétaire général adjoint de l’Élysée. Il lui faudrait des brevets de gauche ?", protestait François Hollande. Selon Jean-Christophe Cambadélis, l'ex-chef de l'Etat était surpris et énérvé par l'annonce de la candidature à la présidentielle de son ex-ministre de l'Economie. 
 

Jean-Luc Mélenchon "sert le président Emmanuel Macron"

Dans son essai Jean-Christophe Cambadélis n'oublie pas d'évoquer le cas de Jean-Luc Mélenchon, qui selon lui, "ne marche pas sur l’eau mais sur les os de la vieille gauche" et "croit pouvoir créer les conditions de l’accession du peuple au pouvoir grâce à la sienne". "Disons-le au passage, ce rêve d’un Chavez de Saint-Germain-des-Prés est précisément ce qui sert le président Emmanuel Macron", estime-t-il. "L’honnêteté m’oblige à constater que l’interpellation radicale, avec ou sans cravate, et la contestation totale sans alternative permettent au nouveau locataire de l’Élysée d’espérer une 'France acquise', dont l’axe central ne sera contesté que par une frange insoumise mais impuissante et une frange nationaliste, limitée à son réduit lepéniste", explique-t-il, ajoutant que "Jean-Luc Mélenchon se satisfait très bien de ce tête-à-tête" car "il veut avoir le monopole du peuple et il ne veut pas d’alliance à gauche".
 
 
"Certains avancent l’idée que Jean-Luc Mélenchon serait au fond un Georges Marchais cultivé, que nous devrions pratiquer à son égard l’unité chère à François Mitterrand, permettant tous les retournements. Cette thèse oublie que Georges Marchais était subordonné aux analyses géopolitiques de l’Union soviétique, laquelle considérait la présence de responsables communistes au pouvoir dans les démocraties occidentales comme un moyen de protéger l’URSS en butte aux pressions des présidents Reagan et Bush. Au même moment, l’Italie et l’Espagne organisaient le même tournant. Ensuite, le PCF avait fait de son long cheminement à travers les institutions républicaines un moyen de la progression de ses idées. Jean-Luc Mélenchon ne veut pas s’embarrasser d’alliances venant affaiblir la pertinence de sa contestation, surtout avec des socialistes qu’il juge moribonds, des écologistes qu’il estime au mieux instables… et des communistes qui ont cherché par tous les moyens de le faire battre", lance Jean-Christophe Cambadélis. 
Vu sur : Lu sur Marianne
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Beredan
- 28/09/2017 - 10:41
Le " Docteur " Camba l'a échappé belle ...
Macron ne lui a caressé que l'épaule ...
vangog
- 27/09/2017 - 20:29
"Prendre le parti radical-socialiste"...
Celui qui collabora de tout son cœur avec les socialistes allemands en 1940...c'est vrai que cela aurait bien collé à la personnalité germanophile de Macron. Mais Cambadelis-le mafieux grec oublie de préciser que c'était en échange de la non-candidature de Macron à la Présidentielle 2017...or, Le Macron n'est pas con. Il aurait fallu lui proposer une grosse enveloppe, en plus...il lui en restait bien, à Cambadelis, depuis ses grosses corruptions avec les mutuelles étudiantes, non?
von straffenberg
- 27/09/2017 - 15:13
belle analyse De Cambadélis ....mais
Pourquoi n'a t il pas tapé dans la fourmilière socialiste et servi enfin l'intérêt de ses concitoyens , que nenni toujours la politique politicienne qui alimente l'ambition personnelle et dessert les Français .Macron qui m'insupporte depuis le début l'a bien compris . Mélanchon est pour l'instant son principal atout mais le leader des insoumis me semble peu enclin à se laisser marginaliser . Une seule solution une droite forte ET neutraliser les courants centristes qui ont beaucoup affaibli le pays et permis l' accession au pouvoir de Macron .