En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Petits arrangements entre amis
La vidéo où Mélenchon raconte comment il truquait avec Hollande les résultats d'élections internes du PS
Publié le 15 mars 2012
Face caméra, le candidat du Front de gauche semble toujours rancunier vis-à-vis de François Hollande qui n'a selon lui pas respecté les termes de l'accord qu'ils avaient passé ensemble en 1997, lors de l'élection du Premier secrétaire du PS.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Face caméra, le candidat du Front de gauche semble toujours rancunier vis-à-vis de François Hollande qui n'a selon lui pas respecté les termes de l'accord qu'ils avaient passé ensemble en 1997, lors de l'élection du Premier secrétaire du PS.

Au PS, les "petits arrangements entre amis" seraient-ils à ce point monnaie courante pour que les membres du parti racontent sereinement le déroulement des fraudes devant les caméras ? C'est la question que se pose 24 heures actu.

Le site publie une vidéo pour le moins édifiante, où l'on voit l'ancien socialiste, Jean-Luc Mélenchon, dévoiler un accord curieux, en 1997, pour l'élection du Premier secrétaire du PS : ils s’étaient mis d’accord sur le score des élections internes. "On a arrangé, comme on dit. Lui 85% moi 15", explique l'ancien membre du PS, désormais candidat du Front de gauche. 

La vidéo est datée de l'automne 2009, et aurait été prise à la sortie d'une émission tournée sur France 24. Elle a opportunément été remise en circulation mercredi 14 mars. A l'automne 2009, alors que le PS est secoué par des suspicions de triche lors de l'élection de Martine Aubry au congrès national de Reims (lire plus bas), Jean-Luc Mélenchon raconte comment les deux hommes se sont accordés, en 1997, autour des résultats du scrutin qui, tenu lors du Congrès de Brest du PS, a conduit les militants socialistes à désigner leur nouveau premier secrétaire du PS - en l'occurence François Hollande. 

Toujours dans la vidéo, Jean-Luc Mélenchon révèle que François Hollande n'aurait pas respecté cet arrangement et préféré gonfler ses scores "par amour du jeu" : "Évidemment un accord avec Hollande ou rien c’est pareil. Il ne tient jamais ses paroles. (...) Dans son cas il s’agit d’un vice de cynique." Lors de l'élection du Premier secrétaire du Parti socialiste en 1997, Mélenchon n'obtient en effet que 8,81% des voix (contre les 15% promis). Hollande obtient lui 91,18 %.

Si Jean-Luc Mélenchon ne précise à aucun moment de la vidéo qu'il évoque l'année 1997, il est difficile de rattacher ses propos à une autre échéance électorale dans la mesure où c'est la seule fois où les deux hommes se sont retrouvés en face à face.

 

La triche, une vilaine habitude du PS ?

En septembre 2009, sortait un livre intitulé "Hold-uPS, arnaques et trahisons" (Editions du Moment , 2009), écrit par les journaliste Karim Rissouli (Canal +) et Antonin André (Europe 1). Les deux journalistes revenaient sur les conditions de l'élection de Martine Aubry au poste de première secrétaire.

On pouvait notamment y lire : "Le 21 novembre 2008, le téléphone d'une secrétaire de section lilloise se met à sonner. A l'autre bout du fil, Guillaume Blanc, le conseiller politique de Martine Aubry à la mairie de Lille(...) la discussion est brève. Il n'y a qu'un seul message à faire passer (...) la consigne est claire: 'On ne prend plus de gants, vous bourrez les urnes.'"

"Le mercredi 18 mars 2009, à quelques jours de la convention nationale (...) Martine Aubry finit par se trahir. 'Je n'ai pas triché! Fabius, d'accord ! Mais pas moi...' La Première secrétaire fait allusion à son score écrasant obtenu dans la Seine-Maritime, fief de l'ancien Premier ministre."

Si Laurent Fabius avait nié tout trucage dans l'élection de Martine Aubry sur RTL, Ségolène Royal, elle, avait réagi sur France 2, en déclarant : "On savait que cela avait triché mais pas avec cette ampleur."


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
03.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
04.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
05.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
06.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
07.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
Commentaires (83)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
protagoras
- 18/03/2012 - 00:31
OGO nous fait ......
Qu'il faille sauter les innombrables diatribes sans intérêt de cet énergumène hystérique devient vraiment lassant.
Les modérateurs d'Atlantico devraient limiter le nombre de messages par intervenant, surtout lorsqu'il sont de cette nature.
Qu'espère cet OGO avec ses glapissements perpétuels? Ne serait-ce pas un imposteur qui vient sciemment polluer les débats habituellement courtois sur ce site ?
vangog
- 17/03/2012 - 14:39
@NYOR si Pasqua l'a fait, alors Hollande a le champ libre! belle
théorie qui consiste à excuser et justifier toutes les corruptions mafieuses, les comptes truqués, les votes falsifiés, les électeurs floués, les logements et allocations échangés contre des votes, la corruption généralisée à tous les élus Socialistes dans les deux principales corporations du PS, au simple prétexte que Pasqua aurait eu "la main lourde" en 1993? Je condamne autant les magouilles passées de Pasqua (et la justice aussi, d'ailleurs) que les dérives mafieuses présentes et futures du PS (que la justice condamnera, à moins que...). Rappelez-vous: Ce n'est pas Pasqua qui se présente, mais Hollande!
benj117
- 17/03/2012 - 14:16
tres bien Ogo, mais moi, je ne demande que cela,
que le Parti socialiste change!! En attendant, je n'irais pas voter pour des tricheurs, et ni pour des menteurs!! oui, je sais, le choix sera donc tres restreint, voire nul mais c'est pas grave, j'ai une sinistrose a entretenir!!