En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Analyse

Selon François Baroin, la primaire a "tué" Les Républicains

Publié le 07 juin 2017
"Après la défaite de 2012, la droite a choisi la voie de la primaire pour désigner son chef (…) Avec le recul, je considère que cela nous a affaiblis", estime le maire LR de Troyes.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Après la défaite de 2012, la droite a choisi la voie de la primaire pour désigner son chef (…) Avec le recul, je considère que cela nous a affaiblis", estime le maire LR de Troyes.

Dans un entretien publié ce mercredi par Paris Match, quatre jour avant le premier tour des élections législatives, François Baroin évoque la défaite des Républicains (LR) à l'élection présidentielle, et lie directement l'échec de cette campagne à la primaire de la droite et du centre. 

"Jusqu'à Nicolas Sarkozy, notre leader s'est imposé naturellement. Après la défaite de 2012, la droite a choisi la voie de la primaire pour désigner son chef (…) Avec le recul, je considère que cela nous a affaiblis. La primaire nous a tués", estime le chef de file des Républicains (LR) pour les élections législatives. 

>>>> À lire aussi : Le monde des affaires est assez séduit par le "covoiturage politique" imaginé par François Baroin pour doper la campagne des législatives

Si François Baroin reconnaît une "légitimité incontestable" à Emmanuel Macron, il loue également son "audace, celle d'avoir défié en très peu de temps le président et le Premier ministre sous le quinquennat précédent". 

"Macron veut un parti unique, afin de repousser vers les extrêmes ceux qui ne veulent pas s'aligner", estime toutefois François Baroin, qui évoque une "pente dangereuse". 

Quant à son avenir politique, Matignon semble toujours d'actualité : "Je me prépare depuis longtemps pour cette fonction. Je sais exactement ce que j'y ferai. J'aime arbitrer et trancher". 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

Le parrain de Marine Le Pen inculpé pour proxénétisme

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
LICOT
- 08/06/2017 - 18:29
refaire
refaire un parti? avec quels adhérents? avec qui travailler? les LR vont être confrontés a l'élection cet automne ,une ligne de droite ,vraiment de droite doit refaire surface ,non pas une droite dure! rien qu'avec cette appellation on devine les réactions ,s'allier avec le FN? certainement pas ! qu'ils retournent vers l'extrème gauche c'est de là qu'ils sont sortis! ils n'ont eu de cesse de matraquer la droite ,non le FN ne sera pas un parti macroniste de "droite"
ISABLEUE
- 08/06/2017 - 16:36
Ca sert à rien de chouiner et de regarder en arrière
allez de l'avant, la droite avec TOUTE la droite. . Compris ???
Orchidee31
- 08/06/2017 - 14:13
A Septentrionale
Nuance : d'accord avec vous Wauquiez sort un peu du lot - mais sera-t-il élu ou écarté lui aussi par les bien pensants qui se croient de droite ?