En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Critique
Législatives : Eric Woerth charge Edouard Philippe
Publié le 21 mai 2017
"Comment peut-on avoir ce degré de cynisme ?", se demande le député de l’Oise.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Comment peut-on avoir ce degré de cynisme ?", se demande le député de l’Oise.

Invité du Grand Rendez-Vous d’Europe 1/Les Echos/C-News ce dimanche 21 mai, Eric Woerth a violemment critiqué Edouard Philippe. "Je me garderai bien de juger les hommes. C’est quelqu’un que je connais bien. C'est un ami", a tout abord déclaré le député de l’Oise, avant de pulvériser le nouveau résident de Matignon.

"Comment peut-on avoir ce degré de cynisme ?"

"Je pense que, politiquement, il se fourvoie, qu’il se trompe. Il a accepté, c’est très difficile de refuser Matignon. Il faut beaucoup de courage, au fond, pour refuser Matignon. Il faut éteindre ses ambitions personnelles pour essayer de regarder quel est le collectif qui, derrière, peut être plus puissant", a-t-il expliqué, soulignant qu'Edouard Philippe "avait un rôle à jouer au sein de la droite, au sein de la victoire de la droite aux élections législatives". Selon lui, le nouveau Premier ministre "va être dans une position humainement extrêmement difficile, enfin à moins d’avoir une dose de cynisme absolu". "Il va aller faire campagne contre tous les candidats qu’il a désignés lui-même au sein de la commission nationale d’investiture des Républicains et du centre", a martelé Eric Woerth.

>>> À lire aussi : Gouvernement et investitures : les étranges choix d’Emmanuel Macron en matière de laïcité et d’intégration 

"Voilà, il a balayé tout ça d’un revers de main en disant : 'tous ces candidats-là, je me battrai contre eux'. Ce sont ses propres amis au meilleur sens du terme, amis politiques, amis de convictions, amis d’idées, amis de combats politiques. Comment peut-on faire ça ? Humainement, comment peut-on faire ça ? Comment peut-on avoir ce degré de cynisme ?", s'est-il interrogé.  

Vu sur : Lu sur Europe1
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La vraie raison qui pousse Apple à multiplier le nombre d’Iphones qu’ils veulent lancer chaque année
02.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
03.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
07.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 22/05/2017 - 21:09
Au moins Macron a des chances de pêter LR
Why not !
Anouman
- 22/05/2017 - 19:30
Cynisme
Il est rare que ceux qui arrivent à de hautes fonctions en politique aient beaucoup d'états d'âme. Ou alors c'est sur un malentendu.
lafronde
- 22/05/2017 - 13:51
Il y a des personnalités valable et opniâtre chez LR !
ça vaut le coup de savoir à qui on a affaire. Ne pas voter que pour une étiquette. La marque LR ne garanti plus rien ! Mais il reste des candidats LR valables pour renouveler une Droite conservatrice. Woerth, Ciotti et quelques autres sont des leaders fiables. Mais votre député du coin ou un nouveau candidat LR peut aussi être digne de confiance, mais seuls les électeurs locaux le connaissent. Le vote le plus con, c'est de voter pour un candidat progressiste qui trompe l'opinion avec une investiture LR. Ensuite c'est voter pour l'UDI, en croyant freiner Macron (en fait l'UDI accélère le progressisme !) Voter "pour donner une majorité au président" relève du déficit congénital, sauf si vous croyez que Macron sera utile au pays, auquel cas c'est de la simple naïveté.