En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

03.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

04.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

07.

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 5 min 44 sec
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 1 heure 22 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Economie
Différence de taille

Le match du plan de relance allemand et français

il y a 1 heure 25 min
décryptage > International
La France en première ligne

Liban : l'Europe portée disparue

il y a 1 heure 25 min
pépites > International
Deuil
Covid-19 : l'Amérique latine est désormais la région avec le plus de morts dans le monde
il y a 18 heures 46 min
pépite vidéo > Media
Grand retour
Koh-Lanta : découvrez les portraits des 24 candidats de la nouvelle saison
il y a 19 heures 52 min
pépite vidéo > Environnement
Alerte rouge
Canicule : un immense morceau d'un glacier des Alpes menace de s’effondrer
il y a 21 heures 20 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 22 min 13 sec
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 1 heure 9 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 1 heure 23 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le Français ?

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Media
Economie des médias

Tuer les cookies pour sauver le journalisme ? Les très intéressantes leçons venues des Pays-Bas

il y a 1 heure 25 min
pépites > International
Drame
Beyrouth : 158 morts et toujours 21 personnes portées disparues, selon un nouveau bilan
il y a 18 heures 27 min
light > Culture
C'est dans les vieux pots...
"Dirty Dancing" va avoir une suite, avec Jennifer Grey reprenant son rôle de "Bébé"
il y a 19 heures 23 min
pépite vidéo > Société
Minute choupi
Journée internationale du chat : dix choses que vous ne savez peut-être pas sur votre compagnon à quatre pattes
il y a 20 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Lectures d'été" : "Surface" d'Olivier Norek, quand la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 21 heures 48 min
© Reuters
Bruno Le Maire portrait Les Républicains Atlantico.fr
© Reuters
Bruno Le Maire portrait Les Républicains Atlantico.fr
Choix assumé

Le Maire assure être "totalement" en phase avec le projet économique de Macron

Publié le 18 mai 2017
En outre, il souhaite que son "choix politique" soit "validé par les électeurs" aux législatives.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En outre, il souhaite que son "choix politique" soit "validé par les électeurs" aux législatives.

Le nouveau ministre de l'Economie Bruno Le Maire a assuré ce jeudi 18 mai se reconnaître "totalement" dans le projet d'Emmanuel Macron. Il a ainsi indiqué qu'il n'aurait pas rejoint le gouvernement sans être "d'accord" avec les grandes orientations fixées par le président. "Sur le cap, sur les grandes orientations, nous n'avons pas de divergences avec Emmanuel Macron", a-t-il assuré lors d'un déplacement dans une entreprise de l'Essonne, sa première visite de terrain depuis sa nomination mercredi à la tête de Bercy.

Retournement de veste

Pourtant, le député de l'Eure, l'ex-candidat à la primaire de la droite fin 2016, avait critiqué à plusieurs reprises ces derniers mois le leader d'En Marche!, l'accusant de dire "tout et son contraire". "Emmanuel Macron, c'est l'homme sans projet parce que c'est l'homme sans conviction", avait souligné le député LR, qui avait proposé durant la primaire la suppression de 500 000 postes de fonctionnaires, là où Macron veut en supprimer 120 000, ainsi qu'une baisse de la CSG, que le président souhaite augmenter.

>>> À lire aussi : Emmanuel Macron et ses dangereux oublis sur les enjeux réels de notre économie 

Aujourd'hui, c'est tout un autre discours que l'on attend de sa part : "On pourra toujours trouver des nuances, des points de différences, c'est vrai. Mais sur les grandes orientations, sur la philosophie politique qui nous anime, je me reconnais totalement dans ce qu'a défendu le président de la République"."Aider les entrepreneurs et les PME pour créer des emplois, nous sommes d'accord (...) Simplifier le code du travail, nous sommes d'accord. Alléger la fiscalité, même si on peut avoir des divergences sur un point ou sur un autre, nous sommes d'accord aussi", a-t-il insisté.

Le Maire souhaite que son "choix politique" de rejoindre Macron soit "validé par les électeurs"

Le ministre a par ailleurs assuré qu'il ferait preuve de "discipline", pour se mettre "au service des Français", et faire en sorte que le quinquennat "soit un succès pour le pays". "Il y a ceux qui disent, le quinquennat on va le planter, comme ça on va récupérer la mise à la fin. Mais ce sont les extrêmes qui récupèreront la mise à la fin si ce quinquennat échoue", a-t-il mis en garde.

En outre, il a souhaité que son "choix politique" de rejoindre le premier gouvernement du quinquennat Macron soit "validé par les électeurs" aux législatives, alors que son parti LR devrait investir un candidat face à lui.  "J'ai fait un choix politique, qui est de dire que je préfère la France, les Français, à un parti. (…) Et ce choix, je souhaite qu'il soit validé par les électeurs", a ajouté celui qui brigue un nouveau mandat dans la 1ère circonscription de l'Eure. "Il serait beaucoup simple pour moi, beaucoup plus facile, de dire je ne me présente pas, j'oublie ma candidature, et adieu le département de l'Eure", a poursuivi le ministre, qui, selon son entourage, se présentera le 11 juin sous l'étiquette "majorité présidentielle".

 

Vu sur : Lu sur France 24
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
arcole 34
- 20/05/2017 - 10:38
DE TOUTE FACON
Vous faites preuve d'un méconnaissance des rapports entre les dirigeants LR. Rappelez-vous du temps de la présidence de NS quand Christine Lagarde partant prendre la direction du FMI. Il fallait la remplacer au ministère de l'Economie et les deux postulants furent François Baroin et Bruno Le Maire qui se haïssaient à tel point qu'au moment de la discussion sur le futur remplaçant de Lagarde, les deux ayant postulés finirent par littéralement se colleter en plein conseil des ministres. François Baroin au final fut nommé ministre de l'économie au grand dam de BLM. Voyant qu'actuellement FB prend de l'importance au sein du parti , BLM lui préfère passer chez l'ennemi au nom de l'ouverture plutôt que de se retrouver le vassal de son ennemi fut-ce au prix d'un trahison lui qui se voulait un tenant de la droite de conviction. un petit maroquin vaut une grande trahison à ses yeux mais il restera dans la petite histoire plutôt comme un opportuniste imbu de sa personne au lieu d'un grand et fin politique, il trainera longtemps son boulet lui dont l'intelligence lui fut un handicap , mais qui ne vit pas venir l'écueil dans lequel Macron fera se drosser sa frêle barque de sa grande vanité.
Beredan
- 19/05/2017 - 17:14
On s'en serait douté....
.... fayot !
Vincennes
- 19/05/2017 - 16:14
Jean d’ORMESSON a su trouver les mots justesen disant :
"Macron, est une éolienne qui brasse du vent, supporté par des GIROUETTES"......j'ajoute style Le Maire qui, je veux le croire, va se planter car "il le vaut bien" et nous serons, apparemment, nombreux à applaudir