En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© LOIC VENANCE / AFP
Bras-de-fer

Premières frictions entre Emmanuel Macron et Edouard Philippe ?

Publié le 17 mai 2017
Le chef de l'Etat souhaitait choisir le directeur de cabinet du nouveau Premier ministre. Mais ce dernier a refusé.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le chef de l'Etat souhaitait choisir le directeur de cabinet du nouveau Premier ministre. Mais ce dernier a refusé.

Une lune de miel plus courte que prévue ? S'il est difficile de prévoir les relations que connaîtrons Emmanuel Macron et Edouard Philippe en tant que couple exécutif, il n'est pas sûr que tout soit un long fleuve tranquille. Selon un article du Point, des premières tensions seraient apparus entre le chef de l'Etat et son Premier ministre, sur le choix du directeur de cabinet de Matignon.

Lundi matin, le chef de l'Etat aurait voulu imposer à Édouard Philippe Nicolas Revel, l'actuel directeur de la Caisse nationale d'Assurance maladie. Ce proche du président a été secrétaire général adjoint de l'Elysée, en même temps qu'Emmanuel Macron (un se consacrait à l'économie, l'autre au social).

Mais le nouveau locataire de Matignon ne l'aurait pas entendu de cette oreille et aurait tenu bon. D'après France Inter, c'est d'ailleurs une des raisons du retard de l'annonce. Proche d'Alain Juppé, Edouard Philippe aurait négocié l'entrée de ses mais juppéiste au gouvernement. Toutefois, le Point rapporte que "partant à la pêche aux soutiens LR, Macron joue à fond les divisions entre juppéistes et sarkozystes, hameçonnant les premiers pour affaiblir les seconds".

Vu sur : Lu sur Le Point
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
DESVESSIESPOURDESLANTERNES
- 17/05/2017 - 17:30
Vous avez opté pour le renouvellement
vous n'aurez que du recyclage : vous le pensiez de gauche :il est de droite ,vous le pensiez jeune il est ..... , vous le pensiez de droate :il est goche bobo Vous le pensiez gendre idéal ,vous avez un transgressif au palais et donc vous pouvez vous attendre à tout : sauf à ce que vous croyez ou anticipez ! Risque de tsunami pour les tenants du "surtout pas de vagues" ???
Deneziere
- 17/05/2017 - 12:10
A mon avis, cela ne fait que commencer
Des jeunes turcs à l'ego surdimensionné qui n'ont jamais vraiment travaillé ensemble et qui n'ont pas non plus la culture de la discipline. Vous avez aimé les frictions de l'exécutif sous Hollande / Ayrault ? Vous n'avez encore rien vu.
l'enclume
- 17/05/2017 - 11:55
Quand la gauche ment une fois de plus
Putain, c'est ce que j'avais prévu, Macron adepte de Véolia recyclage et, les Français avalent des anacondas.