En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© ERIC FEFERBERG / AFP
A charge

Ce rapport explosif discrètement enterré qui accable un proche d'Emmanuel Macron

Publié le 03 mai 2017
Jean-Paul Delevoye, président de la commission nationale d'investiture d'En Marche !, est épinglé par un rapport concernant la gestion du Conseil économique, social et environnemental, du temps où il en était le président.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Delevoye, président de la commission nationale d'investiture d'En Marche !, est épinglé par un rapport concernant la gestion du Conseil économique, social et environnemental, du temps où il en était le président.

Les termes sont édifiants : "crise de modernisation", "augmentation du stress et des facteurs anxiogènes", "dévalorisation des agents", "confusion des missions et des moyens". En 2013, le Conseil économique, social et environnemental commande un rapport au cabinet Technologia (proche du syndicat Force Ouvrière) pour évaluer le management après cinq années de présidence de Jean-Paul Delevoye, un homme de 70 ans devenu depuis président de la commission nationale d'investiture du mouvement En Marche !.

Le texte de ce rapport de 103 pages sera tellement accablant qu'il aurait alors été soigneusement enterré. Mais le site Internet "L'oeil pour le dire" a réussi à "l'exhumer". En effet, les salariés de l'institution y dénoncent notamment une ambiance “tendue” (pour 62 % d'entre eux), "conflictuelle” (58 %), “anxiogène” (53 %) ou encore “malveillante” (30 %). Par ailleurs, 27,5% des répondants sont exposés de manière élevée ou très élevée à l’épuisement professionnel. Les conséquences sont alors multiples : "multiplication des arrêts de travail et des cas de burn out, tentative de suicide avérée par la médecine du travail, plainte en justice pour harcèlement, distributions de tracts syndicaux à l’intérieur et à l’extérieur de la maison – une première dans l’histoire du Conseil- mobilisation des partenaires sociaux", liste "L'oeil pour le dire".

Mais le rapport ne s'arrête pas là et pointe du doigt une suspicion de conflits d’intérêts corroborée, selon les experts, par des témoignages internes. En effet, Jean-Paul Delevoye est également maire de Bapaume, une ville de 15 000 habitants dans le Pas de Calais. Est alors évoqué un "certain malaise quant à une confusion des missions et des moyens due à la détention en parallèle d’un mandat électif par le Président a également été relevé".

Le rapport aurait dû être rendu public en 2014… mais son contenu est si explosif qu'il sera tout bonnement enterré, à la demande expresse de Jean-Paul Delevoye, selon le cabinet d'expertise. Le texte, qui aurait coûté la bagatelle de 30.000 euros, aurait même acquis le surnom de "rapport fantôme".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Une suggestion pour Greta Thunberg : et si pour sauver la planète, on guillotinait les riches ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Carlos Ghosn : enfin un ami, Francis Ford Coppola !

06.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

07.

Les épargnants français, bipolaires ?

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

04.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (32)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
nogh
- 02/06/2017 - 15:37
titre
j'aime bien votre titre ; primo un rapport devient un rapport explosif , passons , mais surtout un pauvre homme perd son identité en passant de jean paul Delevoy à jean paul Un Proche de Macron , un pur aristo !! ; à votre place j'aurai titré ; " visé par un rapport accablant Emmanuel Macron l'étouffe " c'eut été plus courageux
Djib
- 01/06/2017 - 16:53
Je n'ai aucune sympathie pour Delevoye,
parfait apparatchik qui, comme Ferrand, s'est refait une virginité avec Macron. Mais franchement, les salariés du conseil économique et social "exposés de manière élevée ou très élevée à l'épuisement professionnel", c'est à se pisser de rire sur les godasses. La réalité, c'est que le pére Delevoye a essyé de les mettre raisonnablement au boulot, du genre arriver à peu près à l'heure, ne pas quitter son bureau avant 17 h, produire un rapport de temps en temps, lever le pied sur l'absentéisme. Comme les salariés de cette vénérable institution ne branlent rien depuis qu'elle existe et qu'au demeurant tout le monde s'en fout car personne ne lit les rapports de ce "haut conseil", ça leur a fait un choc.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 31/05/2017 - 21:40
Petite explication de texte....

J'adore ce type que le syndicat FO n'aime pas....il voulait à juste titre foutre un coup de pied dans cette fourmillière de feignasses, inutiles et grassement payées .....Alors ils ont tous faits un "burn-out" ces pauvres chéris..?
Conseil économique et social : toujours plus de privilèges !

Exclusif. Salaires très élevés, primes à tout-va, congés records... les agents du Conseil économique, social et environnemental sont de plus en plus choyés.

Actualités > Économie



Le Parisien

12 mars 2014, 8h51 | MAJ : 31 mai 2017, 18h26

EN 2010, lors de son arrivée à la présidence du Conseil économique, social et environnemental (Cese), Jean-Paul Delevoye l'avait dit et répété : le conseil a cinq ans pour prouver son utilité. Faute de quoi, ajoutait l'ex-médiateur de la République, « l'institution disparaîtra ». A l'époque, l'ancien ministre gaulliste parlait de la nécessité, pour les conseillers élus, de rendre davantage d'avis pertinents afin d'éclairer les choix du gouvernement. Aujourd'hui, la polémique grandit sur un autre thème, tout aussi dangereux pour l'institution : celui des privilèges perçus par les 150 agents (accueil, nettoyage, cadres, etc.)