En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Appel du pied

Présidentielle : Jean-Louis Borloo souhaite "aider" Emmanuel Macron

Publié le 30 avril 2017
Dans un entretien accordé au JDD, l'ancien ministre dit s'engager "à fond" et vouloir "se retrousser les manches".
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un entretien accordé au JDD, l'ancien ministre dit s'engager "à fond" et vouloir "se retrousser les manches".

Jean-Louis Borloo est "à fond" derrière Emmanuel Macron. L'ancien ministre de la Ville (2002-2004), de l'Emploi (2004-2007) et de l'Ecologie (2007-2010), a indiqué dans les colonnes du Journal du Dimanche qu'il soutenait l'ex-ministre de l'Economie et qu'il était prêt à travailler pour lui. "Je me suis tu jusqu'à présent, aujourd'hui j'ai décidé de parler car la situation est grave et le vote de dimanche engagera les Français sur un chemin irréversible pour une génération. J'ai longuement réfléchi et je fais le pari d'Emmanuel Macron".

Figure du centre avant de se mettre en retrait de la vie politique,  celui qui fut un temps pressenti pour être Premier ministre de Nicolas Sarkozy n'est pas avare en louanges envers le leader d'En Marche !. "Emmanuel Macron, c'est le pari de l'audace, de la modernité, du renouvellement et de l'action positive. Marine Le Pen, elle, veut diviser, se barricader derrière une ligne Maginot, se séparer de nos voisins européens, sortir d'une monnaie stable et protectrice et proposer un projet économique digne du Parti communiste des années 1960. Le seul catalyseur du choix de l'avenir, c'est Emmanuel" juge-t-il.

Un appel du pied en faveur d'un poste de ministre ? "Je m’engage à fond", rétorque Borloo, précisant n'avoir "ni ego, ni conditions, ni prétentions".  Mais il poursuit : "Si on a besoin de moi, je réponds avec mon cœur, ma détermination, mon expérience. Je suis prêt à me retrousser les manches deux ou trois ans pour donner un coup de main".

Vu sur : Lu sur le JDD
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberdom
- 01/05/2017 - 22:20
Borlou-ou-ou-ou !
Il y a comme ça des revenants qui tombent de leur arbre pour faire un coup (pour rien dit-il). Mais dans l'indigence des soutiens de la gérontocratie macronienne le Borlou étonne presque par sa jeunesse.
Aghir
- 01/05/2017 - 19:49
Qu'il aille
se coucher l'alcolo pathétique! Encore pire que Renaud............
gerint
- 01/05/2017 - 16:20
Borloo?
Un commentateur il y a quelques jours a dit sur Atlantico que Macron serait le patron d'une déchetterie et il n'a pas tort s'il accepte tous les candidats usés mais encore gourmands en recyclage.