En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
L'élection de tous les dangers
Djihadistes et extrême gauche : une note du renseignement liste les menaces sur le premier tour
Publié le 22 avril 2017
Outre la menace djihadiste, les services de renseignements s'inquiètent de "troubles sérieux" que pourraient causer des "mouvements d'extrême gauche".
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Outre la menace djihadiste, les services de renseignements s'inquiètent de "troubles sérieux" que pourraient causer des "mouvements d'extrême gauche".

Le premier tour de la présidentielle se déroulera sous haute tension. Les 69.000 bureaux de vote ouverts dimanche seront sécurisés par 50.000 membres des forces de l'ordre, afin que les 45,67 millions d'électeurs inscrits sur le territoire national puissent voter tranquillement. Car de nombreux risques existent, selon une note des services de renseignements et de la Direction centrale de la sécurité publique (DCSP) révélée samedi par Le Parisien.

En premier lieu, "la menace djihadiste" est décrite comme "constante et prégnante". En conséquence, "la présence policière durant l’ouverture des bureaux de vote est indispensable", écrivent les rédacteurs de cette note. "Des restrictions de congés et des rappels sont imposés" aux agents des forces de l'ordre, afin que des effectifs suffisants soient déployés.

Autre risque envisagé : "Toutes les Directions départementales de la sécurité publique (DDSP), sans exception, ont fait part de leurs craintes de troubles à l’ordre public en cas de présence de partis politiques dits extrémistes au second tour de la présidentielle, poursuivent les rédacteurs. Dans ce cas, des manifestations sont à envisager avec une quasi-certitude. Des mouvements d’extrême gauche, plus ou moins implantés, chercheront sans nul doute à organiser des manifestations dont certaines pourraient entraîner des troubles sérieux."

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 23/04/2017 - 16:41
législation sur le maintien de l'ordre
Pas besoin de pondre de nouvelles lois. Je rappelle ici que la participation à un attroupement (manifestation interdite - sommations légales prononcées) est un délit passible de la prison et que si l'attroupement est armé (arme par usage ou par destination) le tarif est plus cher.
Ceci indépendamment des coups et blessures volontaires à l'encontre des représentants de l'ordre public.
Et si on commençait enfin à appliquer notre code pénal en France, un peu oublié y compris par les gens de justice ...
Geolion
- 23/04/2017 - 11:23
La violence ? C'est toujours l'extrême gauche !
Il faut bien que les citoyens ouvrent enfin leurs yeux : de tout temps et à plus de 90%, la violence politique organisée dans nos rues vient de l'extrême gauche et donc de la gauche et non de l'extrême droite et donc de la droite! Qu'on ne n'oublie pas ! Et ce soir, cette sale "tradition" risque bien d'être respectée !
JG
- 22/04/2017 - 23:41
Il faudra leur casser la gueule
Et que nos policiers, pour une fois, ne retiennent pas leur coups....