En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Soeren Stache / dpa / AFP
Ça se crispe...
Emmanuel Macron : "François Fillon est un homme de peu de valeur"
Publié le 11 avril 2017
Le discours se durcit entre les deux rivaux, après la révélation par la presse d'un mot manuscrit de l'ancien locataire de Bercy au candidat de la droite.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le discours se durcit entre les deux rivaux, après la révélation par la presse d'un mot manuscrit de l'ancien locataire de Bercy au candidat de la droite.

La tension monte d'un cran. Ce mardi matin, sur Public Sénat et Sud Radio, Emmanuel Macron  s'est montré très offensif envers François Fillon. Selon lui, l'ancien Premier ministre "a perdu tous [ses] repères, éthiques, moraux, de comportement (…) Et donc François Fillon est un homme de peu de valeur, c'est la conclusion que j'en tire." L'origine de cette diatribe est à chercher dans le Figaro. Dimanche, lors de son meeting, François Fillon glisse à la presse que son rival partageait ses idées, notamment lors d'un échange de SMS, dans le contexte de la déchéance de nationalité en février 2016. "Une nouvelle fois, vous venez sur mes positions. Jusqu'où irez-vous?" lui envoie François Fillon. "En fait j'y suis déjà sans doute" écrit sur un morceau de papier (révélé par le Figaro) Emmanuel Macron. "Je poursuivrai sur ce chemin car c'est le seul que je connais. Voyons-nous. Bien à vous."

Pour le candidat de la droite, c'est la preuve de "l'inconstance" de son concurrent. Ce dernier se justifie : "Sur le fond, il me dit : Vous venez sur mes positions sur la déchéance de nationalité, c'est-à-dire qu'il était contre et j'avais, rappelez-vous, annoncé que j'étais contre, je lui confirme et je lui dis : Oui j'y suis déjà, je ne le rejoins pas, j'étais contre la déchéance, je lui propose qu'on se voie, et d'ailleurs nous en avons discuté." Et de poursuivre : "Celui qui n'est pas constant, c'est François Fillon qui en février 2016 était contre la déchéance de nationalité, et qui aujourd'hui propose de l'appliquer dans son programme parce qu'il a rejoint la pire des droites. Moi, je suis constant, je suis contre parce que je pense que ça ne sert à rien."

Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
02.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Tensions grandissantes en Algérie : Bouteflika n’est plus là, mais les généraux, si
05.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
06.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
07.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (38)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
borissm
- 12/04/2017 - 07:58
Qu'est ce que c'est que cette @Michèle Plahiers
qui pollue le site avec ses commentaires qui n'ont rien à fiche là sur l'ancienne Égypte, l'occultisme voire la numérologie ? Pourquoi pas le Protocole des Sages de Sion ? Les modérateurs sont en vacances ? ou à la machine à café ?
borissm
- 12/04/2017 - 07:52
Au contraire de Macron
qui, lui, vaut 1 million d'euros par an -- du moins chez MM Rotschild.
bd
- 12/04/2017 - 01:21
Emmanuel Macron: La logique pragmatique (2)
Pantin, sans expérience, disant ce que d'autres puissances l'enjoignent à dire?

Dont acte, il a 39 ans, c'est vrai, et sans doute donc moins d'expérience que des hommes et femmes politiques rompus aux joutes électorales...

Il suit une ligne cognitiviste, ce qui pour tout pédagogue, est particulièrement parlant.
Il faut des constats, argumentés, intellectualisés, et de ces constats, découlent des solutions.
Cela s'appelle du pragmatisme. 
Il ne prétend pas que toutes ces solutions seront un succès. 
Il explique le droit à l'échec (pour lui comme pour tout le monde en promettant le droit au chômage pour tous).
Mais on tente, on essaie, parfois cela marchera, parfois non.
Mais, bon sang, qu'est-ce que ça fait du bien justement d'entendre quelqu'un qui peut ne pas être totalement sûr de lui et dire : «on va faire ensemble».
Cela permettra à chacun, individuellement, de se sentir meilleur, en ayant le sentiment légitime d'avoir participé à l'élévation de la société dans son ensemble.
Là où tous les politiques depuis plus de 40 ans expliquent à longueur de temps sur Les plateaux télé savoir exactement ce qu'il faut faire, et qu'une fois élus, ils semblent d'un coup avoir tout oublié...