En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© AFP
Sans relâche

François Fillon : "Soyez fiers d'être français, soyez fiers de votre culture"

Publié le 07 avril 2017
En meeting à Strasbourg, le candidat Les Républicains a insisté à la tribune sur le sentiment national, tout en multipliant les attaques contre Emmanuel Macron.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En meeting à Strasbourg, le candidat Les Républicains a insisté à la tribune sur le sentiment national, tout en multipliant les attaques contre Emmanuel Macron.

François Fillon enchaîne les meetings. Après Provins mercredi, le candidat Les Républicains se trouvait parc des expositions de Strasbourg ce jeudi soir, devant 2055 personnes, relate Le Figaro. La soirée a commencé de façon agitée puisque l’ancien Premier ministre a été enfariné par un jeune trentenaire, qui a ensuite été maîtrisé par le service d'ordre. Après avoir déclaré être la cible d’un "acharnement impitoyable", François Fillon a évoqué à la tribune le sentiment national. "Je suis venu vous parler de la culture que nous avons en partage, de nos racines, de notre histoire et des liens qui tissent notre sentiment national. Soyez fiers, mes amis, d'être français, soyez fiers de votre culture. Oui, soyez fiers de votre drapeau tricolore et mêlez ses trois couleurs aux étoiles de l'Europe".

Insistant sur la question de l'identité et de la culture, le candidat de la droite en a profité pour prendre à partie un de ses principaux rivaux, Emmanuel Macron. "Par quelle faiblesse de l'esprit peut-on en arriver à dire “je ne connais pas d'art français!, et “il n'y a pas de culture française” ? Quel somnifère idéologique peut bien aveugler M. Macron lorsqu'il dit des choses pareilles?".

Tout en critiquant le Front national, il a ensuite évoqué "le multiculturalisme", qui aurait, selon lui, «fait de nous la proie idéale de l'islamisme radical. "Chez Hamon, Mélenchon, Le Pen, la nation est une réalité hors sol, qui vit en autarcie avec des règles utopiques". Avant de s’en prendre à nouveau à Emmanuel Macron, pour qui "l'histoire française est trop étroite, l'identité un carcan, la France de demain, c'est un gigantesque espace de co-working où chacun vaque à ses occupation".

Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

03.

Voilà ce qu’on protège vraiment en protégeant le mode de vie européen (et pourquoi le défi est de taille)

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Il meurt après une relation sexuelle lors d'un déplacement professionnel, la justice estime que c'est un accident du travail

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

07.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Insécurité : la sombre réalité française dans le match des criminalités européennes

04.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

05.

L’insécurité, grenade dégoupillée pour la fin du quinquennat Macron ?

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

01.

Dérives de l’antiracisme : Lilian Thuram, la maladresse qui cache la forêt des décoloniaux, indigénistes et racisés assumés

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 12/04/2017 - 13:29
Parlons économie...
Personne ne s'est demandé comment François Fillon arriverait à faire à la fois 100 milliards d'économies et une croissance de 2,3%?
Une vraie incohérence macroéconomique.
C'est tout simplement impossible!
Si la France n’a pas une politique courageuse de réformes sur le plan structurel, les Allemands ne suivront pas.
Ce n'est pas ce que propose François Fillon, lui qui annonce un gros choc fiscal au début et des économies pour plus tard, comme en 2007.
Emmanuel Macron, plus raisonnablement, a calculé qu'avec 60 milliards, ce serait possible.
De plus, 100 milliards d'économies avec François Fillon serait synonyme d'un accroissement des disparités et de très fortes tensions sociales.
...Alors que les correctifs prévus avec Emmanuel Macron sont tous orientés vers les économiquement plus faibles.
bd
- 12/04/2017 - 13:28
Emmanuel Macron: La logique pragmatique (2)
Pantin, sans expérience, disant ce que d'autres puissances l'enjoignent à dire? 

Dont acte, il a 39 ans, c'est vrai, et sans doute donc moins d'expérience que des hommes et femmes politiques rompus aux joutes électorales. 

Il suit une ligne cognitiviste, ce qui pour tout pédagogue, est particulièrement parlant. 
Il faut des constats, argumentés, intellectualisés, et de ces constats, découlent des solutions. 
Cela s'appelle du pragmatisme. 
Il ne prétend pas que toutes ces solutions seront un succès. 
Il explique le droit à l'échec (pour lui comme pour tout le monde en promettant le droit au chômage pour tous).
Mais on tente, on essaie, parfois cela marchera, parfois non.
Mais, bon sang, qu'est-ce que ça fait du bien justement d'entendre quelqu'un qui peut ne pas être totalement sûr de lui et dire : «on va faire ensemble».
Cela permettra à chacun, individuellement, de se sentir meilleur, en ayant le sentiment légitime d'avoir participé à l'élévation de la société dans son ensemble.
Là où tous les politiques depuis plus de 40 ans expliquent à longueur de temps sur Les plateaux télé savoir exactement ce qu'il faut faire, et qu'une fois élus, ils semblent d'un coup avoir tout oublié.
bd
- 12/04/2017 - 13:28
Emmanuel Macron: La logique pragmatique (1)
Parce qu’Emmanuel Macron peut être d'accord avec des gens de droite et de gauche, il n'aurait pas d'idée?

Nous souffrons tous depuis des années de voir des lois élaborées sous un gouvernement être détricotées par le suivant.
"En Marche!" n'est pas comme les autres.
Le rôle d'un Président dans un pays mature est, en effet, de trouver le dénominateur commun entre des personnes et des positions différentes, pour avancer, pour que le pays, en tant que nation, avance.

Est-ce que les politiques qui divisent, qui pointent du doigt l'autre, sont plus claires pour l'électorat?
Il est temps de comprendre que ceux qui jouent à diviser, à opposer, sont des apprentis sorciers.