En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© AFP
Soupe à la grimace
Présidentielles : la campagne de Benoît Hamon commence à inquiéter le PS
Publié le 16 février 2017
Plusieurs responsables socialistes critiquent une équipe de campagne inexpérimentée et un agenda "mal rempli".
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs responsables socialistes critiquent une équipe de campagne inexpérimentée et un agenda "mal rempli".

Le rêve éveillé de Benoît Hamon semble bel et bien terminé. Selon un article du Figaro, les critiques envers la campagne du candidat PS commenceraient à se multiplier. Elles proviendraient des loyalistes - soutiens de la politique du gouvernement, mais aussi du côté des frondeurs, révèle le journal. Une députée socialiste regrette notamment qu'à "deux mois du premier tour de la présidentielle et son agenda est étrangement vide, ou mal rempli". Cette responsable estime que la faute est largement imputable à l'équipe de campagne de l'ancien ministre de l'Education, qui souffrirait d'un véritable manque d'expérience.

Un élu frondeur fustige lui "un vrai problème de leadership". Mais surtout, les sondages n'annoncent pas des lendemains qui chantent pour Solférino. Un membre de la direction du PS explique au Figaro: "Autour de 17% à la présidentielle, cela nous assure presque mécaniquement 22 à 23% aux législatives. Mais à 12 ou 13% et même à 14%, c'est la catastrophe de 1993 qui se profile". Car le candidat PS stagne pour le moment autour de 14% dans les études d'opinion.

Jean-Marc Germain, codirecteur de la campagne et député des Hauts-de-Seine, tente de rassurer en évoquant les grandes figures ayant rejoint  Benoît Hamon (Thomas Piketty et Éric de Montgolfier notamment) et en expliquant qu'il faut surtout de "la stabilité". "Pour le moment, nous sommes dans la plaine et ce ne sont pas les échappées dans la plaine qui font gagner le tour de France..." précise-t-il. Mais pas sûr que la comparaison sportive apaise les tensions…

Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
02.
Comment Donald Trump est en train de se sortir des soupçons qui pèsent sur lui d'une collusion entre la Russie et sa campagne électorale de 2016
03.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
04.
François Ruffin craint d’être visé après les perquisitions chez Mediapart et La France Insoumise
05.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
06.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
07.
Cette aile de la majorité LREM qui grince face à la juppéisation en marche
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Solognitude
- 16/02/2017 - 19:14
Ces critiques sont un rideau de fumée
Le vrai candidat du PS, c'est Macron. Il n'y a rien d'autre à ajouter.
assougoudrel
- 16/02/2017 - 17:29
Les nazes critiquent
les nazes. Ca ne vaut pas un coup de cidre.
abracadarixelle
- 16/02/2017 - 17:07
" les grandes figures "......
Thomas Piketty, grande figure ? Ben mon colon ! Tout se dévalue de nos jours !