En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© AFP
Prise de parole
En meeting dans l'Oise, François Fillon insiste sur la sécurité
Publié le 15 février 2017
L’ancien Premier ministre a notamment confirmé son souhait de fixer la majorité pénale à 16 ans.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’ancien Premier ministre a notamment confirmé son souhait de fixer la majorité pénale à 16 ans.

Un meeting pour relancer la machine. Mercredi soir, François Fillon était à Compiègne, dans l'Oise, où il a abordé différentes thématiques. Xavier Bertrand a d'abord pris la parole en introduction, déclarant qu'il allait falloir "faire campagne matin, midi et soir" car "personne d'autre que François Fillon n'a de légitimité". "Ce qui est cause, c'est le statut de la France" a poursuivi le président de la région Hauts-de-France. "Nous avons 69 jours pour sauvegarder la Ve République, qui donne de la stabilité à notre pays. C'est maintenant ou jamais" a-t-il martelé avant de laisser le micro au candidat des Républicains, qui a notamment insisté sur la sécurité. Un thème central alors que l'actualité des derniers jours a été fortement marquée par les suites de "l'affaire Théo" et les débordements recensées dans plusieurs villes de banlieue parisienne.

"Président de la République, je soutiendrai les policiers", a lancé François Fillon devant 2000 personnes (selon les estimations du compte Twitter Fillon 2017).

Plus de 2 000 personnes sont venues ce soir à Compiègne pour @FrancoisFillon ! 🇫🇷 #FillonCompiègne pic.twitter.com/Z8UsnQIgUU

— FILLON 2017 (@Fillon2017_fr) 15 février 2017
 
"Il y a eu des événements à Aulnay-sous-Bois. Si une faute a été commise, elle doit être sanctionnée. Mais cela ne doit pas faire oublier le travail effectué par les policiers. Toute la lumière doit être faite sur l'interpellation de Théo. Mais rien ne justifie les émeute, rien n’autorise les bandes à agresser les forces de l’ordres." Et de poursuivre : "Le laxisme a fait des ravages. Nous rétablirons les peines planchers" a déclaré François Fillon, qui a également confirmé son souhait de fixer la majorité pénale à 16 ans et souhaité une "immigration réduite à son minimum".

 

Le candidat a multiplié les attaques contre Emmanuel Macron, symbole d'une "gauche branchée" et "sans programme".

La gauche branchée de M. #Macron ne s’encombre pas de programme. Faites confiance aux énarques ! #FillonCompiègne pic.twitter.com/mCmW6jveJi

— François Fillon (@FrancoisFillon) 15 février 2017

 

L'ancien Premier ministre est revenu sur ses promesses de réformer l'Assurance maladie. "Je veux une santé capable de répondre au vieillissement de la population et aux couts des médicaments" a-t-il annoncé, dénonçant "l'irresponsabilité de ceux qui prétendent que tout va bien". "Soyez fiers de ce beau nom de France" a-t-il déclaré en conclusion avant d'entonner une Marseillaise.

Soyons fiers de ce beau nom de "France". Pour elle, nous serons fidèles, combatifs, solidaires, invincibles ! #FillonCompiègne pic.twitter.com/vmle1Ml3Ot

— François Fillon (@FrancoisFillon) 15 février 2017

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
02.
Pourquoi la France est malade de son immobilier
03.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
04.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Sauver la France en travaillant plus, pourquoi pas… Pourquoi le diagnostic initial ne correspond que de loin à la réalité vécue par les Français
07.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
05.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
06.
Tous végétariens ou vegans ? Quand l’OMS met le hola sur les régimes universels écologiques
01.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
02.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
05.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
l'enclume
- 16/02/2017 - 16:33
Tout n'est pas perdu?
MarcoPolo2 - 16/02/2017 - 12:29 - A mon humble avis, il y aura plus de boulot pour se débarrasser des connards.
MarcoPolo2
- 16/02/2017 - 12:29
Le fauteur de troubles
Que M.Fillon cesse de stigmatiser les jeunes et de les utiliser pour créer un climat d'insécurité qui est le résultat, depuis plus de trente ans, de la politique ordolibérale dont il est le chantre inconditionnel.
On ne nait pas voyou; on le devient quand la caste à laquelle appartient M.Fillon crée et creuse les inégalités de la société. Pour se débarrasser des voyous de banlieue il faut commencer par se débarrasser des voyous huppés qui volent, accaparent, engrangent les richesses produites par ceux qui travaillent.
Ganesha
- 16/02/2017 - 10:00
Profonde misère intellectuelle, détresse sénile...
Le recours aux grossièretés, à la scatologie et aux attaques personnelles manifeste uniquement le profond désarroi, la misère intellectuelle débilitante et la détresse sénile désespérée de ceux qui, n'ayant pas d'autres arguments, s'y voient contraints.